mis à jour le

Le président soudanais, recherché par la CPI, a quitté le Nigeria

Le président soudanais Omar El-Béchir,recherché par la CPI pour crimes de guerre, a quitté le Nigeria, a indiqué mardi un porte-parole de l'ambassade du Soudan, alors que des voix se sont élevées pour demander son arrestation.

"Il est parti dans l'après-midi" (de lundi), a déclaré à l'AFP Mohammed Moiz, porte-parole de l'ambassade du Soudan à Abuja. 

M. Moiz a cependant nié tout lien entre le départ de M. Béchir à la veille de la fin du sommet auquel il participait et les demandes d'arrestation dont il fait l'objet, déclarant que celui-ci avait un autre engagement.

M. Béchir était arrivé dimanche au Nigeria pour assister à un sommet de l'Union Africaine (UA) sur le sida, la tuberculose et le paludisme qui a commencé lundi et doit s'achever mardi.

M. Moiz a déclaré que M. Béchir est reparti pour Khartoum mais il n'a pas donné de détails sur l'engagement qui l'a poussé à rentrer.

Le Nigeria avait justifié lundi sa décision d'accueillir le président soudanais, sous le coup de mandats d'arrêt de la CPI, renvoyant la responsabilité de son invitation à l'Union africaine.

M. Béchir fait l'objet de deux mandats d'arrêt devant la Cour pénale internationale, basée à La Haye, pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide dans le conflit de la province soudanaise du Darfour.

Le Nigeria étant partie prenante à la CPI, il a en théorie l'obligation d'arrêter M. Béchir. Mais la politique de l'UA est d'ignorer les mandats d'arrêt de la CPI, l'organisation panafricaine lui reprochant de n'avoir jusqu'à présent inculpé que des Africains.

Un "affront aux victimes" du Darfour

La venue de M. Béchir au Nigeria a été critiquée par des ONG comme Human Rights Watch, et des militants nigérians des droits de l'homme avaient déclaré avoir l'intention de saisir la justice nigériane pour réclamer l'arrestation du président soudanais.

M. Béchir s'est déjà rendu dans des pays membres de la CPI tels que le Tchad, Djibouti et le Kenya, mais certains pays africains tels que l'Afrique du Sud et le Botswana l'ont maintenu à l'écart.

Pour l'ONG Human Rights Watch, la résolution de l'UA selon laquelle les mandats d'arrêt doivent être ignorés "ne dispense pas le Nigeria de ses obligations en tant que membre de la CPI".

Pour Elise Keppler, directrice adjointe du programme justice internationale de HRW, le fait d'accueillir M. Béchir est un "affront aux victimes" du Darfour.

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, président en exercice de l'UA, a récemment accusé la CPI de mener "une sorte de chasse raciale" et pour certains responsables, les mandats d'arrêts contre le dirigeant soudanais entravent le processus de paix dans son pays.

Les militants des droits de l'homme rétorquent que la grande majorité des investigations sont menées à la demande des gouvernements des pays où les crimes ont eu lieu ou du Conseil de sécurité des Nations Unies à cause de la gravité des crimes commis. 

"Comment peut-on considérer que la (CPI) prend (tel ou tel pays)pour cible alors qu'ils ne font que répondre à des requêtes venant directement des gouvernement concernés ou du Conseil?", s'est interrogée Mme Keppler.

En 2008, les Nations Unies estimaient que le conflit au Darfour avait fait 300.000 morts, un chiffre contesté par Khartoum.

AFP

Ses derniers articles: Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique  "Biens mal acquis": mise en examen de la fille et du gendre de Sassou Nguesso  Ghana: Farmerline, l'application qui permet aux agriculteurs de voir grand 

président

AFP

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

AFP

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

recherche

AFP

Libye: Seif al-Islam toujours recherché par la justice

Libye: Seif al-Islam toujours recherché par la justice

AFP

Maroc: le leader de la contestation dans le nord recherché

Maroc: le leader de la contestation dans le nord recherché

AFP

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

Nigéria

AFP

Le sud-est du Nigeria toujours noyé sous l'or noir, malgré les promesses

Le sud-est du Nigeria toujours noyé sous l'or noir, malgré les promesses

AFP

Les agriculteurs du nord-est du Nigeria veulent rentrer chez eux

Les agriculteurs du nord-est du Nigeria veulent rentrer chez eux

AFP

La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria

La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria