mis à jour le

Etal de mangues sur un marché de Dakar, 2006 / REUTERS
Etal de mangues sur un marché de Dakar, 2006 / REUTERS

On risque de ne plus pouvoir manger de mangue au Sénégal

La culture de la mangue est un secteur juteux au Sénégal. Pourtant la filière est en danger.

La mangue sénégalaise a du potentiel. En 2011, ce marché fait rentrer 4 milliards de francs CFA dans le pays et emploie quelque 20.000 personnes, dont près de 50% sont des femmes.

D’après le site Leral, les exportations sont en hausse, ce qui ouvre des perspectives économiques non négligeables.

En 2012, les exportations sont estimées à plus de 7.000 tonnes, dont plus de 5.000 sont acheminées vers l’Union europénne, d’après les chiffres donnés par Malick Diop, directeur général de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex) et relayés par Leral. Selon Malick Diop, ces chiffres seront multipliés par 3 en 2013.

La culture de la mangue offre en effet de multiples avantages: ce fruit peut être conservé et consommé sous plusieurs formes (sec, frais, en jus…) et ses parties les moins appréciées peuvent servir à alimenter le bétail.

Mais la filière est encore peu structurée et rencontre certains problèmes, nuance Leral. La mangue est la cible privilégiée des espèces nuisibles et notamment de la Bactrocera invadens («mouche de fruit»). En Casamance, région envahie par cette espèce, les récoltes ont été détruites à 80%.

Selon Leral, le manque d’irrigation nuit également à sa culture à grande échelle mais c’est surtout l’absence de centre de transformation et de conditionnement des produits qui compromet la production de mangue sur tout le territoire sénégalais.

Dans la région des Niayes (nord-ouest), le centre de conditionnement Feltiplex à Noflaye rencontre régulièrement des coupures d’électricité et n’a pas d’unité de transformation: les produits sont alors moins bien conservés et leur durée de vie est raccourcie, explique le site. C’est toute la productivité qui est mise en danger.

A l’intérieur du pays, le kilo de mangue se vend entre 0,20 et 0,30 euro (150 à 200 francs CFA) alors que sur le marché international, il s’écoule à environ 1,30 euro le kilo. Pour que la filière de la mangue prenne son plein essor au Sénégal, les exportations sont donc bien plus avantageuses.

Lu sur Leral

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

agriculture

AFP

Climat: Bill Gates promet 315 millions de dollars pour la recherche en agriculture

Climat: Bill Gates promet 315 millions de dollars pour la recherche en agriculture

Wildlife

La chenille qui menace l'agriculture africaine

La chenille qui menace l'agriculture africaine

Arbre de vie

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

exportations

AFP

Exportations de blé: la France peine

Exportations de blé: la France peine

AFP

Le Botswana interdit les exportations d'ânes, très prisés en Chine

Le Botswana interdit les exportations d'ânes, très prisés en Chine

AFP

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole

fruits

AFP

Egypte: les fruits des réformes économiques se font attendre

Egypte: les fruits des réformes économiques se font attendre

AFP

Le Liberia, meurtri par la guerre, savoure les fruits de la démocratie

Le Liberia, meurtri par la guerre, savoure les fruits de la démocratie

AFP

Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises

Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises