mis à jour le

14 Juillet à Ouaga : Le Sénat et l'après-2015 au menu

Ce 14 juillet 2013, jour de la fête nationale française, la tradition a été respectée à Ouagadougou. Certes, l'on n'a pas eu droit, comme à Paris, à un défilé militaire, mais l'événement a été tout de même commémoré par une grande réception à la Résidence de France qui a encore, pour l'occasion, accueilli du beau monde.

Membres du gouvernement, président (e)s d'institution, parlementaires, diplomates, responsable de partis politiques, cadres de l'administration publique, acteurs du secteur privé, responsables d'organisations de la société civile, membres de la communauté française, bref, ils étaient encore très nombreux à répondre à l'invitation de l'Ambassadeur de France au Burkina, Emmanuel Beth. La délégation gouvernementale était conduite par le Premier ministre en personne, Luc Adolphe Tiao.

Cette forte mobilisation des uns et des autres ne pouvait que réjouir l'Ambassadeur Beth, en fin de mission et qui s'apprête à quitter bientôt le pays. Occasion pour lui de dresser le bilan de ses trois ans de séjour au Faso.

Il a rendu un vibrant hommage à tous ceux ou toutes celles qui ont ½uvré à l'accomplissement de sa mission au Burkina, à savoir le renforcement de la coopération entre la France et Le Faso. En effet, après une brillante carrière militaire couronnée par un grade de Général, Emmanuel Beth se voyait nommé ambassadeur de France au Burkina Faso en 2010. Il prendra fonction en octobre 2010. ''Novice'' dans le milieu diplomatique, il lui a fallu apprendre vite et bien avec la bonne collaboration de ses différents interlocuteurs.

Après trois ans aux affaires, c'est en véritable diplomate, que le Général Beth s'est exprimé ce 14 juillet 2014. Désormais rompu aux arcanes diplomatiques, il s'est montré dans son intervention à la fois ouvert et réservé, selon les questions abordées.

Sur le dossier malien, l'Ambassadeur Beth a été par exemple exaltant et prolixe.

« Succès diplomatique certain »

Parlant de l'accord du 18 juin entre le gouvernement malien et les mouvements Touaregs du nord-Mali, il affirme que c'était un « succès diplomatique certain » pour la médiation et la communauté internationale. Quelles que soient les éventuelles difficultés qui pourraient survenir, étant donné, assure-t-il que cela ouvre la voie à la tenue de l'élection présidentielle sur tout le territoire malien.

Le diplomate français a aussi évoqué avec emphase l'opération « Serval » qui a permis de réduire considérablement les forces de nuisance des groupes djihadistes.

En revanche sur les sujets nationaux comme la création controversée du Sénat et l'après 2015, l'Ambassadeur Beth s'est voulu prudent, circonspect. Pas question pour lui de préconiser la marche à suivre. Chaque pays, dit-il, a ses réalités propres. « Il n'y a pas une Afrique, mais des Afriques ». A défaut de décliner le fond de sa pensée, il a émis des v½ux, souhaitant que les acteurs Burkinabè trouvent des solutions sur ces questions dans un dialogue démocratique et le respect du bien commun.

Abordant l'après 2015, l'Ambassadeur de France en fin de séjour a dit qu'il ne sera plus là mais qu'il prêtera attention à ce qui se passera compte tenu de son attachement au pays : « le changement dans la continuité ou la continuité dans le changement ».

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a salué l'action de l'Ambassadeur Beth, à qui il a rendu un vibrant hommage pour sa contribution au renforcement des relations entre le Burkina Faso et la France.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

juillet

AFP

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

AFP

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

AFP

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

AFP

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président