mis à jour le

Alain Edouard Traoré : Les syndicats de journalistes mentent

Accusant le Ministère de la Communication de s'être immiscé dans le travail du journaliste qui a couvert la marche-meeting de l'Opposition politique le 29 juin 2013, les syndicats des journalistes appellent à un sit-in le mardi 16 juillet 2013 devant leur Ministère de tutelle. Ils exigent plus de liberté pour les journalistes des organes d'Etat et de meilleures conditions de vie et de travail. Mais pour sa part, le Ministre de la Communication, Alain Edouard Traoré, interrogé sur la manifestation, estime que ces accusations ont été montées de toute pièce par les syndicats « contre des agents de l'Etat qui veulent faire tranquillement leur boulot. » Lisez plutôt sa réaction !

Alain Edouard Traoré : « Tout citoyen qui manifeste pour apporter un message, selon la loi et les textes en vigueur au Burkina, mérite d'être écouté. Je pense que cela est important. Mais on s'inquiète un peu lorsque les mouvements ou les actions sont basés sur du faux ou des mensonges. Il est vrai que la manifestation des syndicats des journalistes porte sur un ensemble de préoccupations mais la question d'une prétendue immixtion du Ministère de la Communication dans le traitement de l'Information est le plus portée au-devant de l'actualité avec des allégations selon lesquelles le Secrétaire général aurait charcuté tel reportage ou tel élément tel jour.

J'ai toujours insisté sur la responsabilité des journalistes dans une société. Le Burkina Faso est suffisamment démocratique pour, aujourd'hui, essayer d'empêcher quelqu'un de dire quoique ce soit. Mais lorsqu'on apporte des informations, il est important de vérifier si elles sont vraies. C'est cela qui fait mal. Le Secrétaire général ne s'est jamais rendu à la RTB pour charcuter quoique ce soit. Ces allégations qui sont parfois de purs mensonges ne sont pas acceptables pour des fonctionnaires qui cherchent à faire tranquillement leur boulot. Pour notre part, et je l'ai dit hier à certains de vos confrères, depuis que je suis ministre, je n'ai jamais appelé un journaliste pour lui dire de traiter tel élément dans tel sens. Le journaliste qui pense que c'est faux, il peut le dire dans sa rédaction.

Mon argumentaire est simple. Si vous parlez, nous allons aussi prendre la parole. Si vous écrivez, nous allons aussi répondre. Chacun assume ses responsabilités. Mais nous ne comprenons pas pourquoi on monte en épingle des mensonges qu'on distille et qu'on jette une cabale contre des agents de l'Etat qui n'ont rien fait. Ceci dit, nous avons la responsabilité des médias publics. Nous refusons aujourd'hui et refuserons encore demain que ces médias soient des outils de règlement de compte, de mensonges, de discours de la haine, d'insultes. Si c'est cela l'immixtion, oui, demain je vais le faire. C'est ma responsabilité de veiller à ce que les médias publics ne soient pas comme la radio Mille Collines parce que des Burkinabè veulent insulter d'autres Burkinabè. Je refuse cela. Et je vous invite à la Conférence de presse que nous organisons ce soir à 16 heures pour vous expliquer en détails les tenants et les aboutissants de ces allégations. Nous invitons tous ceux qui ont des informations contraires à venir pour nous démontrer qu'ils ont raison. »

Propos recueillis par Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Traoré

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

HCR: la chanteuse malienne Rokia Traoré nommée ambassadrice de bonne volonté

HCR: la chanteuse malienne Rokia Traoré nommée ambassadrice de bonne volonté

AFP

Le conflit au Mali a renforcé les liens de Rokia Traoré avec son pays

Le conflit au Mali a renforcé les liens de Rokia Traoré avec son pays

syndicats

AFP

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

AFP

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

AFP

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

journalistes

AFP

Un membre présumé de l'EI confirme l'exécution de deux journalistes tunisiens

Un membre présumé de l'EI confirme l'exécution de deux journalistes tunisiens

AFP

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

AFP

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise

Gabon: accès refusé pour des journalistes français souhaitant couvrir la crise