mis à jour le

Washington et Berlin appellent à libérer Mohamed Morsi

Washington est d’accord avec l’appel de l’Allemagne à libérer le président islamiste déchu Mohamed Morsi et formule «publiquement» la même demande, a affirmé la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki.

Jennifer Psaki avait condamné ces derniers jours les arrestations arbitraires en Egypte mais refusait de dire si l’administration américaine demandait la libération de Mohamed Morsi. «Nous avons exprimé nos inquiétudes depuis le début (…) au sujet de son interpellation, au sujet des arrestations politiques arbitraires de membres des Frères musulmans», a-t-elle rappelé.

Des responsables américains ont été en contact régulier avec tous les secteurs de la société égyptienne, a ajouté la porte-parole de la diplomatie américaine. «Nous continuons à demander (…) que les détenus soient bien traités», a déclaré Jennifer Psaki lors d’un point de presse.

«Nous continuons à considérer ces arrestations comme des arrestations politiques, et continuons de penser que (les personnes arrêtées) devraient être libérées», a-t-elle ajouté.

L’ambassadeur américain en Egypte Anne Patterson a rencontré le président égyptien par intérim Adly Mansour, a-t-elle aussi indiqué. Les dirigeants égyptiens par intérim «ont préparé un projet (…) mais ce que nous voudrions voir ce sont des avancées vers un processus ouvert».

«Tandis que nous reconnaissons que le président Morsi a été démocratiquement élu (…) cela va au-delà de ce qui s’est passé dans les urnes. La plupart des transitions démocratiques prennent des années à prendre racine et se stabiliser, surtout après des décennies de régime autocratique», a-t-elle expliqué.

L’Allemagne a demandé vendredi 12 juillet à l’Egypte de mettre «fin à toutes les mesures limitant (sa) liberté de mouvement». Mercredi, le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Badr Abdelatty, avait affirmé que Mohamed Morsi se trouvait «en lieu sûr, pour sa propre sécurité», qu’il était «traité dignement» et ne faisait «pour l’heure l’objet d’aucune poursuite».

La justice égyptienne avait ordonné mercredi 10 juillet l’arrestation du Guide suprême des Frères musulmans, après des violences meurtrières ( 50 morts et des dizaines de blessés ) lundi au Caire.

Avec agences

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Washington

AFP

Burundi: six jeunes de l'équipe de robotique portés disparus

Burundi: six jeunes de l'équipe de robotique portés disparus

AFP

Le Soudan gèle ses discussions avec Washington sur une levée des sanctions

Le Soudan gèle ses discussions avec Washington sur une levée des sanctions

AFP

ONU: accord entre Paris et Washington sur une force anti-jihadistes au Sahel

ONU: accord entre Paris et Washington sur une force anti-jihadistes au Sahel

Berlin

AFP

Les problèmes du Sahel et ceux de l'Europe sont liés, assurent Paris et Berlin

Les problèmes du Sahel et ceux de l'Europe sont liés, assurent Paris et Berlin

AFP

Le journaliste d'Al-Jazeera retenu

Le journaliste d'Al-Jazeera retenu

AFP

Un journaliste d'Al-Jazeera arrêté

Un journaliste d'Al-Jazeera arrêté

Mohamed

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président