mis à jour le

Al Qaïda ouvre un nouveau front en Syrie

Un nouveau front s’ouvre en Syrie après le meurtre par des islamistes liés à Al-Qaïda d’un chef de l’Armée syrienne libre (ASL), composante de l’opposition soutenue par l’Occident. L’ASL considère cet assassinat comme une déclaration de guerre.

Kamal Hamami, plus connu sous son nom de guerre Abou Bassir al Ladkani, a été tué jeudi 11 juillet , dans le grand port syrien de Lattaquié par des islamistes du groupe de l’ »Etat islamique en Irak et au Levant » (EIIL). Il était l’une personnalités les plus en vue du Conseil militaire suprême de l’ASL.

« Nous allons les balayer », a déclaré un commandant de l’ASL ayant requis l’anonymat. « Nous n’allons pas les laisser s’en sortir comme cela, vu qu’ils veulent nous prendre pour cible », a-t-il ajouté.

D’après ce commandant, les militants liés à Al-Qaïda ont affirmé qu’il n’y avait « pas de place » pour l’ASL dans la région où Kamal Hamami a été tué, dans le nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie.

D’autres responsables de l’opposition ont précisé que Kamal Hamami, qui participait à une réunion avec des activistes de l’EIIL lorsque ceux-ci l’ont tué, avait disputé aux islamistes la maîtrise d’un poste de contrôle à Lattaquié.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG proche de l’opposition, fait état de heurts de plus en plus fréquents depuis plusieurs semaines entre l’ASL à l’EIIL.

« Vendredi dernier, l’Etat islamique a tué un rebelle de l’ASL dans la province d’Idlib et l’a décapité », a dit Rami Abdelrahman, qui dirige l’OSDH. Des attaques ont eu lieu dans de nombreuses provinces.

Les groupes islamistes radicaux, parfois liés à Al-Qaïda, gagnent en influence au sein de l’insurrection syrienne et l’EIIL cherche depuis plusieurs mois à imposer son autorité sur les zones tenues par l’opposition dans le nord de la Syrie.

Parmi les groupes islamistes, les unités combattantes de l’EIIL ont pris le dessus sur le Front al Nosra, plus local, et grâce à l’aide de riches particuliers des pays du Golfe, ont commencé à imposer dans les « zones libérées » les règles les plus strictes de la loi musulmane.

Le porte-parole du Conseil militaire suprême de l’ASL, Louay Mekdad, a déclaré que le chef de file de l’Etat islamique en Irak, Abou Ayman al Baghdadi, avait lui-même abattu Kamal Hamami et son frère à un barrage routier.

L’ASL tente d’établir un réseau logistique et de renforcer sa présence dans toute la Syrie alors que les Etats-Unis réfléchissent à livrer des armes aux rebelles.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

al

AFP

Al Faqi Al Mahdi, l'ancien "shérif" islamique de Tombouctou, condamné par la CPI

Al Faqi Al Mahdi, l'ancien "shérif" islamique de Tombouctou, condamné par la CPI

AFP

Centrafrique: aux confins du pays, le  "président" Al Khatim règne en maître absolu

Centrafrique: aux confins du pays, le "président" Al Khatim règne en maître absolu

By DAVID D. KIRKPATRICK

Egypte: une vingtaine de journalistes d'Al-Jazeera jugés

Egypte: une vingtaine de journalistes d'Al-Jazeera jugés

Syrie

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

AFP

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre