mis à jour le

43è Sommet de la CEDEAO : LES CHEFS D’ETAT SALUENT LA RESOLUTION EN COURS DE LA CRISE AU MALI

Après la reconquête des régions du nord avec l’aide de la Communauté internationale et l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu le 28 juillet prochain, tout le monde est d’accord qu'une page sombre de l’histoire récente de notre pays se tourne

La 43è session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) s’est ouverte hier à Abuja en présence du président de la République par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré. L’enjeu de cette rencontre qui se tient dans la capitale nigériane reste toujours la situation dans notre pays. A ce propos lors des travaux à huis clos, le médiateur de cette crise, le président burkinabè Blaise Compaoré fera un exposé sur l’évolution de la crise au Mali qui est sur le point d’être définitivement résolue. En effet, après la reconquête des régions du nord avec l’aide de la communauté internationale et l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 28 juillet prochain, tout le monde est d’accord que les choses sont en bonne voie pour tourner cette page sombre de l’histoire récente de notre pays.

L’exposé du médiateur Blaise Compaoré sera suivi par celui du président du Nigéria, Goodluck Ebele Jonathan, médiateur associé de la crise malienne.

Le sommet se penchera aussi sur la situation en Guinée Bissau qui a été secouée par une série de coups d’Etat militaires l’année dernière. Le groupe de contact régional chargé de la gestion de cette crise fera le compte rendu des actions qui ont été menées dans le but de ramener la paix dans ce pays membre de la communauté.

Lors de la cérémonie d’ouverture, tous les intervenants se sont réjouis de la résolution en cours de la crise malienne grâce aux efforts du peuple malien et de l’ensemble de la communauté internationale. Après avoir salué les efforts de tous les acteurs impliqués dans la résolution de la crise au Mali, le chef de l’Etat nigérian a jugé que la situation progresse aujourd’hui dans « la bonne direction ». Goodluck Ebele Jonathan a ajouté que la convergence des actions est importante pour la tenue des élections à venir et pour le dialogue inclusif conformément à l’Accord de Ouagadougou du 18 juin entre le gouvernement malien et les groupes armés de Kidal.  L’hôte du sommet a, enfin, invité les partenaires internationaux à continuer à aider le Mali à sortir définitivement de cette crise.

Photo d'AbujaQuant au président en exercice de la CEDEAO, l'Ivoirien Alassane Dramane Ouattara, il a rendu hommage à tous les soldats qui ont perdu la vie au Mali, au Niger et au Nigéria dans la lutte contre le terrorisme. Selon le président en exercice de la CEDEAO, le processus pour la tenue du premier tour de l’élection présidentielle au 28 juillet prochain est « irréversible ». A ce propos, Alassane Dramane Ouattara a noté que le peuple malien saura compter sur l’expérience de sa classe politique et sur l’appui de la Communauté internationale. Le président ivoirien n’a pas manqué de saluer le « courage et la détermination » de Dioncounda Traoré dans la conduite de la transition, une chose qui n’était pas gagnée d’avance.

Le président de la commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Saïd Djinnit, et celui du président de la commission de l’Union africaine, Pierre Buyoya, ont également salué les efforts qui ont été déployés pour résoudre la crise malienne. « La sécurité a été établie au Mali grâce à la détermination de nous tous », a rappelé le président de la commission de la CEDEAO. Kadré Désiré Ouédraogo a toutefois appelé à la vigilance en faisant allusion aux attaques terroristes qui ont visé le Niger ces derniers mois.

Le représentant du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’ouest a souligné l’importance de l’Accord de Ouagadougou du 18 juin, avant d’inviter les parties signataires à le respecter dans l’intérêt pour le Mali de retrouver la paix et son intégrité territoriale. Par ailleurs, Saïd Djinnit estime que notre pays a besoin d’un gouvernement de large ouverture après les élections de 2013 dans le souci de faire participer toutes les sensibilités à sa gestion.

Le 43è sommet de la CEDEAO prend fin aujourd’hui par la signature d’une série d’actes et décisions des dirigeants de la Communauté.

Envoyé spécial

M. KEÏTA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

sommet

AFP

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Cédéao

Politique

En Afrique de l'Ouest, bientôt une limite de deux mandats pour les chefs d'Etat?

En Afrique de l'Ouest, bientôt une limite de deux mandats pour les chefs d'Etat?

Nigeria

Le silence coupable des élites africaines face à Boko Haram

Le silence coupable des élites africaines face à Boko Haram

Panique

L'épidémie d'Ebola en Guinée devrait tous nous inquiéter

L'épidémie d'Ebola en Guinée devrait tous nous inquiéter

résolution

AFP

Soudan du Sud: l'ONU révise son projet de résolution après le rejet de Juba

Soudan du Sud: l'ONU révise son projet de résolution après le rejet de Juba

AFP

Burundi: un projet de résolution de l'ONU demande une enquête "en urgence"

Burundi: un projet de résolution de l'ONU demande une enquête "en urgence"

AFP

ONU: adoption de la résolution anti-EI présentée par la France

ONU: adoption de la résolution anti-EI présentée par la France