mis à jour le

LICENCICEMENT «ABUSIF» AU JOURNAL LE QUOTIDIEN : Le Synpics va ester en justice

Le feu couve au Groupe de presse Avenir Communication. La crise qui sévissait dans la boite, liée aux retards et arriérés de salaire, vient de prendre une autre tournure, avec les licenciements du directeur de publication Mamadou Biaye, Soro Diop, chef de Desk politique, par ailleurs, analyste politique, Mme Aminata Diop et la reporter Ndèye Maguette Sèye. Si le promoteur dudit Groupe évoque des motifs économiques, le secrétaire général de la section Synpics du Quotidien, M. Aly Fall, parle, lui, de licenciements liés à des mouvements d'humeur.

L'Administrateur général du Groupe de presse Avenir Communication a procédé, hier, au licenciement de Soro Diop, Mamadou Biaye, Aminata Diop et Ndèye Maguette Sèye. Madiambal Diagne explique sa décision par une situation économique difficile. Une explication battue en brèche par le secrétaire général de la section Synpics du Quotidien qui se démarque de ces licenciements. Joint au téléphone, M Aly Fall soutient mordicus que ces licenciements sont liés à des mouvements d'humeur des mis en cause et de l'ensemble du personnel qui n'ont fait que réclamer leurs droits. Au bout du fil, M Fall affirme que la mesure de licenciement que Madiambal Diagne vient d'effectuer est illégale et manifestement provocatrice. Aly Fall de poursuivre : «le collège de délégués ne peut cautionner ce type de licenciement. Quand on licencie pour motifs économiques, on ne doit pas commencer par la tête. On doit commencer par les nouveaux venus et non par les anciens et c'est tout à fait le contraire que Madiambal a fait». Face à cet abus, Aly Fall précise que la section Synpics et les journalistes vont mener le combat jusqu'au bout et apporter la riposte à cette attitude qui filtre avec le «désengagement total et la menace non déguisée» de l'administrateur du Groupe qui, selon lui, a fini de brandir l'arme du licenciement pour motif économique. «Si Madiambal pense que c'est en licenciant les gens qu'il va résoudre le problème, il se trompe», prévient M Fall. Avant de dénoncer l'absence d'une discussion sereine qui a toujours prévalu lors des moments forts d'échange entre le personnel et l'administrateur. Et M Fall de révéler qu'ils sont en train de concocter un plan d'actions dans lequel ils n'écartent pas des poursuites judiciaires contre Madiambal Diagne. «Nous allons engager des poursuites judiciaires contre l'administrateur du Groupe Avenir Communication pour licenciement abusif», nous a-t-il confié au bout du fil.

De son côté, le Ben du Synpics, par la voix de son secrétaire général, Ibrahima Khalilou Ndiaye, se démarque également de ces licenciements. Ibrahima Khaliloula Ndiaye parle de manque de reconnaissance car, selon lui, Madiambal Diagne vient de se séparer de ceux qui l'ont aidé à lancer Le Quotidien. A l'en croire, «ceci est un licenciement abusif car, un licenciement économique doit être encadré par le droit».

Les travailleurs du journal Le Quotidien ne sont pas en reste. Ils ont tenu un sit-in, hier matin, devant les locaux de leur journal sis à Yoff, pour dénoncer ces licenciements qu'ils qualifient «d'abusifs», mais aussi, des «conditions exécrables» de travail.
Depuis quelques mois, les journalistes du Quotidien faisaient des sorties dans la presse pour réclamer leur arriérés de salaires et ceux des correspondants, le remboursement des prélèvements des cotisations à l'IPRS, entre autres...

Mouhamadou BA


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

journal

AFP

Ouganda: le journal privé The Observer de nouveau cambriolé

Ouganda: le journal privé The Observer de nouveau cambriolé

AFP

Gabon: interpellations au siège d'un journal d'opposition

Gabon: interpellations au siège d'un journal d'opposition

fellabouredji

Le journal algérien El Watan interdit d’organiser des débats

Le journal algérien El Watan interdit d’organiser des débats

justice

AFP

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

AFP

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

AFP

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève

Kenya: la justice donne 5 jours aux médecins pour cesser la grève