mis à jour le

Le père de la fillette maltraitée par une hôtesse : “Je n’ai reçu aucune excuse de la part de la direction de Tunisair Express”

ATR de la compagnie Tunisair Express

Nous avons publié hier 23 juillet le récit (reçu par email) de Monsieur Mourad Ismail, universitaire et fidèle lecteur de Nawaat, où il racontait comment sa petite fille de 12 ans aurait été maltraitée par une hôtesse de la compagnie Tunisiar Express à son arrivée à l'aéroport de Tunis Carthage.

Suite à cette publication, la compagnie à répondu par un communiqué repris par plusieurs médias et où elle nie les accusations de maltraitance, promettant d’ouvrir une enquête interne pour déterminer la responsabilité de l’hôtesse.

Certains de ces médias présentaient ce communiqué comme étant des excuses de la part de la compagnie. M Mourad Ismail, père de la petite fille, ne l’entend pas ainsi, et explique pourquoi dans un email reçu aujourd’hui et que nous publions dans son intégralité :

Je tiens à préciser que, contrairement à ce qui a été relayé dans plusieurs médias, je n’ai reçu aucune excuse, ni de la part des directions de Tunisair Express et Tunisair Handling, ni de la part de l’hôtesse en question, à moins que l’on considère le communiqué laconique des directeurs généraux comme des excuses suffisantes eu égard au grave préjudice subi par ma fille.

 

D’une part, le communiqué en question se contente de mettre l’accent sur le fait qu’aucune vérification d’identité n’a été faite et qu’aucune décharge de responsabilité n’a été signée. Ce qui est en soi une faute professionnelle très grave et méritant beaucoup plus qu’une simple sanction administrative.

 

D’autre part, les mauvais traitements infligés à ma fille sont tout simplement passés sous silence, alors qu’ils doivent faire l’objet d’une enquête en bonne et due forme, en recourant éventuellement aux caméras de surveillance. Il se trouve que, suite à quelques investigations, j’ai réussi à entrer en contact avec des passagers qui ont assisté à la scène, et certains d’entre eux sont prêts à apporter leurs témoignages si nécessaire.

 

En outre, le communiqué se contente aussi de citer “les désagrément subis par les parents“. Dois-je comprendre que les enfants n’ont pas le droit aux excuses quand on les maltraite gratuitement ?

 

Je n’ose croire à une volonté de la part de la direction d’étouffer cette grave mésaventure. Les nombreuses lacunes du communiqué sont probablement dues au fait qu’il a été rédigé dans la précipitation, et je suis sûr que les hauts responsables de Tunisair Express et Tunisair Handling feront le nécessaire pour corriger leurs erreurs.

 

Enfin, je tiens à rappeler que ma fille a toujours voyagé dans le cadre du programme d’enfants non accompagnés,  depuis l’âge de 4 ans (environ 3 à 4 fois par an) ; elle a toujours été bien traitée, y compris les rares fois où elle a voyagé avec Tunisair. Néanmoins, jusqu’à présent, elle n’avait emprunté que des vols domestiques en France ou des vols transméditerranée France-Tunisie.

 

Oserais-je en déduire que certaines des hôtesses au sol font attention à la provenance de l’avion ? Les enfants arrivant de France seraient-ils mieux traités que ceux qui viennent de Sfax ou d’autres villes tunisiennes ? Y aurait-il des Tunisiens de seconde zone? Que des questions sans réponses... En tant que Tunisien vivant à l’étranger, j’aimerais être traité, ainsi que ma famille, comme un Tunisien tout court (sans aucun autre qualificatif, aussi glorifiant soit-il).
Mourad Ismail

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

fillette

AFP

Nigeria: une fillette kamikaze tuée par l'explosion de sa ceinture

Nigeria: une fillette kamikaze tuée par l'explosion de sa ceinture

AFP

Nigeria: tentative d'attentat suicide par une fillette de 10 ans

Nigeria: tentative d'attentat suicide par une fillette de 10 ans

AFP

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés