mis à jour le

Les Etats-Unis ont préparé un plan de bombardements de la Syrie

martin dumpsy

Martin Dempsey, président du Comité des chefs d’état-major des forces armées américaines, a déclaré que les Etats-Unis ont préparé un plan de bombardements de sites stratégiques en Syrie, écrit le quotidien Rossiïskaïa gazeta du 23 juillet courant.
Parmi les cibles potentielles figureraient les forces de la défense antiaérienne, de l’armée de l’air, de l’armée de terre, les missiles, la flotte, ainsi que les sites militaires logistiques et les postes de commandement. « Les bombardements et les raids pourraient permettre d’éliminer des centaines d’objectifs », déclare la lettre de Dempsey adressée au président de la commission des forces armées du sénat américain Carl Levin.
Cette action viserait à affaiblir significativement le régime syrien et contribuerait à la désertion des soldats. Le régime pourrait pourtant répliquer à ces frappes limitées en dispersant ses forces.
Dempsey avait déjà déclaré que les USA avaient préparé un plan d’ingérence dans le conflit syrien mais sans annoncer de détails. Selon lui, le projet est actuellement examiné par le gouvernement. Le général a averti que ces frappes nécessiteraient des « centaines d’avions basés sur terre et embarqués, du renseignement, des moyens de guerre électronique, des unités de logistique et de transmissions. Les dépenses sont estimées à 500 millions de dollars au départ et 1 milliard de dollars par mois en moyenne pendant un an », conclut Dempsey.
D’après le général, ces frappes permettraient de priver presque entièrement le régime de sa possibilité d’attaquer les bastions de l’opposition et d’approvisionner ses troupes par les airs.
Cependant, cette opération s’accompagnerait de risques pour les USA : la perte d’un avion nécessiterait l’intervention des forces de sauvetage. De plus, une telle série d'attaques aériennes ne permettra pas forcément de mettre un terme à la violence et de renverser la situation, selon le général, car le régime compte principalement sur ses forces terrestres - les mortiers, l’artillerie et les missiles.
A terme, il est prévu d’établir une zone d’exclusion aérienne en Syrie qui, selon les experts, coûterait aux USA en moyenne 1 milliard de dollars par mois. Cette démarche est exigée par certains sénateurs qui y voient le moyen de faire cesser les frappes aériennes des troupes gouvernementales contre les partisans armés de l’opposition syrienne.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Etats-Unis

AFP

RD Congo: éviter les "propos incendiaires" demandent les Etats-Unis

RD Congo: éviter les "propos incendiaires" demandent les Etats-Unis

Racisme

Après Trump et le Brexit, le message aux Africains est clair: restez chez vous

Après Trump et le Brexit, le message aux Africains est clair: restez chez vous

Donald Trump

Le premier prix Nobel africain de littérature veut quitter les Etats-Unis

Le premier prix Nobel africain de littérature veut quitter les Etats-Unis

bombardements

AFP

Soudan du Sud: le cessez-le-feu vole en éclats après des bombardements

Soudan du Sud: le cessez-le-feu vole en éclats après des bombardements

AFP

Somalie: nouveaux bombardements aériens contre les shebab

Somalie: nouveaux bombardements aériens contre les shebab

Guerre

Ces conflits dont plus personne ne parle

Ces conflits dont plus personne ne parle

Syrie

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

AFP

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie