mis à jour le

On vous le dit

-Quand nos villes puent l'urine Des citoyens indélicats, en l'absence de toilettes publiques, se dirigent en toute impunité vers les murs pour se soulager... et faire des lieux un véritable urinoir. A cela, s'ajoute aussi l'indisponibilité des toilettes au niveau de la quasi-totalité des cafés, restaurants et même des cabinets médicaux de certains privés. Ainsi, nos villes se retrouvent, par la force de l'inertie, contraintes d'offrir à leurs habitants des odeurs nauséabondes et des scènes d'un autre âge qui s'étaient implantées sauvagement sur les murs et les clôtures des édifices publics et même des habitations. Il est utile de rappeler que les premières vespasiennes ont vu le jour en 1840, de quoi donner à se ressaisir pour nos responsables envers lesquels le message est bien lancé afin de songer, même tardivement, à l'installation de vespasiennes et surtout que les personnes indélicates soient sanctionnés pour atteinte à l'honneur des citoyens, à l'environnement, à l'éducation civique tout simplement. -La distribution du courrier toujours perturbée La perturbation dans la distribution du courrier persiste depuis plusieurs mois dans certaines communes. Dans d'autres endroits, ce service n'est plus assuré. En effet, plusieurs personnes se plaignent de cette situation qui pénalise les citoyens qui ont, à plusieurs reprises, adressé des réclamations à qui de droit, mais aucune suite n'a été donnée à leurs doléances. L'acheminement du courrier se fait de façon quasiment aléatoire, alors que le facteur a perdu de sa crédibilité, sachant que certains d'entre eux ramènent le courrier dans des sachets en plastique alors que d'autres ont carrément troqué leur tenue de travail avec la tenue civil. -Des reconversions dans l'impunité Depuis le début du mois sacré, plusieurs quartiers du pays sont témoins de reconversions tous azimuts de magasins et autres locaux commerciaux. Une reconversion quasiment programmée pour aller de pair avec le Ramadhan et ses spécificités en particulier les fast-foods et les restaurants. Ces commerçants, pour éviter un manque à gagner, se sont mis du jour au lendemain à la fabrication et à la vente de gâteaux orientaux et de boissons. D'autres ont carrément loué leur local pour en faire des cafés maures où les jeux dominent les soirées. Ces commerçants conjoncturels activent dans la majorité des cas sans aucune autorisation ni permis d'exploitation. Ils font fi des règles les plus élémentaires d'hygiène et portent atteinte à la quiétude des résidants. -Djezzy hors champ à Chebli Les abonnés du réseau téléphonique Djezzy de la commune de Chebli, dans la wilaya de Blida, sont «hors champ» depuis plus d'un mois pour une affaire de fin de contrat de location. En effet, le site où est implanté le pylône depuis plusieurs années a été fermé pour non-renouvellement de contrat de la part de sa propriétaire après une prolongation d'une année. Le contrat initial devait prendre fin l'année passée. Un compromis a été trouvé entre les deux parties : Djezzy avait bénéficié d'un sursis d'une année supplémentaire. «Cet opérateur aurait pu, durant cette période, trouver un autre emplacement pour son antenne dans la commune, nous explique le gérant d'un taxiphone, s'il respectait un peu ses clients, il ne les aurait pas laissés sans couverture depuis plus d'un mois !». Nous apprenons de source bien informée qu'un emplacement a été proposé, mais «qu'il y a eu refus de la part des autorités pour raison de sécurité, parce que la bâtisse est mitoyenne à la brigade de gendarmerie.» -Un transfo mobile à Soumaâ Dans le cadre de son plan d'urgence,  Sonelgaz a eu recours, cet été, aux transformateurs mobiles (cabines) afin de renforcer l'alimentation de ses clients en courant électrique et éviter ainsi les coupures récurrentes de la saison estivale. A Blida, la Direction de distribution de l'électricité et du gaz vient de mettre en service un transformateur mobile, HT/MT à Soumaâ. Selon un communiqué émanant de cette direction, ce transformateur sert à renforcer la distribution de l'énergie électrique dans les localités de Soumaâ, Guerrouaou, Chraifia, Ferroukha, zone industrielle de Guerrouaou, Ghraba, Hallouya, Medjdoufa et Khazrouna. Ces localités, qui ont l'habitude de connaître des coupures intempestives du courant électrique ou de fréquentes chutes de tension, sont épargnées, jusque-là, de ce genre de désagréments, et ce grâce au plan d'urgence initié par le groupe Sonelgaz. -Emirates airline propose Bangkok aux Algériens Emirates Airline, l'une des compagnies aériennes les plus dynamiques au monde, a annoncé une nouvelle augmentation de la capacité de transport entre Dubaï et Bangkok, avec le lancement d'un sixième vol quotidien, service non-stop à partir du 27/10/2013. Une destination qui pourra intéresser les vacanciers algériens. Au cours des dernières décennies, la capitale de la Thaïlande est devenue une ville moderne trépidante et sophistiquée. Non seulement Bangkok offre tout le confort des grandes agglomérations cosmopolites, mais elle propose également un éventail unique de trésors culturels. Elle est en concurrence directe avec Qatar Airways, une compagnie qui dessert aussi notre pays et base son modèle de développement sur l'exploitation des nombreuses continuations. -Le dérapage d'un sénateur italien Un sénateur du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord a comparé à un orang-outan Cecile Kyenge, première ministre noire de l'histoire italienne, des paroles que le chef du gouvernement italien Enrico Letta a jugées, hier, «inacceptables». Samedi, lors d'une réunion de son parti à Treviglio (près de Bergame, nord), le sénateur Roberto Calderoli, connu pour ses déclarations polémiques, avait déclaré à propos de la ministre d'origine congolaise : Cecile Kyenge «fait bien d'être ministre mais peut-être devrait-elle le faire dans son pays (...) Je me console quand je surfe sur internet et que je vois les photos du gouvernement. J'aime les animaux (...) mais quand je vois les images de Kyenge, je ne peux m'empêcher de penser à des ressemblances avec un orang-outan, même si je ne dis pas qu'elle en soit un». Ces déclarations ont circulé comme une traînée de poudre dans les médias et sur les réseaux sociaux, provoquant nombre de réactions indignées.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien