mis à jour le

La Tunisie propose d’accueillir le mufti de la terreur en Algérie

Le quotidien algérien « Le temps d’Algérie » rapporte , dans son édition du 22 juillet 2013 , ce qui suit . Nous le reprenons pour nos lecteurs tunisiens afin de les informer des manigances que le pouvoir provisoire islamiste d’Ennahdha est en train de tisser . Nuire à nos relations avec l’Algérie et permettre au plus grand terroriste de trouver sur le sol tunisien une terre d’accueil .Est-ce pour entrainez les milices islamistes à rééditer le bain de sang  et les années de terreurs en Tunisie ?

Maladresse diplomatique ou geste inamical ? Le parti islamiste Ennahdha, au pouvoir en Tunisie, a proposé l’exil politique au «mufti» du Groupe islamique armé (GIA) qui a fait des dizaines de milliers de victimes en Algérie. L’information a été rendue publique par le député islamiste jordanien Mohamed El Hadjouj qui, devant des députés de son pays, a révélé que la Tunisie a proposé d’accueillir Omar Mahmoud Othmane Abou Omar, alias Abou Qoutada.

Les faits remontent à quelques semaines lorsque Abou Qoutada était sur le point d’être extradé d’Angleterre vers la Jordanie. Le député jordanien Mohamed El Hadjouj a révélé que la Tunisie a proposé à Abou Qoutada l’exil en Tunisie pour éviter son extradition vers la Jordanie. Une proposition refusée par Abou Qoutada qui a préféré son extradition vers la Jordanie où, pourtant, il était menacé d’emprisonnement.

Le député jordanien qui intervenait hier sur la chaîne satellitaire CNN a ajouté que plusieurs députés tunisiens, notamment du parti Ennahdha, ont, durant des heures, discuté avec Abou Qoutada, pour tenter de le convaincre d’accepter l’offre tunisienne et éviter son extradition vers la Jordanie.

Cependant, le «mufti» de la mosquée de Finsbury Park, dans la banlieue londonienne, a refusé tout en expliquant aux députés qu’il voulait à tout prix faire le voyage vers la Jordanie afin de voir sa mère. Abou Qoutada s’était fait remarquer dans les années 1990 déjà, par l’intransigeance de son discours. Il a émis des «fetwas» qui ont servi de «caution» aux massacres de la population algérienne par le GIA, dont ceux de Raïs, à Sidi Moussa, et Bentalha.

Abou Qoutada qui a appelé aux massacres en Algérie, à travers le bulletin Al Ansar appartenant au GIA, encourageant les assassinats d’enfants, de femmes et de personnes âgées en Algérie, a été accusé également de financer des organisations armées en Jordanie. En Angleterre où il se trouvait avant son extradition, des politiques avaient appelé à son arrestation au moment où il appelait à la multiplication des massacres en Algérie.

D’autres évitaient d’appeler à son interpellation, le présentant comme étant un «agent des services britanniques». A la fin des années 1990, l’étau commençait à se resserrer sur lui après les événements du 11 septembre 2001.

En 2002, il disparaît pendant plusieurs semaines, détenu secrètement par les autorités britanniques, avant de réapparaître et annoncé comme officiellement détenu.

Libéré récemment, Abou Qoutada était assigné à résidence depuis le 11 mars 2011. En proposant d’accueillir Abou Qoutada, le parti islamiste tunisien Ennahdha, au pouvoir en Tunisie, commet un geste des moins amicaux envers l’Algérie et envers les dizaines de milliers de victimes du GIA.

Continuez la lecture sur letempsdz.com publié le 22 juillet 2013

Va-t-on assister à ces scènes atroces dans notre pays ? Voilà vous êtes avertis

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Tunisie

AFP

L'état d'urgence prolongé de quatre mois en Tunisie

L'état d'urgence prolongé de quatre mois en Tunisie

AFP

Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade

Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade

AFP

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

terreur

Zone de guerre

Centrafrique: l'est du pays a nouveau secoué par des violences

Centrafrique: l'est du pays a nouveau secoué par des violences

AFP

Centrafrique: un groupe armé sème la terreur dans l'intérieur du pays

Centrafrique: un groupe armé sème la terreur dans l'intérieur du pays

AFP

A Djibouti, les réfugiés yéménites fuient la terreur des raids aériens

A Djibouti, les réfugiés yéménites fuient la terreur des raids aériens

Algérie

AFP

Un écrivain humilié

Un écrivain humilié

AFP

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

AFP

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger