mis à jour le

Ramadhan : ces non-musulmans qui jeûnent

«Le Ramadhan pour moi est une question de vie en société. Jeûner avec mes amis musulmans, c'est vivre au rythme des Algériens. Avoir faim en même temps qu'eux, rompre le jeûne ensemble... Quel est l'intérêt de f'tourer le soir lorsqu'on a bien mangé quelques heures auparavant ?», déclare Olivia, Française, venue en Algérie depuis quelques mois pour un stage. Les non-musulmans qui trouvent du mal à manger pendant la journée finissent habituellement par quitter le pays au moins durant cette période. Fait inédit aujourd'hui : ils tentent de jeûner. Raisons : par respect, expérience et ou aventure... Camille et Olivia, deux amies françaises venues en Algérie pour un stage (aussi), y vivent depuis quelques mois. Elles ont décidé de faire carême. Pour Camille, le choix comporte un autre motif : la religion. Chrétienne, elle attribue une dimension spirituelle à son jeûne. «C'est une pratique qui n'existe pas dans ma religion, explique-t-elle. C'est un rituel qui permet de faire de la place pour autre chose que la nourriture.» José, un Espagnol qui travaille à Oran depuis trois ans, est passé par toutes ces étapes. L'année de son arrivée, il a fait carême «pour l'expérience». Puis le défi est devenu permanent : il s'est marié avec une Oranaise et, depuis, ils vivent le Ramadhan ensemble. Cette année, fraîchement converti à l'islam, le jeûne devient pour lui partie intégrante de sa religion. «Je crois même que j'observe le jeûne plus strictement que mon épouse», s'amuse-t-il. Ceux qui, comme José, observent le jeûne pendant des années sont plutôt rares. «J'en fais l'expérience parce que c'est pour une courte période», témoigne Olivia. Les expatriés installés à Alger choisissent plutôt l'option «fuite» : ils calent leur congé durant Ramadhan et passent le mois ailleurs. Une réaction qui s'explique par une particularité algérienne : «Absolument tout est fermé. Avant, il était tout de même possible de se restaurer discrètement, il y avait des établissements dédiés. C'est le cas dans d'autres pays arabes», explique un expatrié français.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

ramadhan

fellabouredji

Fin de Ramadhan mouvementée en Algérie : Non jeûneurs contre islamistes

Fin de Ramadhan mouvementée en Algérie : Non jeûneurs contre islamistes

fellabouredji

Fin de Ramadhan mouvementée en Algérie : Non jeûneurs contre islamistes

Fin de Ramadhan mouvementée en Algérie : Non jeûneurs contre islamistes

Maïna F.

Appel à la solidarité avec les SDF pendant le Ramadhan : 1€ pour un repas

Appel à la solidarité avec les SDF pendant le Ramadhan : 1€ pour un repas