mis à jour le

Sénatoriales : Les candidats CDP en conclave

La direction politique nationale du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a eu une réunion de concertation avec les candidats du parti le 13 juillet 2013 à Ouagadougou. Objectif, partager la stratégie dégagée par le parti pour les élections sénatoriales du 28 juillet prochain.

Ils sont en tout 78 dont 52 titulaires et 26 suppléants, les candidats du CDP aux sénatoriales. Ils ont été désignés à raison de quatre titulaires et de deux suppléants par région. Parmi eux, on dénombre 16 femmes, dont 10 candidates titulaires et six suppléantes.

Ce sont eux qui sont à l'honneur, dans le cadre de la séance de travail du jour. Tenue à l'écart de la la presse, on en saura un peu avec le Secrétaire exécutif national (SEN) du parti, Assimi Kouanda. En effet, dira-t-il, « nous nous sommes réunis pour nous concerter sur la mise en ½uvre de la stratégie dégagée par le parti pour ces élections sénatoriales ».

A l'occasion, deux communications sont prévues pour être livrées ; « une qui va concerner la structuration des directions de campagne au niveau national et au niveau régional, jusqu'au niveau communal » et l'autre, « sur le rôle, l'importance et la place du Sénat dans notre champ institutionnel ».

C'est donc une séance à la fois de préparation de la participation du parti aux élections sénatoriales et d'enseignements sur le bien-fondé du Sénat.

De l'élaboration de la liste de candidats

Dans le cadre des élections sénatoriales du 28 juillet, la région est retenue comme circonscription électorale. Et pour la fixation de la liste de ses candidats à ces élections, le CDP a fait sortir une directive créant non seulement un comité d'étude des dossiers de candidats à la candidature du parti, mais aussi des sous-comités d'étude basés au niveau des régions.

Ce dispositif a reçu en tout, 208 dossiers de candidature. Après examen par les sous-comités d'étude, des propositions relatives à des candidatures à retenir ont été transmises au comité d'étude qui a, à son tour, a regarder, analyser et valider ces propositions.

C'est donc ce processus qui a permis d'arrêter la liste des 78 candidats du CDP appelés à aller à la conquête des 39 sièges - à raison de trois par région - qui reviennent aux Collectivités territoriales au sein du Sénat.

Déjà, l'on peut présager que presque la totalité de ces sièges reviendra au CDP, étant donné qu'il n'a pas de concurrents véritables, sinon des accompagnateurs. En effet, l'opposition politique a décidé, dans sa grande majorité, de ne pas participer à ces élections sénatoriales ; elle n'y enverra ni candidats, ni électeurs. Elle entend plutôt s'opposer par « tous moyens légaux » à la tenue effective desdites élections.

Aller au Sénat, c'est accepter un sacerdoce

Cette fois, le parti a apparemment su esquiver les bisbilles qui ont le plus souvent teinté la désignation de ses candidats aux élections. A en croire Assimi Kouanda, chacun des « camarades » s'est efforcé « de placer l'intérêt du parti, l'intérêt supérieur de la nation, au-dessus de son intérêt personnel ».

Pour lui, d'ailleurs, « aller au Sénat, c'est quand même à la limite faire un sacerdoce puisqu'il s'agit d'aller défendre les intérêts du pays ».

Mais en réalité, le Sénat, ça paye bien ! Même si sacerdoce il y a au sein de cette deuxième chambre du parlement, il s'affiche négligeable, sinon insignifiant par rapport aux indemnités qui seront servies aux sénateurs. Et c'est surtout cela qui attire le plus, dans la conquête de siège au Sénat.

Quid des partis politiques alliés du CDP ?

Dans le contexte des tractations relatives à la mise en place du Sénat, le parti au pouvoir a entrepris de renforcer et d'élargir sa collaboration partisane. Dans ce sens, il entend créer « un front républicain pour la défense du Sénat », avec le concours de ses alliés dont l'UPR, l'AMP, l'OPEP, l'Autre Burkina/PSR, tous engagés dans le processus de concrétisation du Sénat.

Et dans le cadre des sénatoriales à venir, dira Assimi Kouanda, « nous avons eu des échanges avec les formations politiques qui sont engagées dans la création du front républicain ». Et de préciser, « pour nous, l'essentiel, c'est d'aller à ces élections en restant dans la même dynamique » ; dans laquelle dynamique chaque formation politique garde toute son autonomie, sa liberté, et dégage sa stratégie de conquête de sièges.

Néanmoins, confie le SEN du CDP, « nous avons décidé de nous soutenir ; et se soutenir, ça peut prendre plusieurs formes dans le cadre d'une élection ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Lire aussi : http://lefaso.net/spip.php?article5...

CDP

The end

L'inévitable alternance burkinabè

L'inévitable alternance burkinabè

Actualités

        Conseil régional des Cascades : Les conseillers régionaux du CDP boycottent une session

Conseil régional des Cascades : Les conseillers régionaux du CDP boycottent une session

Actualités

Rentrée politique du CDP : Même sans subvention…

Rentrée politique du CDP : Même sans subvention…

conclave

AFP

Afrique: l'UA en conclave

Afrique: l'UA en conclave

AFP

Afrique: l'UA en conclave

Afrique: l'UA en conclave

AFP

Le Parlement centrafricain en conclave

Le Parlement centrafricain en conclave