mis à jour le

Manifestants anti-Morsi au Caire, 7 juillet 2013 / REUTERS
Manifestants anti-Morsi au Caire, 7 juillet 2013 / REUTERS

Quel rôle ont joué les Etats-Unis dans la situation en Egypte?

Les militaires égyptiens n'auraient pas pu organiser tout seuls l'éviction de Mohamed Morsi.

L’éviction des Frères musulmans et les troubles entre anti et pro-Morsi qui ont suivi ont provoqué l’inquiétude des Etats-Unis. Pourtant d’après Mohamed Bouhouch, un blogueur du site participatif Agoravox, les Etats-Unis étaient au moins au courant de ce qui se préparait.

Dans sa tribune, le blogueur considère que les militaires égyptiens n’auraient pas pu concevoir une telle opération «sans l’aval et à l’insu des Etats-Unis»: les services de renseignements américains et l’état-major égyptien ont toujours été très proches.

Le blogueur estime que si Washington n'a pas soutenu l'armée, elle a au moins laissé faire, histoire de s'assurer ainsi deux retombées: stopper la montée en puissance des islamistes et regagner le contrôle sur les régions du Proche et Moyen-Orient. En effet, selon Mohamed Bouhouch, l’organisation des Frères musulmans, parti islamiste le plus important et le mieux structuré d’Egypte, commençait à inquiéter l’Occident par sa popularité croissante.

Les Etats-Unis auraient eu tout intérêt à contribuer à faire tomber le régime islamiste hostile à leurs propres intérêts, conclut l’auteur. Il en donne pour exemple les précédents engagements du gouvernement américain en Irak et en Syrie.

Soutien financier

Le blogueur dénonce également le soutien des pays du Golfe, qui ont apporté une aide financière à l’Egypte, là aussi pour servir leurs propres intérêts. Les wahhabistes saoudiens considèrent les Frères musulmans comme des ennemis, et se sont également réjouis de leur chute.

Certes les Etats-Unis octroient à l’Egypte un programme d’aide militaire d’un montant annuel de 1,5 milliard de dollars. Mais cette aide est remise en question depuis la destitution de Morsi puisque la législation américaine «interdit d’aider financièrement tout pays théâtre d’un coup d’Etat militaire», comme le rappelle Les Echos.

Le paiement de cette aide est donc conditionné à l’organisation d’élections démocratiques par le gouvernement d’intérim dans les plus brefs délais.

Lu sur Agoravox

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le Caire est la ville dont la population croît le plus vite au monde  L'Etat islamique menace l'Algérie  La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV 

Etats-Unis

AFP

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Investiture

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

AFP

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

pays du Golfe

Polémique

Les contradictions des pays du Golfe sur la Syrie

Les contradictions des pays du Golfe sur la Syrie

Leçon de démocratie

Le Maroc, un exemple pour le Qatar?

Le Maroc, un exemple pour le Qatar?

militaire

AFP

Mozambique: le chef de l'opposition dénonce

Mozambique: le chef de l'opposition dénonce

AFP

Gambie: Jammeh négocie les conditions de son départ, l'intervention militaire toujours en suspens

Gambie: Jammeh négocie les conditions de son départ, l'intervention militaire toujours en suspens

AFP

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président