mis à jour le

Médecine et pharmacopée traditionnelles : Promouvoir les bonnes pratiques

La salle de conférence du secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le VIH/SIDA et les Infections sexuellement transmises (SP /CNLS/IST) a abrité, les 9 et 10 juillet 2013, la 9ème édition de la rencontre nationale de concertation sur la médecine et la pharmacopée traditionnelles. Après deux (2) jours d'échanges, les acteurs du domaine se sont engagés, à travers des actions concrètes, à promouvoir les bonnes pratiques au profit de la santé de la population.

Les malades au Burkina ont, en première intention, d'aller vers la médecine et la pharmacopée traditionnelles. Les statistiques donnent un chiffre de près de 80%. La médecine conventionnelle n'intervenant qu'après échec. Effectivement l'importance des Tradipraticiens de santé (TPS) dans le dispositif sanitaire au Burkina n'est plus à démontrer. C'est qui a motivé la 9e édition de la rencontre nationale de concertation sur la médecine et la pharmacopée traditionnelles tenu les 9 et 10 juillet dernier.

Elle a regroupé environ 150 participants venus des directions régionales de la santé (directeur régional et pharmacien), des instituts de recherche intervenant dans le domaine des plantes médicinales, des directions techniques du ministère de la Santé, des réseaux, des ONG et associations ½uvrant dans le domaine de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles ainsi que des Ordres professionnels de la santé du Burkina (pharmaciens et infirmiers) des partenaires tels que l'Organisation Ouest africaine de la santé (OOAS) et la Banque mondiale étaient présents.

L'objectif étant de permettre également de mieux capitaliser les acquis des différentes interventions et d'améliorer le savoir-faire des tradipraticiens pour mieux répondre aux besoins des populations en matière de soins traditionnels. C'est ce qu'a affirmé le ministre de la santé, Léné Sebgo à l'ouverture des travaux. Cette collaboration s'est du reste manifestée sur le terrain avec la construction de deux (2) structures d'interface à Tenkodogo et à Ouahigouya. C'est-à-dire des structures de consultation et de suivi de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles dans les hôpitaux.

Les bonnes pratiques à mettre en exergue passent par l'obtention des autorisations codifiées par les services de santé. Aux TPS présents, les démarches et les documents à fournir ont étés expliqués. C'est le cas du diagnostic des maladies à potentiel épidémique telles que le choléra, la méningite. Ils ont été sensibilisés à se référer aux services de santé rapidement en cas d'échec.

Les participants que sont les médecins-chefs de district, les pharmaciens des régions, les chercheurs, les associations, les PTF et les TPS sont repartis en prenant de nouveaux engagements pour la promotion des bonnes pratiques dans le domaine de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles. D'ores et déjà, il faut travailler à dissiper les méfiances.

Marceline ILBOUDO

Quelques recommandations à l'issue de la rencontre

1- Au Secrétariat général de la santé

1. Accompagner la mise en place, l'équipement et le fonctionnement des structures d'interface de Tenkodogo et de Ouahigouya ; 2. Autoriser l'utilisation des fonds propres au niveau des districts pour financer les activités de médecine et de pharmacopée traditionnelles ;

A la Direction de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles :

1.Réviser le processus d'évaluation des TPS dans le cadre de l'autorisation d'exercice de la médecine traditionnelle ; 2.Revoir les directives de planifications pour le niveau périphérique ;

A la Direction générale de la santé :

1.Renforcer le rôle des TPS dans la surveillance épidémiologique ; 2.Prendre en compte les TPS dans le plan stratégique de la santé communautaire ; 3.Impliquer les TPS dans la mise en ½uvre du Règlement sanitaire international (RSI).

Aux Directions régionales de la santé et aux districts sanitaires :

1.Développer des stratégies locales pour la mise en ½uvre des activités de médecine et de pharmacopée traditionnelles ; 2.Renforcer l'encadrement des Tradipraticiens de santé (TPS) dans la promotion des bonnes pratiques en matière de médecine et de pharmacopée traditionnelles ; 3.Répertorier et documenter les bonnes pratiques de soins traditionnelles par région.

Aux tradipraticiens de santé :

Mettre en place des jardins botaniques au niveau village, communal, provincial et régional.

2-Les TPS s'engagent

- Considérant la confiance sans cesse renouvelée du ministère de la santé ;

- Considérant les énormes efforts consentis par le ministère de la santé en faveur du secteur de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles ;

- Considérant les conclusions de la présente rencontre nationale de concertation ; Nous, tradipraticiens de santé du Burkina Faso, prenons l'engagement de travailler à mettre en place et dynamiser nos structures associatives à tous les niveaux ; renforcer la collaboration avec les agents de santé ; renforcer notre contribution dans la surveillance épidémiologique ainsi que dans la mise en ½uvre de la politique de santé communautaire.

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

médecine

Science

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

AFP

En Sierra Leone, Ebola a changé le rapport

En Sierra Leone, Ebola a changé le rapport

Médecine

Au Kenya, utiliser son smartphone pour réduire les risques de cécité

Au Kenya, utiliser son smartphone pour réduire les risques de cécité

pratiques

AFP

Pratiques sexuelles "nuisibles": prison pour un séropositif malawite

Pratiques sexuelles "nuisibles": prison pour un séropositif malawite

AFP

Maroc/psychiatrie: vaste opération pour fermer un mausolée aux pratiques controversées

Maroc/psychiatrie: vaste opération pour fermer un mausolée aux pratiques controversées

Actualités

Lotissements : Des états généraux pour de nouvelles pratiques

Lotissements : Des états généraux pour de nouvelles pratiques