mis à jour le

Déplacés congolais fuyant les combats à Goma, 15 juillet 2013 / AFP
Déplacés congolais fuyant les combats à Goma, 15 juillet 2013 / AFP

Le Rwanda de nouveau accusé d'alimenter la guerre à Goma

Les affrontements se poursuivent à Goma et le Rwanda est accusé de toujours soutenir le M23.

Contre-offensive de l’armée congolaise. Ce mardi 23 juillet, trois hélicoptères ont bombardé des positions de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) situées près de Goma (capitale du Nord-Kivu), dans l’est de la République démocratique du Congo.

Bataille de Goma

«Nos hélicoptères viennent de bombarder les positions ennemies. Nous les avions accompagnés avec trois mortiers parce qu'on voyait déjà la position ennemie dans notre objectif. Jusque-là, l'ennemi n'a pas encore répondu», a confirmé à l'AFP un officier sur la ligne de front, sous couvert d'anonymat.

Le 22 juillet, le M23 avait assuré qu'il était à 4 kilomètres de Goma.

«Nous avons cette capacité d'arriver à Goma, mais ce n'est pas notre objectif. Notre objectif est d'amener le gouvernement à dialoguer», avait indiqué son porte-parole, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama.

Le M23 avait occupé Goma une dizaine de jours en novembre 2012 et s'en était retiré sous la pression de pays de la région et en échange d'un dialogue avec Kinshasa. Ce dialogue, laborieux, s'était ouvert début décembre à Kampala, en Ouganda.

Echec de Kampala

Mais après environ deux mois de trêve, l'armée et le M23 ont repris les combats le 14 juillet dernier. Selon l'ONU, ces affrontements ont poussé environ 4.200 personnes à fuir.

Le M23 est actif depuis mai 2012 dans la riche province minière du Nord-Kivu. Il est essentiellement composé de Tutsi congolais intégrés dans l'armée après un accord de paix signé en 2000. Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que cet accord n'avait jamais été pleinement respecté.

Omniprésence du Rwanda

Kinshasa et l'ONU ont accusé le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le M23, ce que ces deux pays voisins de la RDC ont démenti.

Un nouveau rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch accuse très clairement le Rwanda de «toujours soutenir» la rébellion du M23.

«Des habitants de la région et des rebelles déserteurs ont décrit de récentes activités attestant que les forces criminelles du M23 ont reçu de l'aide en provenance du Rwanda», écrit HRW, qui dit avoir mené depuis mars plus de 100 entretiens, notamment avec des victimes près de la frontière congolo-rwandaise.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Ses derniers articles: En Tunisie, la grenade est la star de l'automne  L'escrimeuse Inès Boubakri dédie sa médaille d'or à « la femmes tunisienne»  En Afrique du Sud, des élections municipales cruciales pour l'ANC 

Goma

AFP

L'eau du lac Kivu cruciale dans la lutte contre Ebola

L'eau du lac Kivu cruciale dans la lutte contre Ebola

AFP

Ebola en RDC: sept cas suspects transférés du Sud-Kivu

Ebola en RDC: sept cas suspects transférés du Sud-Kivu

AFP

Ebola en RDC: le Rwanda ferme sa frontière après des cas

Ebola en RDC: le Rwanda ferme sa frontière après des cas

est du Congo

RDC

Le combat de l'homme qui répare les femmes

Le combat de l'homme qui répare les femmes

Congo-Kinshasa

L'Eglise va-t-elle remplacer l’opposition?

L'Eglise va-t-elle remplacer l’opposition?

Congo-Kinshasa

RDC: le spectre de la balkanisation

RDC: le spectre de la balkanisation

M23

AFP

Ouganda: rapatriement vers la RDC de 70 ex-rebelles du M23

Ouganda: rapatriement vers la RDC de 70 ex-rebelles du M23

AFP

Retrait de Kabila en RDC: le M23 et les pro-Katumbi maintiennent la pression

Retrait de Kabila en RDC: le M23 et les pro-Katumbi maintiennent la pression

AFP

RDC: HRW accuse Kabila d'avoir recruté des ex-rebelles du M23 pour mater des manifestations

RDC: HRW accuse Kabila d'avoir recruté des ex-rebelles du M23 pour mater des manifestations