mis à jour le

Le Niqab pose problème en France

Le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls a jugé samedi 19 juillet que les violences sont  » inacceptables », en réaction aux heurts ayant opposé vendredi soir des habitants aux forces de l’ordre aux abords du commissariat de Trappes ( département d’Yvelines ), dans le quartier des Merisiers.

« Aucune raison ne justifie ces violences, elles sont inacceptables », a déclaré Manuel Valls devant la presse au cours d’un déplacement à Marseille.

« L’ordre public est rétabli, il sera rétabli à Trappes (…) Des effectifs nombreux sont déployés et resteront déployés toute cette fin de semaine. » « S’en prendre aux forces de l’ordre, aux institutions, aux biens publics n’a aucun sens, ne règle aucun problème et est inadmissible« , a-t-il souligné.

Le ministre (Parti Socialiste) délégué à l’économie sociale et solidaire et ancien élu de la 11e circonscription des Yvelines, Benoît Hamon, a indiqué pour sa part que »le devoir de l’Etat est de faire respecter la loi républicaine partout sur le territoire national et d’être intransigeant tant vis-à-vis des violences contre les policiers que vis-à-vis des actes de racisme qui se sont succédé ces dernières semaines ».

Vendredi soir quelque 250 jeunes de la ville étaient venus réclamer la libération d’un Trappiste de 25 ans, qui avait été placé en garde à vue pour rébellion, pour avoir sauté à la gorge, donné un coup de poing et tenté d’étrangler un policier qui contrôlait l’identité de sa femme, portant un voile intégral ( NIQAB ), près d’un Abri-bus, selon la police.

Vendredi soir, des violences ont eu lieu devant le commissariat, qui ont opposé les forces de l’ordre aux émeutiers - qui ont échangé tirs de Flash-Ball et de gaz lacrymogènes contre cailloux et mortiers.

Selon Le jounal le Monde, Christophe Crépin, du syndicat l'UNSA-Police, confirme que, « lors du contrôle d'identité d'une femme en voile intégral à un arrêt de bus jeudi, la situation a dégénéré », ce qui concorde avec différents témoignages des habitants. Le syndicaliste indique ensuite que si le mari a été ensuite placé en garde à vue pour rébellion, c'est par ce qu'il « a sauté à la gorge du policier qui effectuait le contrôle et a tenté de l'étrangler », laissant entendre une agression de la part de ce dernier ; ce qui ne va pas dans le sens des témoignages sur place. Des vidéos amateurs qui auraient pu capter la scène pourront peut-être permettre de déterminer clairement les responsabilités.
Six personnes ont été placées en garde à vue. Selon le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous, le mari de la femme en niqab, déféré au parquet de Versailles,  » devrait être convoqué dans environ deux mois après avoir été libéré avec un contrôle judiciaire ».

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

niqab

AFP

Tunisie: une institutrice et une surveillante suspendues pour port du niqab

Tunisie: une institutrice et une surveillante suspendues pour port du niqab

Bas les masques!

Ils se cachent sous le niqab

Ils se cachent sous le niqab

Amina Boumazza

Batna : poignardée par son père pour avoir refusé le port du niqab

Batna : poignardée par son père pour avoir refusé le port du niqab

France

AFP

L'ex-otage Thierry Frezier, enlevé au Tchad, est arrivé en France

L'ex-otage Thierry Frezier, enlevé au Tchad, est arrivé en France

Politique

Le plébiscite d'Emmanuel Macron chez les expatriés français d'Algérie

Le plébiscite d'Emmanuel Macron chez les expatriés français d'Algérie

AFP

Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine entre la France et le Sénégal

Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine entre la France et le Sénégal