mis à jour le

INTERACTIONS AVEC… Barama Sarr, Dg de l’Asn : «Les normes ont un grand enjeu économique»

Le Directeur général de l'Agence sénégalaise de la Normalisation parle ici de l'importance pour une société aussi bien que pour un pays, d'avoir des normes propres en ce qui concerne les produits en usage dans son territoire.

L'Asn veut faire valider des projets de normes sur les bonbonnes de gaz et les brûleurs. Comment comptez-vous, vous y prendre ?

Les normes ont pour objectif d'assurer la qualité du produit. Il y a plusieurs types de normes : des normes de vocabulaires techniques, de spécification du produit, des normes de méthode d'essai... Pour le cas des bonbonnes, il y a des normes qui spécifient la qualité des bonbonnes mêmes, du contenant et du brûleur. La norme de spécification aussi bien pour les bonbonnes que pour les brûleurs définit les caractéristiques de qualité, mécaniques, physiques et chimiques du produit. Le respect de la norme permet d'assurer la qualité du produit. Et au-delà, assurer la sécurité de l'utilisateur. C'est l'objectif visé par la normalisation. Nous avons, à la demande du ministère de l'Energie et des Mines et des distributeurs de gaz, collecté des normes européennes que nous avons soumises à une enquête publique. Cela, pour essayer de recueillir des observations sur ces normes européennes. Quitte à les adapter au contexte sénégalais ou à les entériner comme telles si elles conviennent. En ce moment-là, elles deviennent des normes nationales qu'on peut appliquer et faire appliquer à travers la réglementation.

Qui finance vos projets de normalisation ?

A travers notre budget, nous contribuons, mais nous demandons aux acteurs économiques qui ont exprimé le besoin de financer les travaux. Il y en a qui le font volontairement. Mais, on n'est pas encore arrivé à un certain niveau de développement de la normalisation. Il y a un enjeu économique derrière les normes. Ceux qui les appliquent vendent mieux. Car les gens sont exigeants en matière de sécurité. Ces normes sont utiles pour tout le monde. Sans norme, on ne peut rien contrôler.
L'application des normes ne pourrait-elle pas entraîner un surcoût sur le produit ?
Les travaux de normalisation n'entraînent pas de surcoût sur les produits. Une norme constitue un outil de travail. Toute entreprise est obligée d'avoir des normes sur ses produits. Si elle n'a pas de normes nationales, elle est obligée de chercher des normes internationales. C'est dans le fonctionnement normal d'une entreprise qui veut assurer la qualité de ses produits et vendre et exporter.

Que compter vous faire pour rendre l'application obligatoire ? Car vous produisez beaucoup de normes ; mais leur application fait défaut.

Le besoin a été exprimé par des représentants du ministère de l'E­nergie et des Mines. Il faudrait que l'application de ces normes soit rendue obligatoire. Mais ce n'est pas l'Asn qui rend les normes obligatoires. C'est l'Etat, notamment les mi­nistères qui gèrent les secteurs. Le ministère du Commerce, de l'In­dustrie qui est responsable de la normalisation, avec son homologue de l'Energie, des Mines et des Finances, peuvent prendre un arrêté interministériel pour rendre ces normes obligatoires. En ce moment là, les agents du Commerce, de l'Economie et des Finances veilleront au respect de ces normes. L'application de la réglementation incombe au gouvernement. On est une association avec un statut privé, bien qu'on soit délégataire d'une mission de service public. On n'intervient que dans le domaine volontaire.

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye