mis à jour le

Alger : colère à la gare Agha

«C'est de la stigmatisation contre les résidants des banlieues ! Cela signifie que lorsqu'on n'a pas les moyens de loger au centre-ville, on ne jouit pas des mêmes droits que les personnes aisées qui peuvent sortir, se rendre en ville, visiter des amis ou de la famille... Nous sommes les victimes directes de ce système !», dénonce Hichem que nous avons rencontré à la gare Agha d'Alger. Tous les clients s'accordent à dire que «c'est la catastrophe !». Il n'y a pas de train après le f'tour et ceux de la journée s'arrêtent tôt. Ils sont en colère contre la SNTF qui «offre des services défectueux en ce mois de Ramadhan». A commencer par les horaires. «Vous vous rendez compte : le dernier train de banlieue est à 19h37 ! Nous, nous rentrons chez nous ! Et après le f'tour, il n'y a plus le moindre moyen de rejoindre le centre-ville», dénonce Salima, étudiante en esthétique. Vient ensuite la mauvaise gestion du service, jugé «déplorable», par Hassan. Cet homme âgé est usé d'attendre chaque jour son train (destination Reghaïa) une heure durant, alors que «les retards s'enchaînent. On suffoque même avec la clim, et les trains sont tellement bondés qu'on fait le trajet debout». Nadia, jeune ingénieure, souligne que les dénonciations des usagers ne sont pas nouvelles : «Des réclamations sont déposées à la SNTF, mais il n'y a rien à faire. Tous les ans, c'est le même combat. J'écris régulièrement à l'entreprise qui ne me répond jamais.» Côté, SNTF, l'entreprise fait la sourde oreille à ces critiques acerbes.Le chef de service de la gare Agha affirme n'avoir «aucune plainte de la part des usagers», et assure que tout fonctionne parfaitement.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Alger

AFP

Macron

Macron

AFP

Macron

Macron

AFP

Macron

Macron

colère

AFP

Pauvreté: Des Nigérians en colère occupent un site pétrolier de Shell

Pauvreté: Des Nigérians en colère occupent un site pétrolier de Shell

AFP

Italie: colère et incompréhension dans les "dépotoirs"

Italie: colère et incompréhension dans les "dépotoirs"

AFP

Ethiopie: la colère des manifestants, "un feu caché sous la cendre"

Ethiopie: la colère des manifestants, "un feu caché sous la cendre"