mis à jour le

Mamadou Ndoye, Sg de la Ld/Mpt à Grand Oral " Je ne suis pas élu pour une rupture "

Le tout nouveau Secrétaire général de la Ligue Démocratique/Mouvement pour le parti du travail (LD/MPT), Mamadou Ndoye a bordé l'actualité nationale et internationale, ce samedi, à la Radio Rewmi Fm. Son élection à la tête des jallarbistes, la gestion à mi-parcours du Chef de l'Etat Macky Sall, l'Education, mais aussi la visite de Barack Obama et la nomination de Abdoulaye Bathily à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali ( Minusma ), entre autres questions, étaient au menu. Il répondait aux questions de Fatou Thiam Ngom et de Pape Amadou Fall dans l'émission Grand Oral.

Election à la Tête de la Ld/Mpt

" Je ne suis pas élu à la tête de la Ld/Mpt pour une quelconque rupture ". Cette phrase de Mamadou Ndoye semble conforter la thèse du bon travail abattu par Abdoulaye Bathily à la Tête de la Ld depuis plusieurs décennies. Le Secretaire général a rappelé qu'à la Ld, une réflexion collégiale a toujours prévalue. Il ne sera pas question pour lui de changer cette démarche, même s'il n'exclut pas que le style de leadership peut changer. Le défit à relever pour lui, c'est de restaurer les valeurs au niveau de la politique qui sont, malheureusement, détériorées.

Bilan de Macky Sall à mi-parcours

Pour ce qui est du bilan de Macky Sall à mi-parcours, le secrétaire général de la Ld a dit ne connaitre aucun pays au monde qui a été transformé comme le souhaite sa population, en seulement une année de gouvernance. Ce qu'il faut, selon lui, c'est de voir si les actes posés donnent de l'espoir.
" Nous sommes en accord avec les orientations de Macky Sall ", a dit Mamadou Ndoye, non sans ajouter, cependant, que les actes posés par le chef de l'Etat doivent être cohérents. " Je me pose des questions au regard de certaines nominations. Il y a des cas ou on a mis des personnes qui n'ont pas la capacité de diriger ", a-t-il déploré.

Pressions de la BM et du FMI

Revenant sur les pressions de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international (Fmi), le jallarbiste en chef pense que ces institutions sont en train d'aider le Sénégal à ne pas déraper comme avant. Il a évoqué le cas de l'ancien chef de l'Etat Abdoulaye Wade qui, selon lui, avait réussi à se débarrasser des contraintes d'une gouvernance vertueuse en se donnant une marge de liberté.

Coalition Benno Bokk Yaakaar

Pour la Coalition Benno Bokk Yaakaar à laquelle appartient son parti, Mamadou Ndoye pense que pour sa survie, il faut avoir une vision du futur commune et avancer dans cette direction. Il est aussi d'avis qu'il ne connait aucune coalition prête pour exercer le pouvoir; "on se confronte toujours au pouvoir ", a-t-il dit.

Retombée de la visite de Obama

Mamadou Ndoye pense que la visite de Obama aura été un succès si l'Etat du Sénégal a connu et maitrisé ses priorités de développement. " On ne peut pas se limiter à pourvoyez de la matière première. Il faut acquérir des technologies, de la compétence pour devenir aussi un pays de transformation " pense-t-il.

Education

Sur la crise de l'Education, l'ancien secrétaire général de l'Uden regrette l'émiettement du mouvement syndical. " C'est la surenchère, on perd de vue la mission de syndicat " a-t-il dit.

Traque des biens mal acquis

Même s'il dit ne pas maitriser l'aspect juridique de cette affaire, Mamadou Ndoye dit être en accord avec l'Etat sur le principe car, " quand on a eu à gérer, il faut rendre compte ".

Arrestation de Hissène Habré

Sur l'affaire Hissène Habré, M Ndoye est formel : " Quand quelqu'un, au pouvoir prend des vies humaines, il doit rendre compte. Habré doit payer pour avoir exercé le pouvoir de manière cruelle. Il est coupable, ma conviction est faite là-dessus "

Abdoulaye Bathily à la Minusma

Abdoulaye Bathily est une panafricaniste reconnu. Il est impliqué depuis longtemps dans les affaires du Mali. C'est pourquoi, des chefs d'Etat africains ont proposé à Ban Ki-Moon de le nommer.

Le nouveau secrétaire général de la LD a appelé la classe politique à éviter d'être discréditée au risque de voir d'autres" forces obscures " prendre le pouvoir et mener le Sénégal dans une situation comme on en voit dans d'autres pays.

REWMI.COM/MK

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

rupture

AFP

La rupture du jeûne

La rupture du jeûne

AFP

Angola: le kwanza en chute libre, l'économie au seuil de la rupture

Angola: le kwanza en chute libre, l'économie au seuil de la rupture

AFP

L'Afrique du Sud prête

L'Afrique du Sud prête