mis à jour le

Maèl Thiam, administrateur de l'Apr, à " Grand Oral " : " Ce que Macky Sall a réalisé en 1 an, aucun autre chef de l'Etat du Sénégal ne l'a jamais réalisé "

Maèl Thiam était l'invité de l'émission "Grand Oral" de la radio Rewmi Fm ce samedi. Dans un entretien à paraitre intégralement dans l'édition de Rewmi quotidien du lundi 22 juillet, l'administrateur de l'Alliance pour la République (Apr) a abordé l'actualité nationale, dominée par cette affaire de drogue qui pollue l'atmosphère dans la police nationale, l'arrestation du jeune camerounais qui se faisait passer pour un conseiller du chef de l'Etat Macky Sall, mais aussi, le bilan du nouveau régime à mi-parcours, et les querelles notées au sein de son parti. Il répondait aux questions de Fatou Thiam Ngom et Birahim Touré.

Affaire de drogue à la police nationale

Maèl Thiam n'est pas surpris par cette affaire qui éclabousse la police nationale, pour ne pas dire la République, a t-il dit. L'administrateur de l'Apr explique cet état de fait, par le fait que sous l'ancien régime, des agissements pareils étaient fréquents. Selon lui, le régime de Abdoulaye Wade qu'il qualifie de " régime de délinquants", favorisait "la corruption, la concussion et le grand banditisme". Cependant il se dit triste d'avoir appris cette nouvelle, et promet que des mesures seront prises par le chef de l'Etat.

Affaire Joèl Manou

Concernant l'affaire Joèl Manou, du nom de ce jeune camerounais qui se présentait comme un conseiller spécial du chef de l'Etat avant d'être arrêté par la police des frontières, Maèl Thiam minimise : " Ce n'est pas important. c'est un délinquant qui a été pris et qui sera sanctionné".

Bilan à mi-parcours de Macky Sall

Sur son appréciation du travail abattu par le régime en place, M Thiam est formel : " Ce que Macky Sall a réalisé en 1 an, aucun autre chef de l'Etat du Sénégal ne l'a jamais réalisé ". Il cite comme exemple l'augmentation des salaires de " 15 à 90 000 FCfa", l'augmentation de la pension des retraités de 10%, la baisse du prix du riz à 250 FCfa, celle du prix du ciment, mais aussi l'annulation de 887 lignes téléphoniques qui coutaient énormément à l'Etat, sans oublier la prise en charge par l'Etat, de la formation de plus de cinq mille (5000) étudiants, pour un coup global de plusieurs milliards de francs Cfa.

Querelles au sein de l'Apr

Concernant les querelles au sein de l'Apr, Maèl Thiam les trouve " surprenant et dommage". Il est d'avis que cela est lié au "caractère atypique" de l'Apr qui est un parti jeune qui a très tôt pris le pouvoir. L'explication de ces querelles peut aussi être trouvée dans le fait que " nous sommes dans un cadre ou chacun cherche sa place", selon lui. Cependant, "ces comportements ne reflètent pas l'image de l'Apr" a-t-il dit.

Affaire Hissène Habré

L'administrateur de l'Apr rappelle que le processus du jugement de Hissène Habré est entamé par l'ancien Président Abdoulaye Wade et que Macky Sall assure la continuité de l'Etat.

Inondations

Pour ce qui est des inondations, Maèl Thiam est catégorique : " Au plus tard, dans les cinq ans qui viennent, on ne parlera plus d'inondation au Sénégal". Il rappelle également qu'un programme de deux mille logements est mis en ½uvre.

REWMI.COM/MK

chef

AFP

Egypte: un ancien chef d'état major candidat

Egypte: un ancien chef d'état major candidat

AFP

Zimbabwe: le chef de l'opposition suggère qu'il va passer la main

Zimbabwe: le chef de l'opposition suggère qu'il va passer la main

AFP

Zimbabwe: le président Mnangagwa rend visite au chef de l'opposition

Zimbabwe: le président Mnangagwa rend visite au chef de l'opposition

Sénégal

AFP

Tuerie en Casamance: le Sénégal suspend toutes les autorisations de coupe de bois

Tuerie en Casamance: le Sénégal suspend toutes les autorisations de coupe de bois

AFP

Casamance: la rébellion condamne le massacre dans un Sénégal en deuil

Casamance: la rébellion condamne le massacre dans un Sénégal en deuil

AFP

Le Sénégal promet une traque "sans répit" après le massacre de 13 jeunes en Casamance

Le Sénégal promet une traque "sans répit" après le massacre de 13 jeunes en Casamance