mis à jour le

Tamanrasset: La résidence universitaire 1000 lits en ébullition

La révocation du directeur de la résidence universitaire 1000 lits, Moussa Ag Younes, a suscité colère et mécontentement des employés qui viennent de saisir le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour faire la lumière sur cette affaire Selon  les membres de la section syndicale de la résidence, le désormais ex-responsable, Haiti Mohamed, a été relevé de ses fonctions "sans motif aucun" et remplacé, en violation de la réglementation en vigueur,  par un membre du syndicat de la direction des ½uvres universitaires de la wilaya ». C'est d'ailleurs la goutte qui a fait déborder le vase dans cette nouvelle résidence qui enregistre la succession du  4e directeur depuis sa mise en service, en septembre 2012. « Inadmissible. A chaque fois qu'on affecte un responsable sérieux, on le chasse!», déplorent-ils en pointant du doigt le directeur des ½uvres universitaires. Dans une lettre de doléance adressée au DG de l'office national des ½uvres universitaires (Onou), les rédacteurs demandent la révision de cette "décision arbitraire». Rien ne semble altérer la détermination des employés qui menacent de recourir à une grève illimitée. "Nous en avons ras-le-bol  de la situation d'instabilité qui prévaut dans cette résidence, réduite en simple martingale jouée par des responsables sans scrupules, puisqu'ils procèdent, comme bon leur semble, à l'installation puis à la révocation des directeurs au lieu de s'attaquer aux véritables problèmes qui risquent de tourner aux scandales" ont-ils expliqué, précisant que «des consultations douteuses ont été effectuées par  la D.O.U. de la wilaya. Des équipements, dont 500 couvertures et 49 cumulus, ont été réceptionnés dans des conditions ambiguës. Plus 130 extincteurs ont été acquis sur budget de fonctionnement de la résidence sans  que le responsable de celle-ci ne soit informé, sachant, au pire, que tous les pavillons disposent de postes anti-incendie. Le comble dans tout cela, c'est qu'aucune de ces opérations n'a été réalisée dans les normes, puisque toutes les procédures réglementaires régissant le marché public ont été sciemment enfreintes ». Dans un rapport détaillé envoyé au ministre de l'enseignement supérieur et au wali de Tamanrasset, dont nous détenons une copie, le directeur relevé a mis en garde contre les dépassements dangereux  constatés à son arrivée à la tête de la résidence, le 6 janvier dernier, particulièrement en ce qui concerne la violation des instructions de la DG de l'Onou,  portant limitation des dépenses budgétaires en fonction des crédits alloués. Conscient de la gravité de la situation, les réisdents réclament une commission d'enquête ministérielle sur la gestion des ½uvres universitaires à Tamanrasset. «  Certains étudiants n'ont pas perçu leur bourse depuis deux ans. Le budget destiné aux ½uvres universitaires est géré d'une manière irrationnelle. Des marchés ont été conclus sans respecter le code des marchés publics. C'est la grande débandade ! », maugréent-ils. A la DOU, personne n'a été disposé à nous recevoir, le directeur étant absent. Pour rappel, la justice de la wilaya de Tamanrasset cumule, jusque-là, plusieurs dossiers scabreux sur  la DOU, laquelle a fait, récemment, objet d'une enquête profonde menée par la brigade économique.   

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien