mis à jour le

Edward Snowden ,cauchemar de B.Obama

Edward Snowden , ex-agent du renseignement américain recherché par Washington , a officiellement présenté une demande d’asile politique en Russie, a annoncé le parlementaire russe Viatcheslav Nikonov qui a participé vendredi à la rencontre avec le lanceur d’alerte coincé dans la zone de transit de l’aéroport international Cheremetievo de Moscou.
« Snowden a fait savoir qu’il avait officiellement demandé l’asile politique à la Fédération de Russie », a déclaré M. Nikonov à l’issue de cette rencontre.
L’avocat Anatoli Koutcherena, qui a également participé à la rencontre avec Edward Snowden, a pour sa part confirmé à l’agence russe « RIA Novosti » que ce dernier avait réellement adressé une demande d’asile politique aux autorités russes.
« Il a dit qu’il avait personnellement rédigé et présenté cette demande », a indiqué Me Koutcherena.
L’informaticien recherché par les Etats-Unis pour avoir divulgué des renseignements secrets sur l’espionnage électronique pratiqué par Washington à travers le monde a rencontré vendredi des militants russes des droits de l’Homme. La rencontre, qui s’est déroulée dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo, a réuni les représentants d’organisations non gouvernementales, des diplomates de l’ONU en poste à Moscou, ainsi que des avocats russes.

Le récupérer à tout prix

Le statut d’Edward Snowden, a été vendredi au centre d’un entretien téléphonique entre les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Barack Obama, ont annoncé le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, et la Maison Blanche.
« Les présidents russe et américain ont eu un entretien téléphonique sur l’initiative des Etats-Unis. MM.Poutine et Obama ont échangé leurs opinions sur la coopération bilatérale et la sécurité, ils ont également évoqué la situation autour de M.Snowden », a indiqué M.Peskov.
« Les chefs d’Etat ont mis en valeur l’importance des relations bilatérales entre les Etats-Unis et la Russie et ont examiné plusieurs questions bilatérales et de la sécurité, notamment le statut de M.Snowden, la coopération dans la lutte antiterroriste et les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi », a pour sa part noté la Maison blanche dans un communiqué.
Edward Snowden, l’ancien informaticien de la CIA recherché pour avoir divulgué des renseignements secrets sur l’espionnage électronique pratiqué par Washington à travers le monde, a rencontré vendredi des militants russes des droits de l’Homme et des avocats russes. La rencontre s’est déroulée dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetièvo de Moscou où M.Snowden est coincé depuis le 24 juin, son passeport américain étant annulé. M.Snowden a demandé l’asile politique temporaire à la Russie. Il souhaite se rendre ensuite en Amérique latine.
Plusieurs pays latino-américains se disent prêts à accueillir M.Snowden. Mais l’intéressé estime que pour le moment il ne peut pas entreprendre un tel voyage. Il rappelle l’incident survenu à l’avion du président bolivien Evo Morales, qui rentrait de Moscou. M.Morales a dû faire une escale en Autriche après que plusieurs pays européens avaient fermé leur espace aérien à l’avion présidentiel, le soupçonnant de transporter à son bord M.Snowden.
M.Snowden fait l’objet de trois chefs d’accusation, chacun pouvant lui coûter jusqu’à 10 ans de prison. Les autorités américaines l’accusent notamment de transfert illégal d’informations relevant de la sécurité nationale, de transfert prémédité de renseignements secrets et de détournement de patrimoine public.

Frénésie Médiatique

Quelque 20 jours après son arrivée en Russie, le dénonciateur américain Edward Snowden a de nouveau attiré vendredi des centaines de journalistes à l’aéroport de Cheremetyevo-Moscou, où il a rencontré des militants des droits de l’Homme, des avocats et des législateurs russes afin de demander l’asile à la Russie.

Trois heures avant la réunion à huit clos se tenant dans le terminal F de l’aéroport, plus d’une dizaine de journalistes étaient déjà présents et prêts à photographier les participants à la réunion passant par là.

Quelques heures plus tard, d’autres journalistes de médias locaux et étrangers sont arrivés en masse dans le terminal et se sont amassés près d’une grille métallique surveillée, derrière laquelle M. Snowden lisait un communiqué demandant de nouveau l’asile politique à la Russie.

M. Snowden, ancien agent du service des renseignements américain, a déjà formulé son intention de demander l’asile politique à la Russie durant la réunion, a annoncé aux journalistes l’avocat russe Vyacheslav Nikonov au terme de la réunion.

M. Snowden a accepté la condition du Kremlin lui imposant de cesser de nuire aux intérêts américains s’il souhaite rester en Russie, a déclaré M. Nikonov.

Le dénonciateur a indiqué qu’il « peut facilement accepter cette condition et qu’il n’a pas l’intention de nuire aux intérêts américains, étant donné qu’il est un patriote de son pays, » a-t-il ajouté.

Plusieurs participants à la réunion à huit clos, qui s’est tenue dans la zone de transit de l’aéroport, ont confirmé les propos de M. Nikonov.

Plus tôt en juillet, M. Snowden avait fait part d’une demande similaire mais l’avait retiré dès le lendemain au motif qu’il ne pouvait accepter la condition préalable du Kremlin.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lors d’une récente visite en Finlande, que la condition pour que la demande d’asile de M. Snowden soit acceptée était qu’il « cesse ses activités anti-Etats-Unis ».

Dans une vidéo tournée par un des participants, M. Snowden a déclaré être satisfait de son séjour à l’aéroport, mais être ennuyé par la restriction de sa liberté de mouvement comme il n’a pas de passeport russe et que son passeport a été révoqué.

« Je pense qu’il (Snowden) devrait retourner aux Etats-Unis et être jugé, » a annoncé à l’agence chinoise « Xinhua » une touriste américaine sous couvert d’anonymat présente dans l’aéroport, avant d’ajouter que les Américains ont des avis partagés sur la question.

M. Snowden, qui est arrivé à l’aéroport le 23 juin et n’a jamais été revu depuis, est accusé de trois crimes par le gouvernement américain, dont deux sous l’acte d’espionnage, après avoir divulgué l’existence d’un projet de surveillance hautement confidentiel intitulé PRISM.

Tatyana Lokshina, représentante du bureau Human Rights Watch présente à la réunion, a déclaré à la presse avoir reçu un appel téléphonique de l’ambassadeur américain Michael McFaul sur le chemin en direction de l’aéroport.

« Il a présenté la position des autorités américaines et a souhaité que j’annonce aux journalistes que M. Snowden est un criminel et qu’il devrait être tenu pour responsable aux Etats-Unis, » a déclaré Mme. Lokshina.

« J’ai répondu à l’ambassadeur que notre organisation ne voit pas pourquoi M. Snowden devrait être poursuivi en justice comme il a agi dans l’intérêt public, » a-t-elle ajouté.

Les journalistes présents à l’extérieur de la salle de réunion n’ont pas pu rencontrer personnellement M. Snowden jusqu’à la fin, mais son apparition rapide a dissipé les suspicions selon lesquelles il aurait quitté la Russie

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes