mis à jour le

Les partisans de l’ancien président égyptien Mohammed Morsi ont changé de stratégie

L'Egypte était en proie mardi 23 juillet à une nouvelle flambée de violence, qui a fait dix morts en moins de 24 heures dans des affrontements entre partisans et adversaires du président islamiste déchu Mohamed Morsi.
Au moins une personne a été tuée et 24 autres blessées dans une explosion de nuit ciblant le quartier général du département de sécurité de Mansoura, dans le gouvernorat égyptien de Daqahliya, a confié à Xinhua une source sécuritaire.
« La personne tuée était un nouveau policier, tandis que 22 membres du personnel de sécurité et deux civils ont été blessés », a affirmé le général de brigade Saeed Emara, chef du département d’enquêtes criminelles de Daqahliya.
Par ailleurs, Abdel-Wahhab Suleiman, sous-secrétaire du ministère de la Santé du gouvernorat de Daqahliya, a indiqué à l’agence de presse chinoise Xinhua que tous les blessés avaient été transportés à l’hôpital d’urgence de Mansoura. »

Des accrochages violents ont eu lieu à Gizeh, à l'ouest du Caire, autour de la place al-Nahda, près de l'université. Une place où des milliers de partisans de l'ex-président campent depuis une vingtaine de jours. Des accrochages qui ont commencé peu avant minuit quand les pro-Morsi ont organisé des cortèges qui ont bloqué les rues et les avenues environnantes provoquant une paralysie de la circulation en cette heure de pointe durant le mois de ramadan. Habitants de quartiers populaires et pro-Morsi ont échangé des coups de feu et des jets de pierres. Une confrontation qui a duré jusqu'à l'aube quand les forces de police ont réussi à s'interposer.

Les partisans de Morsi tuent un manifestant par balle .Regardez

Les partisans de l'ancien président Mohammed Morsi ont changé de stratégie. Un changement qui a commencé depuis vendredi, mais qui est passé à la vitesse supérieure lundi 22 juillet. Les pro-Morsi ne se contentent plus des manifestations statiques place Rabaa al-Adawiya à l'est du Caire ou al-Nahda à l'ouest. Ils organisent des cortèges qui se dirigent vers des lieux stratégiques.
Sur le plan politique l'impasse semblait toujours totale entre la confrérie des Frères musulmans, le mouvement de Mohamed Morsi, comptant sur la mobilisation de rue pour faire plier les nouvelles autorités transitoires, qui continuent d'aller de l'avant dans la mise en place d'institutions transitoires. Selon le ministère de la Santé ,six personnes ont trouvé la mort mardi aux première heures près de l'Université du Caire, peu après un appel du président par intérim Adly Mansour à la «réconciliation».
Deux d'entre elles au moins ont été tuées par un homme qui a ouvert le feu sur des militants pro-Morsi. Les abords de l'Université, proches du centre-ville, sont, avec ceux de la mosquée Rabaa al-Adawiya dans le nord-est du Caire, l'un des deux sites occupés en permanence par les islamistes depuis près de trois semaines.

Quatre autres personnes avaient été tuées lundi soir – trois dans la ville de Qalioub, à la périphérie nord de la capitale, et une au Caire, près de la place Tahrir. Quelque 150 personnes ont péri dans des heurts liés aux troubles politiques depuis la fin du mois de juin.

Au moins une quarantaine d'autres ont été tuées durant cette période dans la région instable du Sinaï, frontalière d'Israël et de la bande de Gaza, principalement lors d'attaques contre l'armée et la police, ou d'opérations militaires contre des radicaux islamistes. Les partisans de Mohamed Morsi réclament son retour après sa déposition par l'armée le 3 juillet, en faisant valoir qu'il est le premier président égyptien à avoir été élu démocratiquement.

Ses adversaires estiment qu'il s'est disqualifié par une gestion au profit de son seul camp, et ajoutent que les manifestations monstres fin juin pour réclamer son départ ont traduit sa perte de légitimité.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

partisans

AFP

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

AFP

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

AFP

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Mohammed

AFP

"Majesté, un selfie"! Quand "Momo" rencontre son roi Mohammed VI

"Majesté, un selfie"! Quand "Momo" rencontre son roi Mohammed VI

AFP

Attentats: Hollande remercie Mohammed VI pour l'"assistance efficace" du Maroc

Attentats: Hollande remercie Mohammed VI pour l'"assistance efficace" du Maroc

AFP

François Hollande et Mohammed VI tirent un trait sur la brouille entre Rabat et Paris

François Hollande et Mohammed VI tirent un trait sur la brouille entre Rabat et Paris