mis à jour le

Les hallabas désertent Témouchent

Depuis hier, lundi, les hallaba ont déserté les stations services de la wilaya suite à l'action des pouvoirs publics instruits par le premier ministère. Néanmoins au regard du dispositif en vigueur, l'embellie a-t-elle des chances de perdurer ? Mais d'abord que s'est-il passé pour que le carburant redevienne disponible ? Il y a d'abord la réactivation d'une commission qui était en dormance et qui devait veiller à l'application de la circulaire wilayale limitant la vente de carburant à 500DA pour les véhicules légers et 1000DA pour les poids lourds, une circulaire qui date du 30 aout...2009 ! Ce sont les douaniers qui ont démarré les premiers la chasse aux hallaba, soit depuis le 16 juillet mais c'est lorsque les autres services de sécurité s'y sont mis et que cinq stations sur les 43 que comptent la wilaya ont été destinataires d'avertissements avant menace de fermeture que la dissuasion a commencé à avoir des effets. Si du côté de la gendarmerie, on se veut légaliste et on s'en tient à veiller au respect de la circulaire de wilaya par des contrôle inopinés sur les 21 stations qui relèvent de leur compétence territoriale, d'où les cinq avertissements suite à l'interception de sept véhicules au niveau même de ces stations, les douaniers s'y sont pris autrement. Eux ont mis en ½uvre la procédure  habituellement de lutte contre le trafic en général. Ainsi, ils ont dressé des barrages et fait circuler des patrouilles, lesquels prennent note du matricule des véhicules qui font le va et vient entre Témouchent et la wilaya de Tlemcen en prenant garde particulièrement aux véhicules suspects tels les semi-remorques et les voitures dotées de réservoirs dont la capacité dépasse la normale (les 4x4, les R25 et R21 ainsi que les Mercédès ancien modèle). De la sorte, à chaque fois que ce type de véhicule fait plus d'une rotation dans la journée, c'est la preuve qu'il est celui d'un hallab. Il est mis à la fourrière pour passer devant le contrôle technique.  Ainsi, les douaniers ont mis la main sur 10 R25, 3 R21, un 4x4 et une Volkswagen qui transportaient un total de 1200l, soit une moyenne de 80l, ce qui dépasse le quota visé par la circulaire ainsi que la capacité moyenne d'un véhicule de tourisme. Néanmoins, pour d'aucun, cette opération va bientôt révéler ses limites puisque le présumé hallab n'encoure aucune sanction puisque la seule infraction dont il peut être accusé c'est d'avoir trafiqué le réservoir de son véhicule. Or tous les véhicules saisis ont des réservoirs conformes à la sortie d'usine du véhicule, d'où l'intérêt des hallaba pour ce type de voiture. C'est dire qu'ils ne risquent absolument rien à titre personnel. Ceux qui risquent gros, ce sont plutôt les propriétaires de stations services qui risquent la fermeture. Et lorsqu'on sait la levée de boucliers de ceux du l'est du pays, il y a de fortes chances que la contestation gagne l'ouest du pays. D'où, selon d'aucuns la nécessité de prendre d'autres mesures avant un retournement de situation.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien