mis à jour le

Société : Un salon dédié au mariage voit le jour à Ouagadougou

Après le SIAO, le SITHO, le SICABAT, voici le Salon international du mariage de Ouagadougou (SIMO), prévu pour se dérouler du 1er au 3 novembre prochain sur le site du SIAO. Lancé par « MP Evènementiel », le SIMO se veut un outil au service de ceux qui souhaitent organiser la cérémonie de leur mariage ou autre manifestation.

Commissaire générale du SIMO, Liliane Maïga explique les raisons de la création de ce salon, les objectifs visés et pour le public intéressé, les modalités de participation.

Liliane Maïga, commissaire générale du SIMO : « Permettre aux futurs mariés d'avoir accès aux meilleurs prestataires »

Qu'est-ce qui vous a poussée à organiser un Salon du mariage ?

L'idée d'organiser un salon du mariage m'est venue suite aux difficultés que mon mari et moi avons rencontrées au moment de l'organisation de notre mariage. Quant on est jeune salarié avec des horaires contraignants au service, il est extrêmement difficile d'identifier et contacter les différents prestataires dont on a besoin pour la réussite de l'évènement, sachant qu'il faut dans le même temps, faire des démarches administratives à la mairie, religieuses, soit à l'église ou à la mosquée.

A l'expérience, je peux vous dire que c'est compliqué. Au début, on croit que c'est facile, mais quand on se lance dedans, on découvre que c'est un grand évènement, avec beaucoup de choses à planifier et ce n'est pas toujours facile pour tout le monde.

J'ai aussi une agence de décoration, et à chaque fois que je rencontre de futurs mariés, je me rends compte qu'ils sont perdus. J'ai donc décidé de les aider en les orientant vers des prestataires qualifiés qui pourront les accompagner dans l'organisation réussie de leur mariage. Le SIMO se veut international ; des pays étrangers sont-ils attendus ? Le SIMO a une dimension internationale parce que grâce à notre site web, www.simo-bf.com, des prestataires d'autres pays peuvent s'inscrire et faire connaitre leurs produits et services. Le SIMO est organisé à Ouagadougou, mais il est ouvert à tout le monde y compris au non Burkinabè ; l'essentiel étant de permettre aux futurs mariés d'avoir accès aux meilleurs prestataires, aux professionnels ½uvrant dans le domaine de l'organisation du mariage, mais aussi d'autres évènements comme les baptêmes, les anniversaires, les funérailles, etc.

Pour cette première édition, nous avons pensé inviter un pays voisin et ami, la Côte d'Ivoire en l'occurrence.

La télévision nationale a diffusé il y a quelques semaines un spot publicitaire sur un salon du mariage de Ouagadougou, mais manifestement il ne s'agissait pas du votre. Avez-vous pensé à protéger juridiquement votre concept auprès de OAPI ?

Oui, nous avons effectivement vu ce spot publicitaire à la télé et on était tous surpris. Beaucoup de nos amis nous ont appelés consternés. Nous avons surtout constaté que le spot diffusé a littéralement utilisé les conseils que nous avons donnés aux internautes sur notre site internet tels que la collection du styliste KT Design.

Dès que nous avons eu la confirmation de l'enregistrement à l'OAPI le 01 mars 2013, le même jour, nous avons mis en ligne notre site internet www.simo-bf.com. C'est alors que nous avons commencé une communication one to one avec les clients qui viennent à l'agence « MP Evènementiel » et ceux que nous rencontrons dans la ville, et comme nous n'avons pas officiellement lancé le SIMO, cela a suscité des convoitises.

Quel sera le contenu du Salon que vous allez organiser en novembre prochain ?

Tous les prestataires dont les activités entrent en jeu dans l'organisation d'un mariage trouveront dans ce salon une opportunité de faire connaitre leurs produits, leurs services et développer des échanges commerciaux. Nous allons lancer une grosse campagne de promotion qui leur sera bénéfique. Le SIMO a été créé pour eux afin qu'ils se fassent connaitre et valoriser ce qu'ils ont et produisent. Quand aux futurs mariés, ils trouveront sur place les différents prestataires (vendeurs de robes de mariage, couturiers, traiteurs, gérants de salle, coiffeurs (euses), bijoutiers, etc.), des informations nécessaires à l'organisation d'évènements (baptêmes, anniversaires, etc.) y compris, sur l'organisation de funérailles. Certes, c'est un évènement qui n'est pas gai, mais c'est quand même un évènement, et il vaut mieux savoir qui contacter en cas de besoin.

Quelles sont les conditions de participation au SIMO ?

Pour les prestataires, les stands que nous allons mettre à leur disposition sous forme de location durant le Salon va de 50 000 F CFA pour la zone de restauration, à 100 000 F CFA le stand de 9 m2 pour les prestataires. Il faut d'abord s'inscrire, mais ce n'est pas une condition suffisante pour obtenir un stand, parce que le Commissariat doit d'abord vérifier que vous êtes bien un prestataire qualifié, et c'est après qu'on accepte ou pas votre inscription. Nous avons volontairement limité le nombre de stand à 50 alors que nous avons déjà identifié 30 secteurs d'activités qui sont concernés par l'organisation du mariage et que le Pavillon Jaune du SIAO peut en contenir 100. C'est parce que nous voulons bien nous occuper de ceux qui seront retenus en leur offrant les meilleurs conditions pour se faire connaitre et nouer des partenariats. Cet objectif ne peut être atteint avec des centaines de personnes. J'insiste dessus : Nous voulons les meilleurs et il n'est pas question pour nous de faire la promotion d'un prestataire qui n'est pas à la hauteur des attentes des clients. Imaginez que nous disions par exemple que tel traiteur est capable d'assurer un menu de 1000 personnes alors qu'il n'est pas en mesure de le faire ; où est notre crédibilité ? Non, nous sommes sérieux et c'est pour cela que nous mettons des garde-fous pour éviter les mensonges. Il ne suffit donc pas de se présenter avec son argent pour être accepté automatiquement ; il faut être un prestataire qualifié et si ce n'est pas le cas, on décline votre demande. Les inscriptions sont ouvertes et seront clôturées le 30 septembre, mais je conseille à ceux qui sont intéressés de ne pas tarder

Quant au public, l'accès sera libre et gratuit et il pourra assister aux animations qui seront programmées durant tout le Salon, visiter les stands, se restaurer et passer de bons moments en famille.

Comment comptez-vous assurer la sécurité des exposants et du public ?

Nous avons entamé des discussions avec la police nationale et j'espère que nous parviendrons à trouver un terrain d'entente, parce que la sécurité est une dimension très importante du salon et nous devons garantir à tous les participants la sécurité de leurs biens. A défaut de la police nationale, nous verrons bien avec les prestataires privés. Pour la sécurité des exposants, nous avons déjà souscrit à une police d'assurance ; c'est vous dire le sérieux avec lequel nous organisons cet évènement et nous tenons à assurer le nécessaire aux participants car tout ce qui sera exposé sera en vente et ceux qui voudront lancer leurs nouveaux produits pourront le faire.

Quelles sont les autres manifestations au menu du prochain SIMO ?

En plus de des stands d'exposition, nous avons prévu un espace de dégustation et de rafraichissement, des animations podium dédiées aux sponsors chaque soir, une conférence débat sur le Thème : « Importance du mariage dans nos sociétés », où des gens viendront donner des témoignages et des conseils sur les futurs couples. Il y aura aussi une soirée Gala avec prestations d'artistes, défilé de mode burkinabè et étrangers, car c'est ouvert à tout le monde, pour peu que le travail soit bien fait. La soirée Gala sera retransmise en direct sur la télé nationale, qui, comme on le sait, est sur satellite ; donc, regardée partout dans le monde.

Vous avez sollicité le parrainage de la ministre de la Promotion de la femme et du Genre. Pourquoi ?

Oui, nous y avons débattu et nous avons opté pour le parrainage de la ministre de la Promotion de la femme et du genre, vu le thème du SIMO. Nous savons qu'en Afrique, la femme, c'est le socle du foyer, elle y assume de fortes responsabilités ; quand on dit femme, on voit toute suite Foyer. On tolère l'homme qui a plusieurs femmes ou qui fait des escapades, ce qui n'est pas toléré pour la femme. Elle doit gérer beaucoup de choses et je pense que c'est un honneur fait à la femme quant on la considère comme le socle du foyer. C'est quelque part une reconnaissance qu'il faut mériter et le faire valoir ; donc le choix du MPFG se justifie.

En plus du salon physique SIMO nous avons constaté que vous avez créé un site de mariage. Pourquoi ?

Au lieu d'attendre, une fois l'an pour profiter du SIMO physique, nous avons créé le site www.simo-bf.com qui est un salon virtuel et un site de mariage pour accompagner les gens et être près de notre public cible 24h/24 et 7 jours/7. En quelques cliques, les internautes ont accès à l'annuaire des métiers du mariage, qui est une liste de prestataires qualifiés. Nous leur offrons aussi des conseils et des galeries photos pour les inspirer à mieux parfaire leur cérémonie. Le SIMO leur appartient et le site est mis actualisé chaque semaine avec de nouvelles galeries de photos de mariage nationaux et internationaux, de robes de filles d'honneur, de baptêmes, et de conseils.

Propos recueillis par Joachim Vokouma ; Lefaso.net

Contact SIMO : Tél : 50 41 88 88 ; 70 20 22 22

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

société

AFP

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

AFP

RDC: Kabila veut "renforcer son pouvoir", selon la société civile

RDC: Kabila veut "renforcer son pouvoir", selon la société civile

AFP

Une société du Liberia serait derrière la cyberattaque en Allemagne

Une société du Liberia serait derrière la cyberattaque en Allemagne

mariage

AFP

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

AFP

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face

AFP

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

Ouagadougou

AFP

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

AFP

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

AFP

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne