mis à jour le

Abdelaziz Bouteflika, novembre 2011 / Reuters
Abdelaziz Bouteflika, novembre 2011 / Reuters

Bouteflika n'est plus le président de l'Algérie... depuis longtemps

Selon la Constitution, tous les documents qu'il a signés à Paris sont nuls.

Pendant sa très longue hospitalisation en France, Abdelaziz Bouteflika aurait continué à signer des décrets et des communiqués, si l’on s’en tient aux annonces régulières de la présidence algérienne.

La rencontre organisée le 12 juin 2013, à Paris, entre le chef de l’Etat algérien, son Premier ministre Abdelmallek Sellal et le chef d’état-major de l’armé, Ahmed Gaïd-Salah n’avait d’ailleurs d’autre but que de montrer aux Algériens que leur président continuait de diriger le pays, même à distance et au fond de son lit de malade.

Ainsi, le 14 juillet, à l’occasion de la fête nationale française, Abdelaziz Bouteflika a adressé ses vœux de bonheur et ses félicitations à François Hollande et au peuple français. Une dizaine de jours avant, le 5 juillet, comme il est de tradition lors de la fête de l’indépendance en Algérie, Bouteflika promulguait un décret portant mesure de grâce de certaines catégories de détenus.

Si cela a amusé beaucoup d’Algériens. D’autres se sont offusqués de cette «gestion à distance» du pays. Dans une tribune publiée dans le quotidien El Watan, la constitutionnaliste Fatiha Benabou tranche:

«Le sceau de l’Algérie ne doit pas sortir du territoire national. C’est une question de souveraineté nationale.»

La juriste algérienne estime ainsi que tous les documents signés sous le sceau de la République par Bouteflika pendant son séjour en France sont nuls. Car, les actes de gouvernement ne peuvent être décidés à partir d’un territoire étranger.

Fatiha Benabou va même plus loin et souligne que le pouvoir algérien est désormais illégal, l’article 88 de la Constitution prévoyant un empêchement en cas de «maladie grave et durable».

Le journaliste et écrivain algérien Mohamed Benchicou abonde dans le même sens, en précisant, dans une chronique sur le site TSA, que la «coterie, qui fait signer le président ou qui signe à sa place, cherche à gagner du temps, remplir le vide (...)  [pour] donner l’illusion qu’il est toujours à la tête du pays».

Fella Bouredji

Retrouvez tous lees autres billets du blog Paroles d'Algériens

Fella Bouredji

Critique littéraire et journaliste au quotidien algérien El Watan

Ses derniers articles: Ce que les jeunes Algériens disent de Bouteflika  Femmes dans les médias maghrébins: face au diktat des hommes  Algérie: non jeûneurs contre islamistes 

Blog Paroles d'Algériens

Paroles d'Algériens

Bouteflika manque aux Algériens, mais pas comme on croit

Bouteflika manque aux Algériens, mais pas comme on croit

Paroles d'Algériens

Mohamed Boudiaf, le président algérien lâchement assassiné

Mohamed Boudiaf, le président algérien lâchement assassiné

Immigration clandestine

Avec le ramadan, les harragas prennent le large

Avec le ramadan, les harragas prennent le large

Bouteflika

Politique

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

AFP

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

AFP

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

démocratie

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

AFP

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

AFP

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"