mis à jour le

Mouvance présidentielle : Appel à la création d'un front républicain pour la défense du Sénat

Les défenseurs du projet de mise en place du Sénat ont animé un point de presse ce 12 juillet 2013 à Ouagadougou. L'objectif de ce rendez-vous avec la presse était, selon le Secrétaire exécutif national (SEN) du CDP, Assimi Kouanda assisté au présidium d'un représentant de l'UPR, d'un de l'OPEP, d'un de l'AMP et d'un de l'Autre Burkina/PSR, de réaffirmer la vision du CDP ainsi que « celle de l'ensemble des forces vives et sociales qui aspirent à la création d'un Front républicain pour la défense du Sénat, de la consolidation, de la démocratie, de la paix sociale et pour le développement ».

Prévue pour démarrer à 16h, c'est finalement après plus de 30mn d'attente incompréhensible que le présidium de la conférence s'est installé. C'est un Assimi Kouanda visiblement très peu décontracté qui a, et lu la déclaration liminaire et répondu avec beaucoup de survols aux questions des journalistes, dans un climat quelque peu tendu.

L'occasion a été celle de l'affirmation de la volonté du parti au pouvoir d'engager la procédure de modification de l'article 37 de la Constitution pour sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels dans notre pays.

La question du Sénat aura encore été au centre des échanges. « Le Sénat vise vraiment à renforcer la démocratie dans notre pays », a-t-on une fois de plus entendu. Sur la base de cette conviction, le parti au pouvoir entend tenir à son intransigeance quant à sa mise en place effective.

Tout en fustigeant le comportement des partis politiques d'opposition vis-à-vis du Sénat, M. Kouanda a laissé entendre que « le Burkina n'a pas besoin d'une opposition dite dure ou molle ; le Burkina a besoin d'une opposition républicaine ».

Ceci étant, le SEN du CDP a appelé ceux qui ne partagent pas la position de Zéphirin Diabré et ses alliés sur le Sénat, à s'unir au sein d'un « front républicain pour la défense du Sénat ».

Après tout, et à en croire Assimi Kouanda, le CDP en ce qu'il a une très grande responsabilité quant au développement du Burkina dans la paix, est résolument inscrit dans une logique de dialogue avec tous les acteurs politiques, en l'occurrence l'opposition politique. En effet, précise-t-il, « notre parti, le CDP, restera, toujours un parti de dialogue, mais aussi de lutte pour le triomphe de la démocratie, de la paix et du bien-être social du Burkina ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

présidentielle

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

appel

AFP

Afrique du Sud: appel au calme après des incidents xénophobes

Afrique du Sud: appel au calme après des incidents xénophobes

AFP

Kenya: les syndicalistes médicaux libérés avant leur appel

Kenya: les syndicalistes médicaux libérés avant leur appel

AFP

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel

création

AFP

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président