mis à jour le

Egypte: recrudescence des violences contre les coptes

Une ONG égyptienne s'est alarmée lundi d'une recrudescence des violences contre la minorité chrétienne copte, dans le cadre du renversement du président islamiste Mohamed Morsi, exhortant les autorités intérimaires à réagir au plus vite pour la protéger.

L'Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR) "alerte sur la gravité des violences confessionnelles" survenues dans divers gouvernorats du pays depuis le 30 juin, date des grandes manifestations qui ont abouti au renversement par l'armée de M. Morsi, est-il indiqué dans un communiqué.

L'ONG fait notamment état de la mort de quatre coptes les 4 et 5 juillet dans le governorat de Louxor (Haute-Egypte), dans des actes de vengeance après le décès d'un musulman, imputé à un chrétien.

La police n'a pris aucune mesure pour protéger cette population, alors que plusieurs maisons ont été encerclées, pillées et incendiées, ajoute-t-elle.

La minorité chrétienne d'Egypte représente 6 à 10% de la population du pays, estimée à 84 millions d'habitants.

Selon l'ONG, qui cite d'autres cas de violences récentes et de saccages d'églises, elle est accusée par des partisans du président déchu Morsi d'avoir ½uvré à son renversement.

"Les coptes paient le prix des discours enflammés contre eux de dirigeants islamistes et de partisans de l'ancien président, qui les accusent d'avoir conspiré en faveur d'une intervention de l'armée pour renverser (Mohamed) Morsi", déclare Ichak Ibrahim, un responsable d'EIPR, cité dans le texte.

M. Ibrahim juge en outre "troublante" l'incapacité de l'appareil sécuritaire (...) à protéger les citoyens et leurs biens, qui sont pris pour cible sur des bases confessionnelles".

Les autorités "de transition doivent prendre des initiatives rapides pour protéger les Egyptiens et mettre un terme à la campagne" actuelle, souligne l'ONG, qui demande aussi l'ouverture d'enquêtes sur ces récentes violences à caractère confessionnel.

L'arrivée d'un islamiste à la tête de l'Egypte mi-2012 avait aggravé le sentiment d'insécurité et de marginalisation des Coptes.

Les relations entre le patriarcat copte et le pouvoir islamiste ont connu des tensions durant l'année de présidence de M. Morsi.

En avril, le patriarche Tawadros II avait accusé M. Morsi de "négligence", à la suite d'affrontements devant la cathédrale Saint-Marc du Caire, qui avaient fait deux morts et 89 blessés.

AFP

Ses derniers articles: Perpétuité pour Habré: "message aux dictateurs et tournant pour l'Afrique"  Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud  Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré 

recrudescence

AFP

Nigeria: inquiétante recrudescence des attaques de Boko Haram

Nigeria: inquiétante recrudescence des attaques de Boko Haram

AFP

Mali: la recrudescence de la violence en partie liée

Mali: la recrudescence de la violence en partie liée

Autre Presse

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face

violences

AFP

Tunisie: journée de colère étudiante après des violences policières

Tunisie: journée de colère étudiante après des violences policières

AFP

Soudan du Sud: les violences relèvent du "génocide", selon Londres

Soudan du Sud: les violences relèvent du "génocide", selon Londres

AFP

Le rappeur Weld El 15 interpellé pour violences conjugales

Le rappeur Weld El 15 interpellé pour violences conjugales

Coptes

AFP

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

AFP

Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques sous haute surveillance

Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques sous haute surveillance

AFP

Les coptes d'Egypte se sentent désarmés après les attentats

Les coptes d'Egypte se sentent désarmés après les attentats