mis à jour le

Kofi Annan confirme que l’opposition syrienne reste fragmentée que ce soit sur le plan politique ou militaire

L’opposition syrienne reste fragmentée que ce soit sur le plan politique ou militaire, a déclaré lundi à Moscou Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies et ex-émissaire de l’Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie.
« L’opposition syrienne est divisée sur les plans politique et militaire. Les forces internationales collaborent dans cette région avec des groupes précis, mais l’unification de l’opposition exige un énorme travail », a indiqué M.Annan à Moscou pour la présentation de son livre « Interventions: A Life in War and Peace », organisée conjointement par RIA Novosti et le Conseil russe pour les affaires internationales.
En évoquant le rôle du Conseil de sécurité de l’Onu dans le règlement de la crise syrienne, M.Anan a souligné que l’organe exécutif des Nations unies ne pouvait être efficace qu’en cas d’unanimité.
« Lorsque j’occupais encore le poste [d'émissaire pour la Syrie], j’avais sollicité l’aide des pays qui soutenaient [une implication du Conseil de sécurité dans la crise syrienne]. Mais les protagonistes avaient leur propre point de vue. Or, si le Conseil de sécurité est divisé, la mission est donc impossible », a conclu Kofi Annan.

politique

AFP

"L'Etat n'existe pas": un responsable protestant entre

"L'Etat n'existe pas": un responsable protestant entre

AFP

En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes

En Afrique du Sud, le fléau très politique des attaques de fermes

AFP

Libye: pour le maréchal Haftar, l'accord politique libyen a expiré

Libye: pour le maréchal Haftar, l'accord politique libyen a expiré

militaire

AFP

Côte d'Ivoire: un camp militaire vandalisé

Côte d'Ivoire: un camp militaire vandalisé

AFP

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

AFP

Les élus américains s'inquiètent de la présence militaire en Afrique

Les élus américains s'inquiètent de la présence militaire en Afrique