mis à jour le

Menace de grève des gérants de stations-service

La filiale de Sonatrach chargée de la commercialisation et de la distribution des produits pétroliers et dérivés est passée à l'acte. Elle a pris sur elle de sanctionner des gérants qui ne se conforment pas à un arrêté controversé du wali d'El Tarf, qui ordonne aux stations-service de prendre des renseignements sur tous les véhicules qui s'approvisionnent en carburant. Ses responsables ont bloqué la livraison, lundi, pour une station-service de Aïn El Assel (El Tarf) et sont allés, mardi, jusqu'à menacer une autre de faire de même. Ces menaces étaient accompagnées le 16 juillet de paroles imprudentes et l'affaire risque d'aller en justice, selon le gérant de la station d'Om Teboul (El Kala) qui s'est fait traiter de contrebandier. Hier, ce sont deux autres stations qui ont été privées de leur livraison quotidienne. Contacté par téléphone, le directeur de Naftal Annaba a refusé de nous donner sa version des faits. L'autre question étant de savoir qui a ordonné à Naftal d'agir de la sorte ? Rappelons que les gérants des stations-service d'El Tarf ont décidé de ne pas mettre en application la récente décision du wali pour d'évidentes raisons sécuritaires, mais surtout parce qu'ils n'ont, en leur qualité de commerçant, aucun droit pour le faire. Ils ont aussi pris la décision de cesser toute activité, si l'un d'eux fait l'objet de sanctions. Laribi Samir, vice-président de l'Uniprest, union nationale des gérants de stations-service, nous a indiqué hier : «Malgré la notification qui lui a été faite à ce sujet, Naftal outrepasse ses droits en se chargeant du volet coercitif de l'arrêté du wali.» «Nous avons des relations strictement commerciales avec Naftal et les cas de suspension de livraison sont clairement énoncés dans les contrats, comme le défaut de paiement ou vendre des produits autres que ceux de Naftal. Nous sommes solidaires avec nos membres à El Tarf et nous avons déjà envisagé un mouvement de grève nationale contre ce que nous considérons comme de l'arbitraire», a-t-il indiqué. La tension monte et les esprits s'échauffent. Encore une fois, au lieu de privilégier la concertation, la réflexion et la coordination pour traiter la question délicate et complexe de la contrebande de carburant, on fait dans le bricolage et l'improvisation. Et c'est plus dangereux lorsqu'on se trompe de cible.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

menace

AFP

Zimbabwe: l'ex-vice-président demande la démission de Mugabe, menacé de destitution

Zimbabwe: l'ex-vice-président demande la démission de Mugabe, menacé de destitution

AFP

Zimbabwe: Mugabe menacé d'une procédure de destitution par son parti

Zimbabwe: Mugabe menacé d'une procédure de destitution par son parti

AFP

Ethiopie: le récent regain de tension menace l'équilibre ethnique

Ethiopie: le récent regain de tension menace l'équilibre ethnique

grève

AFP

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

AFP

RDC: appel

RDC: appel

AFP

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale