mis à jour le

RDC: l'armée et le M23 s'accusent de la poursuite des combats

L'armée congolaise et la rébellion du mouvement M23 se sont accusés mutuellement mercredi de la poursuite des combats près de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans l'après-midi, "les combats ont cessé. Nous observons encore la réaction de l'ennemi", a déclaré à l'AFP un officier des Forces armées de la RDC (FARDC, armée gouvernementale) sur la ligne de front.

Vers 13H00 (11H00 GMT), ce même officier avait assuré que "le M23 (commençait) à attaquer" les positions de l'armée. Il s'exprimait peu après que deux bombes furent tombées à Kanyarucinya, à 12 km au nord de Goma.

Juste après ce bombardement, un journaliste de l'AFP a constaté que les soldats gouvernementaux se sont redéployés avec des armes lourdes pour contrer le Mouvement du 23 mars (M23).

De leur côté, les rebelles ont affirmé que l'armée les avait attaqués à 12H00. "Les FARDC viennent de bombarder la cité de Rumangabo", à 45 km au nord de Goma, et où le M23 occupe une importante base militaire, a précisé à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Dans un communiqué, le chef de la communication du groupe armé, Amani Kabasha, a précisé: "deux hélicoptères des FARDC viennent de lâcher plusieurs bombes sur un quartier périphérique du camp militaire de Rumangabo". Ce bombardement "insensé et irresponsable" a délibérément visé des civils, a-t-il affirmé.

En milieu d'après-midi, le lieutenant-colonel Kazarama a affirmé à l'AFP que cet "acte de crime de guerre" avait fait "15 tués" - dont des enfants et des femmes - ainsi que "28 blessés graves".

Le M23 actif depuis mai 2012 au Nord-Kivu

Le 14 juillet, après environ deux mois de trêve, les combats ont repris entre l'armée et le M23. Ils se sont poursuivis cette semaine après une accalmie de quelques jours en fin de semaine dernière.

Mercredi, le groupe armé a affirmé que 401 soldats des FARDC avaient été tués dans des affrontements depuis la semaine dernière et que les rebelles avaient perdu six hommes, un bilan invérifiable de source indépendante.

Le gouvernement congolais avait de son côté assuré le 15 juillet que 120 rebelles et 10 soldats des FARDC avaient été tués. Ces chiffres n'ont pas non plus pu être confirmés de source indépendante.

Le M23 est actif depuis mai 2012 dans la province riche et instable du Nord-Kivu. Il est essentiellement composé de Tutsi congolais intégrés dans les FARDC à la faveur d'un accord de paix signé en 2009. Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que cet accord n'avait jamais été pleinement respecté.

Kinshasa et l'ONU ont accusé le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le M23, ce que ces deux pays voisins de la RDC ont toujours démenti.

Mardi, les Etats-Unis ont haussé le ton contre le Rwanda, lui demandant de retirer ses troupes de RDC et de cesser son soutien aux rebelles du M23 accusés d'atrocités dans l'est du pays.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: RFI demande la relaxe d'un de ses correspondants  Africains d'Europe: Riyad Mahrez et Yaya Touré en difficulté, "Aubam" brille  Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux 

M23

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

AFP

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

combats

AFP

Libye: violents combats entre milices rivales

Libye: violents combats entre milices rivales

AFP

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

AFP

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest