mis à jour le

Un imam américain réfute la dichotomie entre musulmans modérés et extrémistes

L'imam américain Yahya Hendi, aumônier à l'Université de Georgetown et à l'École navale nationale de médecine, a réfuté la dichotomie entre musulmans modérés et extrémistes, estimant que ''l'on est musulman ou on ne l'est pas''.
''Il y a des musulmans et des non des musulmans'', selon l'Imam Hendi, qui s'exprimait dans un entretien avec l'APS, jeudi. Il a fustigé ces extrémistes qui ont ''une position exclusiviste du message du Coran, de l'islam et des hadits du Prophète''.
Pour l'imam Yahya Hendi, qui séjourne au Sénégal du 17 au 19 juillet, dans le cadre des activités du Ramadan 2013 organisées par l'ambassade des États-Unis, ''être musulman c'est être plein de compassion, être épris de paix''.
''Un musulman doit honorer la femme, promouvoir les sciences, la propreté physique et spirituelle'', a dit l'imam Hendi, présenté dans un document de presse, comme ''la première personne à être embauchée comme aumônier musulman à plein temps dans une université américaine.''
''Les extrémistes ont une position exclusiviste du message du Coran et de l'islam et des hadits du Prophète'', a déploré Hendi, qui a été conseiller des présidents Clinton et Bush (fils) sur la religion musulmane et sur les questions inter-religieuses. Il a également rencontré le président Obama en 2009.
Ces extrémistes veulent exclure les femmes de l'éducation, alors que le Prophète de l'islam a déclaré que l'éducation est une ''obligation'' pour les hommes et les femmes, a indiqué l'imam Hendi qui donne des cours dans les universités Johns Hopkins, Fordham et de Georgetown, et à Hartford Seminary.
Selon lui, les extrémistes avancent que les ''musulmans doivent dominer le monde, alors que le Coran enseigne qu'il n'y a pas de contraintes en matière de religion'', a rappelé l'imam, choisi en mai 2002 par Hartford Seminary pour recevoir son prix annuel James Gettemy Significant Ministry Award pour sa contribution pour ''la promotion et le renforcement de la paix entre les peuples de différentes religions''.
''Les extrémistes ont donné le nom de violence à l'islam, alors que l'islam est une religion qui n'accepte pas la violence. Les extrémistes ternissent l'image de l'islam (...)'', a-t-il souligné, saluant le Sénégal comme ''une nation de paix, sans violence''.
L'imam Yahya Hendi séjourne au Sénégal, du 17 au 19 juillet, dans le cadre des activités du Ramadan 2013 organisées par l'ambassade des États-Unis à Dakar. Il animera une série de conférences et de discussions autour du thème de l'évolution de la signification et le rôle de la paix dans le discours religieux au Sénégal, aux États-Unis et dans le monde.
Les différentes manifestations seront organisées en collaboration avec l'Institut islamique de Dakar, la Grande Mosquée de Dakar, des groupements de femmes musulmanes locales, la Radio Al Madina et la famille religieuse des Layènes.

imam

AFP

Afrique du Sud: un imam tué et deux personnes blessées lors d'une attaque dans une mosquée

Afrique du Sud: un imam tué et deux personnes blessées lors d'une attaque dans une mosquée

AFP

Le gouvernement expulse vers l'Algérie un imam salafiste marseillais

Le gouvernement expulse vers l'Algérie un imam salafiste marseillais

AFP

Kenya: la veuve d'un imam condamnée

Kenya: la veuve d'un imam condamnée

américain

AFP

Le Cameroun désapprouve vivement les propos de l'ambassadeur américain

Le Cameroun désapprouve vivement les propos de l'ambassadeur américain

AFP

La force G5-Sahel réclame

La force G5-Sahel réclame

AFP

Au Caire, la ferveur des Egyptiennes pour le football américain

Au Caire, la ferveur des Egyptiennes pour le football américain

musulmans

AFP

Nigeria: des jeunes en colère tuent 11 musulmans après l'attaque d'une église

Nigeria: des jeunes en colère tuent 11 musulmans après l'attaque d'une église

AFP

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef

AFP

Ouganda: la justice accusée de faire des musulmans des "boucs émissaires"

Ouganda: la justice accusée de faire des musulmans des "boucs émissaires"