mis à jour le

Situation nationale : Les évêques du Burkina mettent en garde contre la dégradation du climat social

Dans leur lettre pastorale, les premiers responsables de l'église catholique du Burkina interpellent l'ensemble des citoyens sur le malaise social perceptible dans l'agitation que suscite la mise en place du sénat. Après avoir établi le diagnostic d'une gouvernance de plus en plus déconnectée de la réalité et de l'éthique sociale et une fracture sociale de plus en plus béante, ils s'interrogent sur la valeur ajoutée réelle que le sénat peut apporter à notre pays et à ses pratiques démocratiques. Ils rappellent enfin que « les institutions ne sont légitimes que si elles sont socialement utiles ».

Lettre pastorale des évêques du aux fils et filles de l'Eglise famille de Dieu qui et au Burkina Faso et aux hommes et femmes de bonne volonté.

Chers Fils et Filles de l'Eglise - Famille de Dieu qui est au Burkina Faso !

Du 11 au 14 juin, selon le calendrier annuel, la Conférence Épiscopale Burkina-Niger a tenu à Ouagadougou son Assemblée plénière ordinaire.

1- A cette occasion vos pasteurs, les Évêques du Burkina Faso ne sont pas restés insensibles à la situation politico-sociale qui prévaut ces temps-ci, situation faite de tensions sociales et d'agitations, notamment autour de la mise en place du Sénat ; institution constitutionnelle dont la configuration vient d'être révélée avec l'adoption et la promulgation de la loi organique sur l'organisation et le fonctionnement du Parlement. L'agitation et les tensions sociales qui entourent cet événement laissent transparaître un malaise social un mal être de la société burkinabè en quête de repères. Voilà pourquoi vos Pasteurs les Évêques du Burkina Faso ont tenu à vous adresser une parole sur la situation nationale.

2- En effet, notre pays traverse depuis déjà quelques années une crise de société et connait des changements sociaux importants. Nous en avions déjà parlé dans le message que nous vous avions adressé lors de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance de notre pays.

I)- La société burkinabè a profondément changé

Ce changement est perceptible au triple plan de la démographie, de la structuration sociale et des valeurs de référence.

3- Au plan démographique, le changement s'affiche à travers une population de plus en plus jeune.

En effet, 46,4% de la population burkinabé a moins de 15 ans, et 59,1% a moins de 20 ans. Cette jeunesse, non seulement se sent de moins en moins dépendante des anciens, mais est surtout insatisfaite et perdue à cause de l'absence de modèle social. L'image que leur renvoient tous ceux et toutes celles qui exercent quelque pouvoir est plutôt négative car elle est brouillée par la corruption et le clientélisme ; d'où la tentation pour une partie de cette jeunesse de couver la violence fondée sur des ressentiments, ou de s'engager dans des deals voire des relations maffieuses pourvu que ça rapporte de l'argent rapidement.

4- Au niveau de la structuration sociale, force est de relever une élévation du niveau de connaissance moyenne due à l'alphabétisation ; celle-ci, qui était de 16,17% en 1985, a doublé et se situe à 32% en 2012. On note, par ailleurs, un meilleur accès, sur une base sociale de plus en plus large, à l'information du fait des technologies de l'information et de la communication (téléphones portables, radios communautaires, radios et télévisions privées, Internet). En outre l'on constate un éveil de conscience des femmes de plus en plus alphabétisées. En 2012, 33% des femmes de 15 à 24 ans étaient scolarisées contre 47% d'hommes ; celles-ci sont en outre impliquées dans les activités rémunératrices de revenus, notamment en milieu rural, qui leur permettent de prendre, très souvent, en charge les ménages (éducation, santé, habillement et nourriture) et d'entretenir les familles. Quant à la jeunesse, absente de la gouvernance, elle se sent peu concernée et peu impliquée dans la gouvernance du pays.

5- En ce qui concerne les valeurs, l'analyse est celle d'une société dans laquelle l'appétit est orienté moins vers le savoir, que vers l'argent, devenu une valeur de référence au-dessus de la famille, de la nation, de la république et de Dieu. L'argent est aujourd'hui un véritable maître, une divinité idolâtrée par une jeunesse largement assoiffée de biens matériels et prête à tout pour s'en procurer ; cette divinité inocule le poison de la corruption dans le corps social à telle enseigne que la corruption est devenue aujourd'hui une culture administrative aux pratiques banalisées.

6- A côté de cette déliquescence des valeurs morales et éthiques qui touche toutes les couches de la société, il y a lieu de souligner le paradoxe de la religiosité dont est saisie la société burkinabè. Un paradoxe dans la mesure où la montée en puissance de la pratique religieuse ne s'accompagne pas d'une exigence à conformer les comportements sociaux aux préceptes et commandements religieux. Ne risque-t- on pas là de verser dans une pratique quantitative et formaliste de la religion qui se satisfait du paraître et qui se contente des apparences sans lien avec les exigences éthiques des vécus sociaux ?

7- Dans quelle mesure ces importants changements sociaux sont-ils pris en compte ?

A l'analyse, il s'avère que le diagnostic est celui d'une gouvernance de plus en plus déconnectée de la réalité et de l'éthique sociale. D'ailleurs dès 2007, le Comité National d'Éthique soulignait dans son rapport que « l'impunité, la politisation, la corruption engendrent des frustrations et aboutissent à des révoltes, c'est-à-dire, au non respect des règles, au rejet de l'autorité et de ce qu'elle représente. C'est le terreau de l'indiscipline, et de l'incivisme. Elles substituent aux valeurs positives, d'autres valeurs qui sont à l'opposé de la morale comme l'argent et la position sociale. C'est par elles que surviennent les dysfonctionnements et les fractures sociales les plus graves ».

II)- La fracture sociale est de plus en plus béante

8- La fracture sociale est profonde du fait notamment de :
- la pauvreté de masse lancinante ; celle-ci atteint en effet 43,9% de la population qui vit en-dessous du seuil de pauvreté en 2010 contre 46,4% en 2003 ; cependant la croissance de la population de 3,1% par an tend à maintenir au même niveau, voire à faire croître, le taux de la pauvreté,
- la polarisation de la richesse au niveau d'un groupe qui se partage les pouvoirs politiques et financiers ;
- la corruption et la patrimonialisation de l'État.

9- L'espace socio-économique qui, normalement, doit être le plus large possible pour éviter l'exclusion et la marginalisation d'un grand nombre de personnes, s'est au contraire dangereusement réduit avec, en sus, le développement de la ploutocratie (le gouvernement par les riches). De nos jours, les ressorts de la démocratie sociale sont fragilisés, désamorcés voire inexistants.

A la polarisation politique et clanique de la richesse répond une pauvreté de masse qui voit plus des 2/5 (deux cinquièmes) de burkinabè vivre avec moins d'un demi-dollar (250CFA) par jour. Pendant que la base de la pauvreté s'élargit, le pouvoir financier est entre les mains d'un petit groupe. On assiste ainsi à une dégradation de la solidarité et du sens du bien commun au profit d'un individualisme prédateur.

10- C'est ainsi que, comme l'a constaté le Rapport Général de l'Étude Nationale Prospective Burkina 2025 « [...] On s'étonne aujourd'hui qu'au Burkina Faso, malgré la croissance relativement soutenue qu'a connue le pays ces dernières années, la pauvreté n'ait pas reculé d'un pouce mais ait plutôt marqué une relative progression. Cela étonne parce qu'on a oublié le facteur social, sa relative primauté sur, ou, en tout cas, forte liaison avec le facteur purement économique ».

11- Cette situation conduit à des attitudes de rejet ou de défiance, surtout de la part de la jeunesse, qui ne croit plus aux discours populistes et électoralistes et à l'égalité de chances parce qu'estimant vivre dans l'impasse, sans avenir, sans perspectives, et en qui s'accroit le sentiment de l'injustice ; « si tu ne connais personne là-haut tu ne peux rien obtenir, tu ne peux rien devenir », vont se répétant souvent bon nombre de jeunes.

Il s'ensuit un changement de mentalité et d'attitude des populations dans l'appréhension de la réalité sociale. La plupart des individus n'acceptent plus la pauvreté.

12- Dans un tel contexte de pauvreté de masse, on constate une montée de la violence qui s'exprime parfois sous forme d'incivisme et qui est la traduction d'un mécontentement profond. En effet, face à un avenir qui apparaît bouché, sans perspective de solution, une aigreur, voire une haine sourde, monte dans les c½urs et dans les esprits de la jeunesse. Cette violence est en train de devenir une culture dont les formes d'expression sont la justice vindicative et expéditive (véhicules brûlés), la montée de l'intolérance, les attaques contre les symboles de l'État et de la réussite. Il s'agit d'une vraie mutation qui refuse la résignation et qui s'inscrit dans le rejet et dans l'initiative tendant à agir pour rétablir un certain ordre se référant davantage aux principes moraux d'une justice proactive et d'une solidarité sociale effective.

13- Dans un tel climat de grande pauvreté où les besoins essentiels de base (santé, éducation, emploi, logement, nourriture) ne sont pas suffisamment couverts et un contexte d'une montée de jeunes à l'avenir incertain on peut s'interroger légitimement sur l'opportunité de la mise en place d'un Sénat ? Cette question interpelle plus d'un citoyen. Quelle valeur ajoutée un tel Sénat va-t-il apporter, réellement, à notre pays et à ses pratiques démocratiques ? N'est-il pas possible de faire un meilleur emploi des ressources financières limitées dont dispose le Burkina Faso pour mieux couvrir les besoins fondamentaux des populations en santé, éducation et emploi ? Ces questions sont, parmi d'autres, celles que se posent des citoyennes et des citoyens de notre pays, classé par le PNUD selon l'indice de développement humain (IDH) 183e sur 187 pays.

III)- Les institutions ne sont légitimes que si elles sont socialement utiles

14- « Le Burkina Faso est un Etat démocratique... ». Il pèse sur cette démocratie plusieurs risques susceptibles de dénaturer ses idéaux ainsi que son fonctionnement ; il en est ainsi notamment des mimétismes démocratiques ou des despotismes juridiques, des majorités fictives, des clanismes et des clientélismes et les corruptions financières qui leur sont attachées. Ils constituent autant de maladies qui menacent sa vie, sa survie et ses performances. En raison de cela, la démocratie doit être vécue par la communauté nationale comme une vigilance collective en gardant mémoire de l'intolérable, pour découvrir à temps les dangers invisibles et combattre les périls évidents.

15- La prévention de tels risques et le traitement de telles infections sociales requièrent que les acteurs qui animent la majorité électorale (parlementaire ou présidentielle) soient suffisamment avisés et sages pour rechercher à pratiquer des formes appropriées et des modes crédibles de démocratie consensuelle, consultative et inclusive. Les différents forums et journées nationales semblent vouloir répondre à ce souci mais un tel souci de prévention est-il une forme volontariste de la vigilance collective ? Il requiert des dirigeants du moment une assurance et une vision politiques. Ainsi atteindront-ils le but escompté, une intégrité morale. L'ingénierie et l'appui d'une communication ouverte la crédibilisent, notamment par rapport à l'élaboration et à la mise en ½uvre des stratégies fondamentales de sécurité alimentaire, de l'éducation pour tous, de la santé de proximité, d'emplois pour les jeunes, de l'eau potable accessible pour tous, des petites et moyennes entreprises produisant notamment la technologie, etc.

16- A la vérité, la démocratie, en rendant possible et en facilitant l'émergence de pouvoirs compensateurs et correcteurs, dans la société civile (organisations non gouvernementales), renforce, ce faisant, ses propres capacités de vigilance pour combattre et limiter l'avènement de l'antidémocratisme dû aux ambitions égoïstes.

Les sociétés démocratiques, comme toutes les sociétés humaines, ont besoin d'une rédemption divine, de prières et de grâces, pour une transformation radicale et une guérison des âmes perturbées par le mal. Elles ont besoin de conversion intérieure pour adhérer à la vérité qui fonde les réconciliations sociales et porte les succès démocratiques...

17- Pour sa part, « L'Église respecte l'autonomie légitime de l'ordre démocratique et elle n'a pas qualité pour exprimer une préférence de l'une ou l'autre solution institutionnelle ou constitutionnelle. La contribution qu'elle offre à ce titre est justement celle de sa conception de la dignité de la personne qui apparaît en toute plénitude dans le mystère du Verbe incarné » (Jean-Paul II, Centesimus Annus, 47). Elle considère que la politique est l'utilisation du pouvoir légitime pour atteindre le bien commun de la société, bien commun qui, comme l'affirme le Concile Vatican II, se concrétise dans "l'ensemble des conditions de vie sociale qui rendent possible pour les hommes, les familles et les groupes un accomplissement d'eux-mêmes plus plénier et plus aisé". L'Eglise et les chrétiens doivent mettre la priorité sur cette recherche éthique, à la lumière de l'Évangile. Par des prises de position courageuses, ils doivent constamment contribuer à mettre l'humain au centre de toute évolution sociale.

18- Ainsi, devant des propositions économiques ou politique jugées bonnes par les gouvernants et par une partie de l'opinion, il y a parfois lieu de s'interroger pour savoir : « C'est pour le bien de qui ? Quelles sont les conséquences de telle ou telle décision ? ». Ce faisant, si les institutions démocratiques ont pour rôle d'arbitrer les tensions et de maintenir l'équilibre entre ces aspirations concurrentes que sont la diversité et l'uniformité, l'individuel et le collectif, elles doivent le faire dans le but de renforcer la cohésion et la solidarité sociales. En effet, une démocratie sans valeurs éthiques se transforme facilement en un totalitarisme déclaré ou sournois, en des despotismes légaux, comme le montre l'histoire. L'utilité sociale des institutions doit constamment nous interpeler pour ne pas tomber dans les dérives du légalisme moralisateur car, ainsi que l'écrit André Louf, « Se contenter ainsi systématiquement et exclusivement de l'application des normes, même justifiées en soi, nous conduirait facilement à ce légalisme moralisateur, qui suffit sans doute pour asseoir une vie extérieurement honnête, mais dont les conséquences seront funestes à l'expérience intérieure ».

19- Dans tout processus démocratique, la société, à travers l'action de ses gouvernants, doit s'attacher tout particulièrement à satisfaire les besoins économiques fondamentaux des couches défavorisées, assurant ainsi leur pleine intégration au processus de la démocratie. Sans une telle préoccupation qui pointe vers un type de société qui se veut plus juste, la marginalisation d'une grande frange de la population, notamment les jeunes, ne peut conduire qu'à une remise en cause du mode de gouvernance appliqué. C'est en cela que l'Eglise catholique se laisse interpeler par le positionnement des institutions dans la société.

20- Sur la question qui divise l'opinion burkinabè, vos évêques tiennent à réaffirmer ici que l'Eglise catholique n'a pas à faire obstacle aux choix institutionnels et à l'adoption du Sénat. C'est ce qui explique qu'après avoir attiré l'attention des participants au CCRP sur l'inopportunité de la création du Sénat au point d'apparaître comme un empêcheur de tourner en rond, elle s'est rangée à l'opinion majoritaire non sans avoir exprimé ses regrets que n'aient pas été définis au sein du CCRP le contenu, la composition, les pouvoirs et les rapports d'une telle institution avec l'Assemblée nationale, en somme, la configuration du futur Sénat.

21- Nous gardons en mémoire l'exposé des motifs du projet de loi ayant conduit à l'adoption de la loi constitutionnelle N°001-2002/AN du 22 janvier 2002 supprimant la Chambre des Représentants et dans lequel il était écrit :.

« [...] Après dix ans de fonctionnement régulier de nos institutions, notre processus démocratique a aujourd'hui atteint sa vitesse de croisière et l'assemblée nationale fait preuve d'une efficacité progressive incontestable.
En outre, l'institution de la fonction publique parlementaire a permis aux députés de disposer d'un encadrement suffisant pour les aider à émettre des avis conséquents à l'occasion du travail législatif.
Il importe également de noter que le Gouvernement, pour plus d'efficacité dans le travail législatif, s'est doté d'une commission technique de vérification des avant-projets de loi avec pour mission de procéder à un toilettage systématique et conséquent des textes des avant-projets de loi avant leur soumission au Conseil des Ministres puis éventuellement à l'Assemblée nationale.
Enfin, l'expérience des parlements bicaméraux révèle une lourdeur administrative source de lenteur, en sus des coûts de fonctionnement très élevés pour les fragiles économies de nos Etats.
Dans notre pays, l'option prise de lutter contre la pauvreté commande que nous tenions compte de la question des coûts tout en ne perdant pas de vue la nécessité d'élargir la base du débat démocratique [...] »

22- Aujourd'hui plus qu'hier, les arguments ayant présidé au rejet du bicaméralisme sonnent encore plus vrais au regard de la configuration donnée au Sénat et ce, d'autant plus qu'une telle configuration, contrairement au principe de sa création, n'a nullement fait l'objet d'une approbation consensuelle.

23- L'Eglise catholique ne peut s'opposer aux choix institutionnels pour autant que les principes moraux et institutionnels sont respectés. Elle se doit de prendre la parole lorsque des valeurs essentielles de la vie sociale sont mises en cause. Se taire dans ces cas relèverait de l'infidélité au message du Christ que l'Eglise se doit de « répéter à temps et à contre temps » (Saint Paul). En effet, il est toujours du devoir de l'Eglise de rappeler les lignes directrices d'un engagement politique qui se veuille en accord avec les valeurs évangéliques que sont :
- la valeur absolue de la personne humaine parce que c'est elle qui est la fin véritable de toute politique et non les lois de l'histoire ou de l'économie ;
- l'attention particulière aux petits et aux pauvres parce qu'ils ont le plus besoin d'attention vu qu'il est tentant et facile de les laisser de côté ;
- la recherche de la justice, parce qu'elle est le minimum de l'amour et le fondement de la paix de la paix sociale ;
- la solidarité humaine parce que tous les êtres humains sont créés à l'image de Dieu, d'où leur égale dignité ;

- L'unité nationale qui exclut toute tendance xénophobe, régionaliste, et ethniciste dans la gestion de la chose publique.

- Le dialogue inter-religieux et culturel qui exclut tout fondamentalisme et tout fanatisme de quelque bord qu'il vienne.

- le souci du bien commun parce que ce que le chrétien est appelé à rechercher dans le domaine politique, c'est le bien d'une communauté humaine concrète. Il s'agit d'une communauté d'hommes et de femmes, jeunes et vieux, aimés de Dieu et pécheurs, imparfaits et infiniment respectables.

IV)- Un sursaut éthique et moral est plus qu'impérieux

24- Ainsi que nous l'avons relevé, c'est le déficit de démocratie sociale qui explique les tensions sociales qui agitent aujourd'hui le Burkina Faso. La démocratie pluraliste, que nous étions censés construire, s'est transformée en scepticisme, en désespoir, voire en colère, du fait que ce changement politique ne rime pas suffisamment avec l'espoir d'un meilleur devenir.

25- Il s'agit d'une situation qui fait craindre que le Burkina Faso ne devienne une poudrière sociale, si rien n'est fait pour conjurer ce danger. Dans ce contexte d'incertitude, rechercher la justice sociale, ½uvrer pour une transformation sociale et démocratique profonde, promouvoir les valeurs cardinales de solidarité et de subsidiarité, doit être aujourd'hui, plus qu'hier, la préoccupation majeure de ceux qui gouvernent : séparation des pouvoirs, indépendance de la justice, effectivité de la décentralisation etc... Il en est ainsi parce que, de plus en plus avertis, les citoyennes et les citoyens attendent de leurs gouvernants :

- plus d'équité dans la redistribution des richesses ;
- plus de transparence dans la gestion des affaires publiques ;
- plus d'éthique dans les comportements sociaux et politiques.

26- Toutes choses qui exigent une gouvernance qui poursuive le bien commun car, comme le soulignait le Pape Jean Paul II, « L'exercice du pouvoir politique doit se baser sur l'esprit de service qui, joint à la compétence et à l'efficacité nécessaires, est indispensable pour rendre « transparente » et « propre » l'activité des hommes politiques, comme du reste le peuple l'exige fort justement. Cela requiert la lutte ouverte et la victoire contre certaines tentations, comme le recours à des man½uvres déloyales, au mensonge, le détournement des fonds publics au profit de quelques-uns ou à des fins de « clientélisme », l'usage de procédés équivoques et illicites pour conquérir, maintenir et élargir le pouvoir à tout prix. ».

27- Il est plus qu'urgent d'enclencher un sursaut éthique de la société car tout ce climat prépare un avenir incertain, un avenir de tous les dangers. Il est temps que tout un chacun se ressaisisse et à tous les niveaux afin d'aller, par une véritable introspection, vers plus de justice sociale, l'acceptation de l'autre dans sa différence et plus de tolérance. Ce n'est qu'à ce prix que se construiront une nation burkinabè harmonieuse et une société véritablement démocratique au triple plan politique, économique et social.

28- Le Burkina Faso a besoin de justice, de réconciliation et de paix. Les protagonistes des tensions sociales actuelles (partis politiques de la majorité et de l'opposition, mouvements et associations, société civile), devraient éviter toute violence, tout débordement et toute action qui seraient de nature à aggraver les tensions, à porter atteinte à la dignité de la personne humaine et au bien commun, et à conduire notre pays vers le chaos.

29- Vos Évêques sont animés par la volonté de contribuer à l'édification d'un État de droit garantissant l'exercice des droits collectifs et individuels, la liberté, la dignité, la sûreté, le bien-être, le développement, l'égalité et la justice comme valeurs fondamentales d'une société. Ils vous adressent à vous tous et toutes, fils et filles de la Famille de Dieu au Burkina et à vous hommes et femmes de bonne volonté ces paroles de Jésus-Christ, notre rédempteur :
- « Heureux les miséricordieux : il leur sera fait miséricorde. »
- « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ».

Ouagadougou, le 15 juillet 2013

Les Évêques du Burkina Faso

Mgr Séraphin François ROUAMBA, Archevêque de Koupéla
Mgr Philippe OUEDRAOGO, Archevêque de Ouagadougou
Mgr Paul Y OUEDRAOGO, Archevêque de Bobo-Dioulasso, Président Conférence Episcopale
Mgr Lucas K. SANOU, Evêque de Banfora
Mgr Thomas KABORE, Evêque de Kaya
Mgr Joseph SAMA, Evêque de Nouna
Mgr Joachim OUEDRAOGO, Evêque de Koudougou, Vice Président Conférence Episcopale
Mgr Jude BICABA, Evêque de.Dédougou
Mgr Kusiélé Raphaël DABIRE, Evêque de Diébougou
Mgr Justin KIENTEGA, Evêque de Ouahigouya
Mgr Gabriel SAYAOGO, Evêque de Manga
Mgr Modeste KAMBOU, Evêque de Gaoua
Mgr Pierre Claver Y. MALGO, Evêque de Fada N'Gourma
Mgr Prosper KONTIEBO, Evêque de Tenkodogo
Mgr Laurent DABIRE, Evêque de Dori
Mgr Léopold Médard OUEDRAOGO, Evêque auxiliaire de Ouagadougou

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Burkina

AFP

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

AFP

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

AFP

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

garde

AFP

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

AFP

John Kerry met en garde l'armée nigériane contre les répressions

John Kerry met en garde l'armée nigériane contre les répressions

AFP

Congo: un journaliste de TV5 Monde en garde

Congo: un journaliste de TV5 Monde en garde

climat

Développement durable

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

AFP

Trump élu: les défenseurs du climat sonnés mais déterminés

Trump élu: les défenseurs du climat sonnés mais déterminés

AFP

Présidentielle aux Comores: climat tendu pour le deuxième tour

Présidentielle aux Comores: climat tendu pour le deuxième tour