mis à jour le

Serigne Mor Mbaye : «Le Sénégal n'est pas un pays pauvre mais … »

Le Sénégal n'est pas un pays pauvre mais, il est confronté à «un problème de gestion de ses ressources», a martelé hier, le psychologue-clinicien, Serigne Mor Mbaye, dans un entretien accordé à nos confrères de l'Agence de presse sénégalaise.

«Lorsque les valeurs de démocratie fonctionnent réellement en termes de répartition équitable des ressources, ce qu'on appelle communément une bonne gouvernance, notre pays peut s'en sortir», a fait valoir le professeur Mbaye, également, directeur du Centre de guidance infantile et familiale (CEGIF), qui procédait à la formation des membres du Comité technique de suivi (CTS). «Regardez l'actualité politico-judiciaire sénégalaise en cours, avec la traque des biens mal acquis. Des gens ont volé l'argent du pays. Si cet argent-là était ramené, on n'en serait pas à cette situation», a dit Serigne Mor Mbaye.

«Parce qu'il y a un génocide en cours, à savoir le sabotage de l'école publique sénégalaise. Des générations, depuis une dizaine d'années, ne vont pas à l'école convenablement, alors que l'enjeu du monde, c'est d'investir sur les jeunes générations à des fins permettant d'inventer un nouveau monde, afin de nous sortir de cette crise-là», a déclaré le professeur Mbaye. Selon lui, «la problématique c'est qu'il y avait, au Sénégal, des élites patriotiques, mais que le sentiment patriotique a connu une baisse extraordinaire». «Le patriotisme, c'est de préserver les ressources de l'Etat et ne pas se les partager. Toutes les forces sociales, religieuses comme politiques, sont dans ce jeu. Parce qu'il y a des gens qui ont volé et qui se font couvrir par d'autres. Et pendant ce temps-là, le pays trinque», s'est désolé le psychologue. Selon Serigne Mor Mbaye, «les douze millions de Sénégalais ne sont pas du tout pauvres. Les deniers publics sont pillés. A partir de ce moment-là, les gens sont pauvres. Nous avons au Sénégal des élites escrocs atteints de Sida mental», a-t-il martelé. «C'est une véritable révolution qu'il faut faire dans ce pays, afin qu'émergent des éléments patriotiques capables d'orienter le pays dans le bon sens. Parce que les bailleurs de fonds ne baillent plus, parce qu'ils n'ont plus sommeil. Ils ont compris qu'ils ont en face des gens qui n'ont pas envie de construire leur pays, qui n'ont aucun sentiment patriotique. Ce sont de véritables prédateurs qui nous gouvernent depuis très longtemps», s'est indigné Mbaye. Selon le professeur, «toute politique ou programme qui ne met pas en avant les ressources humaines, particulièrement les enfants, est voué à l'échec».


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Sénégal

AFP

CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts

CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts

AFP

CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal

CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal

AFP

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

pays

AFP

RDC: l'opposant Tshisekedi quitte le pays pour raisons médicales

RDC: l'opposant Tshisekedi quitte le pays pour raisons médicales

AFP

RDC: l'opposant historique Tshisekedi s'apprête

RDC: l'opposant historique Tshisekedi s'apprête

AFP

CAN: le Gabon éliminé, le pays organisateur retourne

CAN: le Gabon éliminé, le pays organisateur retourne

pauvre

AFP

Le très pauvre Niger s'offre un avion présidentiel pour 30 millions d'euros

Le très pauvre Niger s'offre un avion présidentiel pour 30 millions d'euros

AFP

Dans le Soudan pauvre et poussiéreux, un train moderne fait sensation

Dans le Soudan pauvre et poussiéreux, un train moderne fait sensation

group promo consulting

GUÉDIAWAYE - MENACE ET VIOLENCE À ASCENDANT  La dame terrorisait sa pauvre mère, une fois ivre

GUÉDIAWAYE - MENACE ET VIOLENCE À ASCENDANT La dame terrorisait sa pauvre mère, une fois ivre