mis à jour le

Burkina: sit-in de journalistes contre l'"immixtion" du pouvoir

Plusieurs centaines de journalistes des médias publics du Burkina Faso ont organisé mardi à Ouagadougou un sit-in devant le ministère de la Communication pour dénoncer l'"immixtion" des autorités dans leur travail, a constaté l'AFP.

A l'appel du Syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (Synatic), rédacteurs, vidéastes et techniciens se sont rassemblés devant l'immeuble du ministère de la Communication, qui jouxte la télévision nationale.

"Non à la censure des articles et des reportages dans les rédactions", "Non et non à l'ingérence dans notre travail", criaient les agents des médias publics.

Cette manifestation, une première dans l'histoire du pays, a été organisée pour protester contre l'"immixtion" du pouvoir dans le traitement de l'information par les médias publics, concernant notamment l'opposition au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987.

Le syndicat des journalistes accuse notamment le secrétaire général du
ministère de la Communication d'être intervenu "directement" pour "charcuter" un reportage de la télévision nationale sur une marche organisée par l'opposition le 29 juin dans la capitale.

L'opposition avait marché ce jour-là contre le futur Sénat, dans lequel elle voit un moyen pour le président Compaoré de faire réviser la Constitution afin de se représenter en 2015.

"Je n'ai jamais donné d'instruction à personne", a affirmé à l'AFP le secrétaire général du ministère de la Communication, Adama Barro.

"Nous opérons un suivi au niveau des médias publics en leur disant :+restez professionnels+. On ne leur a pas demandé d'être des griots du pouvoir ou du gouvernement mais de ne pas être non plus les griots de l'opposition", a-t-il indiqué.

Les manifestants ont remis une liste de doléances au secrétaire général, dans laquelle ils exigent également de meilleures rémunérations.

"Nous allons maintenir la mobilisation jusqu'à la satisfaction concrète" des revendications, a assuré Sidiki Dramé, responsable du Synatic, dénonçant la "censure et l'autocensure" dans les rédactions.

Les médias publics burkinabè comprennent la radio-télévision et Les Editions Sidwaya, qui regroupent le quotidien d'Etat Sidwaya et l'Agence d'information du Burkina (AIB).

AFP

Ses derniers articles: Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts  Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle 

sit-in

AFP

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

AFP

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

AFP

Israël: sit-in d'un millier d'immigrés africains

Israël: sit-in d'un millier d'immigrés africains

journalistes

AFP

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise

AFP

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

AFP

Les journalistes sud-soudanais dans la tourmente des violences

Les journalistes sud-soudanais dans la tourmente des violences

pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

AFP

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre