mis à jour le

Burkina: sit-in de journalistes contre l'"immixtion" du pouvoir

Plusieurs centaines de journalistes des médias publics du Burkina Faso ont organisé mardi à Ouagadougou un sit-in devant le ministère de la Communication pour dénoncer l'"immixtion" des autorités dans leur travail, a constaté l'AFP.

A l'appel du Syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (Synatic), rédacteurs, vidéastes et techniciens se sont rassemblés devant l'immeuble du ministère de la Communication, qui jouxte la télévision nationale.

"Non à la censure des articles et des reportages dans les rédactions", "Non et non à l'ingérence dans notre travail", criaient les agents des médias publics.

Cette manifestation, une première dans l'histoire du pays, a été organisée pour protester contre l'"immixtion" du pouvoir dans le traitement de l'information par les médias publics, concernant notamment l'opposition au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987.

Le syndicat des journalistes accuse notamment le secrétaire général du
ministère de la Communication d'être intervenu "directement" pour "charcuter" un reportage de la télévision nationale sur une marche organisée par l'opposition le 29 juin dans la capitale.

L'opposition avait marché ce jour-là contre le futur Sénat, dans lequel elle voit un moyen pour le président Compaoré de faire réviser la Constitution afin de se représenter en 2015.

"Je n'ai jamais donné d'instruction à personne", a affirmé à l'AFP le secrétaire général du ministère de la Communication, Adama Barro.

"Nous opérons un suivi au niveau des médias publics en leur disant :+restez professionnels+. On ne leur a pas demandé d'être des griots du pouvoir ou du gouvernement mais de ne pas être non plus les griots de l'opposition", a-t-il indiqué.

Les manifestants ont remis une liste de doléances au secrétaire général, dans laquelle ils exigent également de meilleures rémunérations.

"Nous allons maintenir la mobilisation jusqu'à la satisfaction concrète" des revendications, a assuré Sidiki Dramé, responsable du Synatic, dénonçant la "censure et l'autocensure" dans les rédactions.

Les médias publics burkinabè comprennent la radio-télévision et Les Editions Sidwaya, qui regroupent le quotidien d'Etat Sidwaya et l'Agence d'information du Burkina (AIB).

AFP

Ses derniers articles: Au Maroc, les convertis au christianisme sortent de l'ombre  La tontine, ou le micro-crédit au féminin, fait recette au Sénégal  RDC: 

sit-in

AFP

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

AFP

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

AFP

Israël: sit-in d'un millier d'immigrés africains

Israël: sit-in d'un millier d'immigrés africains

journalistes

AFP

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

AFP

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

AFP

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

pouvoir

AFP

Burkina/procès Compaoré : l’ex-parti au pouvoir dénonce un "règlement de comptes"

Burkina/procès Compaoré : l’ex-parti au pouvoir dénonce un "règlement de comptes"

AFP

Burundi: le pouvoir accusé d'imposer des cotisations forcées

Burundi: le pouvoir accusé d'imposer des cotisations forcées

AFP

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo