mis à jour le

Festival des Arts Populaires fête ses 48 ans

« La femme et les arts populaires» est le thème de la 48e édition du Festival des Arts Populaires. Cette manifestation culturelle vous donne rendez-vous du 17 au 21 juillet 2013 à Marrakech. Durant 5 jours, le Palais El Badi accueillera un spectacle représenté par 21 troupes venues des quatre coins du pays, et comptant près de 300 artistes. Ainsi le Festival des Arts Populaires s'inscrit dans une dynamique de conservation de promotion et de transmission du patrimoine immatériel du Maroc, représenté par ses arts populaires et traditionnels (ses musiques, ses danses, ses métiers d'art et ses produits du terroir), en offrant une plateforme d'expression, de rencontres et d'échanges. La Nouvelle Tribune a contacté  le directeur artistique Brahim El Mazned pour une interview. 

 

 Le Festival National des Arts Populaires fête ses 48 ans d'existence. Estimez-vous aujourd'hui avoir atteint vos objectifs de départ?

Brahim El Mazned : Ce Moussem des temps modernes a connu des moments très fastes. Il est aujourd'hui ancré dans la mémoire de tous les Marocains qui ont eu la chance d’en apprécier les moments inoubliables des années 70 et 80, leur laissant une multitude d'images et de souvenirs, constitutifs de leur mémoire collective à ce jour. Ce festival a aussi donné l’occasion aux arts populaires marocains de s’exporter vers les quatre coins du monde, notamment grâce au soutien très important que nous ont accordés, autrefois, plusieurs Ministères du gouvernement du Maroc. Ces années de gloire ne sont pas le fruit d'un pur hasard, mais d’une combinaison réussie entre la qualité artistique indiscutable des troupes traditionnelles invitées, des moyens techniques innovants et des campagnes de communication et de visibilité performantes, qui ont porté le message de ce festival au-delà de nos frontières nationales.

Le Festival National des Arts Populaires de Marrakech a aujourd'hui des projets, et beaucoup d'ambitions en ce qui concerne la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel immatériel national, comme la création d'une Cité des Arts Populaires et du Patrimoine Immatériel. Des moyens sont nécessaires pour mener à bien ces ambitions, à la veille de ses 50 ans d'existence.

 

Comment organisez-vous le Festival pour que ce succès perdure?

Le festival met en avant ses lieux de patrimoine, notamment le Palais El Badi, avec sa mise en scène unique et magnifique, mais aussi son statut de monument emblématique de l'histoire marocaine. Il donne la place au patrimoine immatériel de Marrakech, et invite pour cela les plus grands Maâlems traditionnels du Maroc. Bien que ce lieu magnifique joue un rôle très important, c'est la qualité des troupes traditionnelles qui font la réussite du festival.

1fnap

Quels seront les temps forts de cette édition? 

Les temps forts de cette édition sont le rendez-vous du Palais El Badi, avec un spectacle qui rend hommage à la femme, qui est un élément central, incontournable de la transmission du patrimoine culturel immatériel.

Ce sont aussi les spectacles prévus au Théâtre Royal avec des artistes venus des quatre coins du Royaume à savoir Marrakech, Dakhla, Tanger, Essaouira, Nador, Agadir... Sans oublier bien sûr, des artistes venus de plusieurs pays étrangers, comme l'Espagne, la France ou la Corée du Sud, qui recense et présente aussi des traditions populaires exceptionnelles.

 

Pensez-vous que le mode de transmission de cet art va-t-il résister au temps? N'envisagez-vous pas d'autres formes pour préserver cet art ? 

Des projets sont en cours, et nous souhaitons qu'ils puissent être réalisés à la veille des 50 ans du festival.

La transmission du patrimoine immatériel est nécessaire et indispensable pour l'identité et la cohésion nationale des Marocains, car le patrimoine, riche par sa diversité, constitue l'identité nationale marocaine. La richesse de ce patrimoine nécessite des moyens à la fois pour sa sauvegarde et pour sa promotion.

 

La sélection des troupes et des Maâlems devant participer au festival se fait-elle facilement ? 

La richesse du patrimoine et des traditions populaire est exceptionnelle, c'est pour cela qu'il est souvent très difficile de choisir. Le Festival National des Arts Populaires  donne chaque année l'occasion à de nouvelles troupes [de] participer aux spectacles du festival, en essayant de respecter le plus fidèlement possible sa ligne éditoriale. Il tente ainsi de mettre en avant le caractère séculaire des traditions Marocaines, tout en soulignant aussi son caractère innovant, créatif et moderne.

2FNAP

Comment voyez-vous alors l'avenir de la musique des arts populaires ?

L'avenir des arts populaire nécessite l'adhésion de plusieurs institutions publiques et privées pour que cet art populaire puisse perdurer. Il est aujourd'hui en danger, et menace, dans certains cas, de disparaître.  Il ne reste par exemple qu'un seul fabricant de ''rebab '' dans tout le Royaume. Face à de nouveaux courants artistiques, la musique traditionnelle populaire a parfois des difficultés à toucher les plus jeunes générations. Il faut donc les sensibiliser,  leur faire connaître, et pour cela le festival nécessite l'aide d'un maximum de partenaires pour mener à bien ses projets.

 

Quelles sont les ambitions des prochaines éditions ?

A la veille de ses 50 ans nous avons beaucoup d'ambitions et de nombreux projets ont été proposés. Il est nécessaire de fédérer à la fois les institutions publiques et privées et de les pousser à se pencher sur une problématique de taille, pour que le patrimoine immatériel national reste vivant et dynamique et que la transmission perdure.

 

Entretien réalisé par Fatimazahraa Rabbaj

 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

festival

AFP

L'Afrique s'invite au Festival d'Avignon

L'Afrique s'invite au Festival d'Avignon

AFP

Festival d'Avignon: l'Afrique et les femmes en vedettes du 6 au 26 juillet

Festival d'Avignon: l'Afrique et les femmes en vedettes du 6 au 26 juillet

AFP

Maroc: Ellie Goulding inaugure le 16e festival Mawazine de Rabat

Maroc: Ellie Goulding inaugure le 16e festival Mawazine de Rabat

arts

Lefaso.net

Tournée de la troupe artistique de l'Université Nationale des Arts de Taïpei (TNUA) au Burkina

Tournée de la troupe artistique de l'Université Nationale des Arts de Taïpei (TNUA) au Burkina

Actualités

 Festival des arts plastiques de Monastir du 02 au 12 septembre : 108 artistes internationaux invités

Festival des arts plastiques de Monastir du 02 au 12 septembre : 108 artistes internationaux invités

LNT

Démarrage de la 1ère édition du Festival national des arts traditionnels

Démarrage de la 1ère édition du Festival national des arts traditionnels

fête

AFP

D'Abidjan au succès international, Magic System fête ses 20 ans

D'Abidjan au succès international, Magic System fête ses 20 ans

AFP

Les Libyens n'ont pas le coeur

Les Libyens n'ont pas le coeur

AFP

La Nouvelle Jérusalem congolaise fête le "vrai Noël", en mai

La Nouvelle Jérusalem congolaise fête le "vrai Noël", en mai