mis à jour le

Modernisation de l'agriculture en Afrique : Des journalistes de Bobo à l'école américaine de la biotechnologie et de la biosécurité

Des journalistes de Bobo-Dioulasso sont désormais outillés de connaissances sur la biotechnologie et la biosécurité. A l'initiative de l'ambassade des Etats-Unis au Burkina Faso, un atelier de formation sur « La Biotechnologie et les média » a été organisé à leur profit le lundi 22 juillet 2013 à Bobo-Dioulasso.

Ce sont des conférenciers de hauts niveaux à l'image du docteur Claude Fauquet, docteur Moussa Savadogo et du docteur Oumar Traoré, qui se sont entretenus avec les hommes et femmes de médias sur l'importance de l'évolution de l'agriculture traditionnelle en agriculture moderne. Pendant une demi-journée riche en préceptes, trois communications ont été livrées.

Il s'agit de la « Biotechnologie pour l'amélioration des cultures vivrières en Afrique », « la Biotechnologie et Biosécurité en Afrique : Défis et opportunités » et enfin « L'expérience du Burkina Faso dans la mise en ½uvre de la biotechnologie moderne » par respectivement les conférenciers suscités. Il faut retenir en premier lieu, selon le Dr Claude Fauquet, que la biotechnologie n'est pas une panacée pour l'amélioration des cultures en Afrique. « Beaucoup de gens pensent qu'on va développer l'agriculture avec la biotechnologie. Non, cela ne peut-être possible car beaucoup de facteurs entrent en compte et qui ne sont pas forcement de la biotechnologie » a fait comprendre Dr Fauquet. Cependant, faut-il s'en convaincre qu'elle permet de faire face aux maladies des plantes tout en améliorant les rendements. De plus, soutient le conférencier, avec l'utilisation de la biotechnologie, permettrait de produire beaucoup plus sur des surfaces réduites.

« Il faut véritablement changer les façons de faire en agriculture en Afrique », recommande M. Fauquet. Lui, qui a fait sa communication sur la culture du manioc en Afrique, a confié qu'il (le manioc) va considérablement contribuer à la sécurité alimentaire dans les années à venir. « Il résiste à la sécheresse », a-t-il dit. Ajoutant de plus qu'il résiste à une forte température en répondant bien au CO2. Mieux, il va nourrir plus de 2 millions de personnes d'ici 2050. La plus value serait d'industrialiser au moins 30 % de la production. Le Docteur Fauquet n'a qu'une conviction quant au développement de l'agriculture en Afrique : celle du passage obligé vers la modernisation car dit-il : « Il n'y a pas de développement agricole sans développement de technologie. Il faut impérativement aller vers l'agriculture moderne, c'est la seule solution ».

« Il faut mettre la science dans l'agriculture »

« La Biotechnologie et Biosécurité en Afrique : Défis et opportunités ». C'est sur cette matière à réflexion que s'est appesanti le docteur Moussa Savadogo, pour éclaire encore plus les lanternes des journalistes sur la question de l'importance de la science dans l'agriculture. Là-dessus, il a fait comprendre qu'il y a toujours deux positions extrêmes : les pro-biotechnologies et les anti-biotechnologies. « Ces personnes pensent qu'on n'a pas le droit de manipuler le patrimoine génétiques des organismes », a-t-il expliqué. A tous les niveaux, ce sont ces deux positions sur lesquelles on campe, d'où la sempiternelle réticence de certains Etats à l'utilisation des OGM dans les cultures. Pourtant, soutient Dr Savadogo, la biotechnologie et la biosécurité présentent beaucoup d'avantages pour l'agriculture. Seul le continent africain est encore à la traîne en matière de biotechnologie et de biosécurité, alors qu'elle regorge d'énormes potentiels agricoles. L'existence d'un besoin d'amélioration de la productivité agricole, la mobilisation des partenaires et de la communauté internationale sont entre autres, des opportunités relevées par le Dr Savadogo.

Quant aux défis, ils se résument à la perte des marchés d'exportation, et à celle de la propriété intellectuelle. L'expérience du Burkina dans la mise en ½uvre de la biotechnologie moderne a été étayée par le Docteur Oumar Traoré, avec l'exemple de l'utilisation des Organismes génétiquement modifiés dans la culture de coton. En aucun moment, ont plusieurs fois insisté les conférenciers, les OGM n'ont été l'objet d'insécurité alimentaire. « Il n'y a donc pas de crainte. En avant pour l'amélioration de l'agriculture via les biotechnologies et la biosécurité en Afrique, gages d'un rendement meilleur à même d'atteindre l'auto-suffisante alimentaire », ont-ils clamé.

Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

modernisation

LNT

Latifa Ecchihabi, DG de l’ANPME : Notre mission, accompagner les PME dans leur quête de modernisation compétitive

Latifa Ecchihabi, DG de l’ANPME : Notre mission, accompagner les PME dans leur quête de modernisation compétitive

group promo consulting

Awa Niang, deuxième questeur à l’Assemblée nationale : « Le Président Macky Sall n’est pas contre les daaras, il est pour leur modernisation »

Awa Niang, deuxième questeur à l’Assemblée nationale : « Le Président Macky Sall n’est pas contre les daaras, il est pour leur modernisation »

LNT

La BEI salue la modernisation des infrastructures au Maroc

La BEI salue la modernisation des infrastructures au Maroc

Afrique

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

journalistes

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

AFP

RDC: RSF déplore la vague d'arrestations de journalistes lundi

RDC: RSF déplore la vague d'arrestations de journalistes lundi

AFP

Côte d'Ivoire: deux journalistes de l'opposition arrêtés pour "fausses nouvelles"

Côte d'Ivoire: deux journalistes de l'opposition arrêtés pour "fausses nouvelles"