mis à jour le

Le président déchu Mohamed Morsi , trainé devant la justice

La justice égyptienne a interrogé dimanche 14 juillet le président islamiste déchu Mohamed Morsi sur son évasion de prison début 2011, et décidé du gel des avoirs de 14 responsables islamistes, dans le cadre de l’enquête sur les violences sanglantes des dernières semaines.

Les services du procureur général ont publié samedi un communiqué affirmant avoir reçu des plaintes visant Mohamed Morsi et huit autres responsables islamistes dont le chef de file des Frères musulmans, Mohamed Badie.

Une autre enquête pénale a été ouverte samedi 13 juillet contre Morsi pour espionnage, incitation à la violence et destruction de l'économie à l'encontre .

Mohamed Morsi et d’autres membres de la confrérie des Frères musulmans sont interrogés, dans un endroit tenu secret, sur les circonstances de leur évasion de la prison de Wadi Natroun (au nord-ouest du Caire), durant la révolte contre l’ancien président Hosni Moubarak, ont annoncé des sources judiciaires à la presse.

L’enquête, menée par la Sécurité intérieure, cherche en particulier à déterminer si la confrérie a bénéficié de l’aide de groupes étrangers comme le Hamas palestinien ou des terroristes étrangers venus de Syrie, ont-elles précisé.

Samedi, des sources judiciaires avaient par ailleurs annoncé que le nouveau procureur général, Hicham Barakat, examinait des plaintes de particuliers contre Morsi et d’autres membres des Frères musulmans, pour « espionnage », « incitation au meurtre de manifestants » et « mauvaise gestion économique », en lien avec les événements des deux dernières semaines. Cet examen pourrait aboutir à l’ouverture officielle d’une enquête.

Ce même procureur général a, en outre, ordonné dimanche le gel des avoirs de 14 hauts responsables islamistes, parmi lesquels le Guide suprême Mohamed Badie et huit autres dirigeants des Frères musulmans.

Une centaine de personnes sont mortes à travers le pays depuis le mercredi 3 juillet, date du renversement de Mohamed Morsi au terme de manifestations massives réclamant son départ.

Les pires heurts sont survenus le 8 juillet, lors d’un rassemblement pro-Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire, faisant 53 morts et des dizaines de blessés. Un mandat d’arrêt a été émis contre le Guide suprême des Frères musulmans et d’autres responsables de la confrérie en lien avec ce drame. Quelque 250 personnes ont en outre été inculpées.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

président

AFP

Gabon: l'auteur d'un ultimatum au président Bongo en détention préventive

Gabon: l'auteur d'un ultimatum au président Bongo en détention préventive

AFP

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Mohamed

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Morsi

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

AFP

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif