mis à jour le

L’effet de Ramadan représenterait près de 0,7 % du prix des produits alimentaires

L’effet de Ramadan représenterait près de 0,7 % du prix des produits alimentaires, alors que l’effet de la saison, liée au mois de juillet, atteindrait près de -1,3 %, a indiqué le Haut-Commissariat au plan (HCP) dans une étude.

Les produits alimentaires les plus touchés par cet effet du calendrier demeurent les poissons et les légumes frais, a précisé l’étude sur “les effets de Ramadan et leurs interactions avec ceux de la saison”.

Les prix sont substantiellement impactés par la venue du mois sacré. Les changements des habitudes des ménages, notamment en matière de consommation alimentaire, confirmés par diverses enquêtes du HCP (enquête sur le niveau de vie des ménages de 2006-2007 et enquête sur la consommation des ménages de 2001), constituent le principal facteur de transmission des impacts du mois de Ramadan sur les évolutions des prix, selon le HCP.

Les prix des poissons devraient, en effet, s’inscrire en hausse de 6 % durant le mois de juillet, a fait savoir le HCP, expliquant que “cette augmentation serait amplifiée par un effet saisonnier positif, puisque les prix de ces denrées s’apprécient régulièrement durant ce mois (+2 % en moyenne)”.

En ce qui concerne les légumes frais, l’impact du mois sacré sur les prix de ces produits atteindrait 2,2 %, mais serait annulé, contrairement aux poissons, par une dépréciation saisonnière importante (-3,6 %).

Quant aux fruits secs et les produits laitiers, ils ne sont pas en reste : le mois de Ramadan génèrerait un supplément de près de 1 % durant le mois de juillet, selon le HCP qui a estimé que ce supplément avoisinerait 0,2 %en août.

Les impacts du mois de Ramadan sur les autres postes de la consommation non alimentaire “n’ont pas présenté de signification statistique”, a révélé l’étude qui vise à évaluer les effets du calendrier sur les fluctuations économiques au Maroc.

L’inflation additionnelle, due au mois sacré, serait de l’ordre de 0,4 point pour les produits alimentaires au mois de juillet qui serait totalement annulé en août, d’après cette étude.

Ladite étude porte sur un certain nombre de grandeurs économiques clés, comme les prix et le tourisme et elle est de nature à apporter aux opérateurs économiques un éclairage sur les répercussions du mois de Ramadan, notamment dans le sillage de son chevauchement avec la saison estivale 2013.

 

LNT

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

ramadan

AFP

Ramadan au Niger: une trentaine de bouchers clandestins arrêtés

Ramadan au Niger: une trentaine de bouchers clandestins arrêtés

AFP

Tunisie: manifestation pour la liberté de manger en public durant le ramadan

Tunisie: manifestation pour la liberté de manger en public durant le ramadan

AFP

Les Libyens n'ont pas le coeur

Les Libyens n'ont pas le coeur

prix

AFP

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

AFP

Côte d'Ivoire: mise en place d'un "plafonnement" des prix pour lutter contre la vie chère

Côte d'Ivoire: mise en place d'un "plafonnement" des prix pour lutter contre la vie chère

AFP

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants