mis à jour le

William Burns a félicité l’armée égyptienne pour avoir suivi la volonté du peuple

Les Etats-Unis sont prêts à aider l’Egypte, en proie à des problèmes politiques et économiques, pendant toute la période de transition, a annoncé lundi le sous-secrétaire d’Etat américain William Burns en visite au Caire.
« Nous cherchons à aider la révolution égyptienne qui a reçu une nouvelle chance », a déclaré M. Burns.
Le diplomate américain a rencontré dans la capitale égyptienne le chef de l’Etat par intérim Adly Mansour et le commandant en chef des forces armées du pays, le général Abdel Fattah Al-Sissi. Il s’agit de la première visite d’un responsable américain en Egypte depuis la chute du président Mohammed Morsi.
Après avoir condamné les affrontements en cours dans le pays, M. Burns a appelé les nouvelles autorités à n’empêcher aucune des parties de prendre part au processus politique.
Selon le sous-secrétaire d’Etat américain, il ne considère pas que « le scénario syrien soit possible en Egypte ».
Reçu lundi au Caire par le ministre égyptien de la Défense Abdel-Fatah al-Sisi, William Burns a félicité l’armée égyptienne pour avoir suivi la volonté du peuple, a rapporté l’agence étatique al-Ahram Online.
L’administration américaine souhaite veiller à une transition démocratique pacifique avec une feuille de route claire sous la forme d’élections, a souligné M. Burns, qui est le plus haut diplomate à visiter l’Égypte depuis le 3 juillet, quand le président islamiste Mohamed Morsi a été chassé du pouvoir par les forces armées à la suite de protestations massives dans tout le pays appelant à son départ.
Lors de cette rencontre, en présence d’un certain nombre de hauts responsables militaires égyptiens et de l’ambassadrice américaine en Égypte Anne Patterson, M. Sisi a affirmé que le rôle de l’armée était d’ordre « national » et non « politique », ajoutant que la mauvaise prestation de M. Morsi à la tête de l’État avait poussé l’armée à soutenir les manifestants.
M. Burns a également discuté avec le président par interim Adli Mansour de questions d’intérêt commun ainsi que des moyens de renforcer les relations bilatérales.
Toutefois, il n’est pas encore clair si Washington considère le renversement de M. Morsi comme un coup d’État, ce qui signifierait l’arrêt de l’aide américaine.
Le président des États-Unis Barack Obama avait réagi immédiatement à la chute de M. Morsi en se déclarant « profondément préoccupé » par cette initiative militaire. Il a par la suite demandé au département de la défense de passer en revue le programme d’aide étrangère des États-Unis à l’Égypte, qui représentent environ 1,5 milliards de dollars par an.
M. Obama n’a pas ouvertement qualifié cette action militaire de « coup d’État », mais il a appelé l’armée égyptienne à transférer le pouvoir à un gouvernement civil le plus tôt que possible, et à s’ abstenir d’arrêter arbitrairement M. Morsi ou ses partisans. Dans un communiqué publié vendredi, les États-Unis ont appelé les dirigeants militaires et provisoires d’Égypte à libérer M. Morsi, qui serait selon des informations tenu en résidence surveillée

Tant les partisans que les adversaires du mouvement des Frères musulmans, qui a porté Morsi au pouvoir, accusent les Etats-Unis de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Egypte. Washington rejette cette accusation, soulignant qu’il ne soutient aucune partie au conflit. Il n’en reste pas moins que les Etats-Unis ont évité de qualifier de « coup d’Etat » les événements en cours dans le « pays des pyramides » se sont empressés d’établir des contacts avec le gouvernement de transition.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

peuple

AFP

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile

AFP

Soudan du Sud: le président s'excuse auprès du peuple pour les "insupportables souffrances"

Soudan du Sud: le président s'excuse auprès du peuple pour les "insupportables souffrances"

AFP

Le président afghan remercie le peuple américain dans un discours au Congrès

Le président afghan remercie le peuple américain dans un discours au Congrès