mis à jour le

Hausse des prix des denrées Ramadan ou hivernage ?

Depuis quelques années, le mois de Ramadan coïncide avec l'hivernage. Cette période où les prix des légumes sont en hausse est réputée être difficile pour les ménages. Ramadan ou hivernage à quoi la faute ?

11 heures au marché Ngélaw, sis à Ouagou Niayes, commune d'arrondissement de Biscuiterie. En cet après midi du dimanche 14 juillet, le marché est rempli de monde, malgré la forte chaleur qui tombe sur les têtes. Si certains commerçants se frottent déjà les mains, du côté des clients, c'est la cherté des marchandises qui est déplorée. Une hausse expliquée tantôt par le changement climatique, tantôt par le mois de Ramadan. Même s'ils accordent une importance à l'abondance des denrées, les clients se plaignent toutefois de la cherté des produits. «Nous avons tout dans le marché, mais les prix ont augmenté», confie Khadija Athe, une dame d'une vingtaine d'années trouvée en pleine marchandage. Dans sa tenue traditionnelle, elle déplore le coût élevé de certaines denrées, comme la carotte, le chou, entre autres. Le kilo de carotte coûte 600 Francs, au lieu de 250 F avant Ramadan. La pomme de terre qui s'échangeait à 300 F et vaut maintenant 650 F, de même que l'oignon qui est passé de 150 à 450 F et le poivron, échangé à 1000 francs, alors qu'il ne dépassait pas 250 francs. Maguette Mbaye, vendeuse de légumes que nous avons rencontrée, informe que les prix des légumes varient suivant les périodes. «En cette période d'hivernage, les prix vont forcément augmenter car, les légumes se sont de plus en plus rares. Mais, nous faisons tout pour les maintenir au plus bas pour permettre aux ménagères de s'approvisionner». La hausse des prix ne concerne pas seulement les légumes. Le poisson également suscite quelques craintes dans les ménages. Très prisé durant ce mois béni, il se fait parfois rare, si ce n'est son prix qui grimpe. Fatou Diagne, vendeuse de poissons, dans son grand-boubou Wax, un peu déteint, informe que le tas de cinq dorades coûte 2000 voire 2500 francs Cfa, alors qu'il était, auparavant, écoulé à 1000 francs Cfa. Quant à la caisse de sardinelles, elle s'achète 18.000 au lieu des 15.000 francs Cfa auparavant. En dehors du poisson, le prix du kilo de la viande a augmenté. Devant son étal de viande, Khadim Diouf, renseigne que le kilo de la viande de mouton vaut 2500 F, celui du b½uf 2400 F. «Des prix qui n'ont pas encore connu de hausse», selon lui. Par contre, le prix de la viande pour hamburger coûte 4500 francs Cfa, alors qu'il était de 4200 francs Cfa. Le ramadan se fait également sentir dans les supermarchés qui sont en rude concurrence. Certains ont tendance à baisser les tarifs pour attirer plus de clientèle.

Aïssatou Doucouré NDIAYE



Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

prix

AFP

Togo: la hausse des prix

Togo: la hausse des prix

AFP

Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale

Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale

AFP

Afrique de l'est: sécheresse et forte hausse des prix alimentaires

Afrique de l'est: sécheresse et forte hausse des prix alimentaires

ramadan

AFP

Invité

Invité

AFP

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Religion

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr