mis à jour le

Enseignement supérieur : L’AEEM MARCHE POUR LA REPRISE DES COURS

L’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) a organisé hier une marche pacifique de la FAST à la Primature pour remettre au chef du Gouvernement une pétition dans laquelle elle demande la reprise immédiate des cours par les grévistes du Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESUP).

Sur des pancartes brandies par les marcheurs on pouvait lire des slogans qui en disaient long sur le désarroi des étudiants : « On veut étudier ! », « On veut une école noble au Mali ! », « Non à la violence perpétrée par la police ». Outre la reprise des cours, les étudiants demandent aussi que la lumière soit faite sur le comportement de la police venue disperser un sit-in des étudiants de la Faculté de médecine, de pharmacie et d'ondoto-stomatologie (FMPOS) mardi dernier et exigent des explications sur la situation des bourses de toutes les universités et des grandes écoles du pays.

La marche qui a mobilisé un nombre impressionnant d’étudiants est partie de la Faculté des sciences techniques (FAST) sur la colline de Badalabougou  pour s’achever à la Primature. Dirigée par les responsables du bureau de coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), la manifestation était encadrée par un important dispositif de sécurité composé de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale.

A la primature, quinze représentants estudiantins, dont le secrétaire général de l’association, Sékou Diallo, ont été reçus par Boubacar Sow, le directeur de cabinet du Premier ministre, dans la salle de réunion de la Primature. A leur interlocuteur, les étudiants ont expliqué que depuis 2007, l'enseignement supérieur est perturbé par des grèves incessantes qui ont conduit à la non-validation de l'année universitaire en 2011. Et qu'une nouvelle année blanche se profile à l'horizon 2013. Les étudiants exigent la reprise des cours, la réparation des locaux saccagés lors de la dispersion du sit-in de mardi dernier et la restitution des effets personnels enlevés ce jour-là. Les étudiants exigent enfin la reprise des négociations entre le gouvernement et le SNESUP. Toutes ces exigences ont été consignées dans une déclaration qui a été remise pour le chef du Gouvernement, Diango Cissoko.

Boubacar Sow assure avoir pris bonne note des explications des émissaires de l'AEEM et leur a promis que le document sera remis à qui de droit.

S. Y. WAGUE

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

enseignement

La rédaction

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Nabil

Enseignement supérieur public au Faso : Le début de la fin des difficultés financières ?

Enseignement supérieur public au Faso : Le début de la fin des difficultés financières ?

Ahmed Hamdaoui

Enseignement scientifique et arabisation. Stop aux amalgames

Enseignement scientifique et arabisation. Stop aux amalgames

marche

AFP

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

AFP

Gabon: une marche blanche réunit un millier de personnes après les violences post-électorales

Gabon: une marche blanche réunit un millier de personnes après les violences post-électorales

AFP

La Banque centrale du Nigeria réadmet les banques sur le marché international des changes

La Banque centrale du Nigeria réadmet les banques sur le marché international des changes