mis à jour le

Mame Mactar Gueye : « Tout ce qu'a dit le commissaire KEITA est vrai...Il était peut-être très dégouté »

Le Commissaire Keita, a un soutien de taille dans ce qu'il est convenu d'appeler la guerre médiatique pour situer les responsabilités dans l'affaire de la drogue qui éclabousse la République. L'Ong Jamra, connue pour son implication dans la lutte contre la drogue, par la voix de son vice président Mame Matar Gueye, s'est invité dans cette affaire pour donner son point de vue. Pour ce dernier, le commissaire Kéïta a fait ces déballages « Peut-être parce qu'il était tout simplement très dégoûté. Parce qu'il a fait 40 ans de carrière. Et ce qui l'a poussé à révéler certains aspects cachés, dont les prémices avaient été dénoncés par Jamra déjà en 2009 !». Le vice président de Jamra est d'avis que rien n'est nouveau dans ce dossier car, selon lui, l'auteur de ce rapport, en l'occurrence le Commissaire Keita n'a fait que révéler de nouveaux aspects de l'infiltration des narcotrafiquants nigérians dans notre système de sécurité. Dans les colonnes du journal la Tribune, Il s'explique : « Ça ne me surprend pas, parce que ce n'est pas n'importe qui ( Keita). D'abord, il a été directeur de l'Office national de répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis), qui est l'organe le plus élevé de la hiérarchie policière, pour lutter contre les trafics de stupéfiants. Il est commissaire divisionnaire et il a passé 40 ans dans cette activité. Alors quand une telle personnalité fait un rapport de cette nature, tout citoyen est censé devoir y porter la plus grande attention. Parce qu'il ne s'agit pas de n'importe qui. En fait, il n'a fait que révéler les nouveaux aspects de l'affectation des narcotrafiquants nigérians dans notre système de sécurité.

Il s'agit d'un homme de sécurité qui le dit. Donc, je ne pense pas qu'il puisse dire pour s'amuser ou pour faire du mal à quelqu'un. Et dans son rapport, il y a beaucoup de choses scandaleuses qui ont été révélées comme ces sacs de cannabis saisis auprès de différents trafiquants et qui n'ont pas été incinérés, comme on le fait depuis quelques années. Normalement, on doit les mettre sous scellés, en attendant la fameuse date du 26 juin, pour procéder à son incinération. Mais d'après le rapport du commissaire, on a donné au procureur pour les scellés, qu'une partie symbolique, et une autre partie était réinjectée dans le circuit pour être vendue, et les recettes étaient partagées. Il est également dit que les grosses sommes d'argent saisies auprès de certains narcotrafiquants étaient partagées. Bref, il y avait une atmosphère de corruption et de pourrissement que le rapport du commissaire divisionnaire a porté à l'attention de l'opinion.»

REWMI.COM/MK



Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye