mis à jour le

Maroc : un étudiant en prison depuis dix-huit mois pour offense au roi

Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi à la libération d'Abdessamad Haidour, un étudiant de 24 ans reconnu coupable d'offense à la dignité du roi et qui a déjà purgé la moitié de la peine de trois ans de prison à laquelle il a été condamné. Il a déjà passé plus de temps derrière les barreaux pour ce type d'infraction que n'importe quel autre Marocain ces dernières années, à la connaissance de HRW. Pour l'organisation de défense des droits de l'homme, deux ans après avoir adopté une constitution qui consacre la liberté d'expression, « le Maroc devrait abolir les lois répressives qui ont permis...


Yahoo! Actualités

Ses derniers articles: Les familles des otages du Niger retenus depuis 3 ans manifestent  Marche symbolique  Egypte: le procès de Moubarak ajourné au 19 octobre 

étudiant

AFP

Niger: 1 an de prison pour 3 policiers après des violences sur un étudiant

Niger: 1 an de prison pour 3 policiers après des violences sur un étudiant

AFP

Sierra Leone: un étudiant tué par la police pendant une manifestation

Sierra Leone: un étudiant tué par la police pendant une manifestation

AFP

Soudan : un étudiant tué par balle lors d'une manifestation

Soudan : un étudiant tué par balle lors d'une manifestation

prison

AFP

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

AFP

Tanzanie: 25 ans de prison pour trafic d'

Tanzanie: 25 ans de prison pour trafic d'

AFP

Cameroun: 25 ans de prison

Cameroun: 25 ans de prison

roi

AFP

L'affaire du chantage au roi du Maroc de retour devant la Cour de cassation

L'affaire du chantage au roi du Maroc de retour devant la Cour de cassation

AFP

Maroc: le roi limoge trois ministres sur fond de contestation dans le nord

Maroc: le roi limoge trois ministres sur fond de contestation dans le nord

AFP

Maroc: le roi limoge trois ministres sur fond de contestation dans le nord

Maroc: le roi limoge trois ministres sur fond de contestation dans le nord