mis à jour le

Madagascar: des villageois accusent l’armée malgache d’exactions dans le sud

« Des militaires sont venus ici, ils ont tiré. Je n’ai pas voulu partir. J’ai demandé, mais qu’est-ce qu’on a fait de mal ? Le militaire m’a dit de la fermer, puis son chef m’a frappée avec son fusil. Il m’a dit, on va brûler ton village ».

Tongnazy, qui prépare son riz dans l’obscurité d’une case du village de Voromiantsa, à deux jours de marche de la ville de Betroka, dans le sud de Madagascar, raconte son calvaire à deux journalistes de l’AFP.

Les faits remontent à fin 2012, pendant l’opération « Tandroka » (Cornes de Zébu) lancée par l’armée malgache pour arrêter des voleurs de bétail, menés par le légendaire bandit Remenabila, responsables de la mort de plusieurs militaires.

La chasse à l’homme aurait totalement dérapé. Selon Amnesty international, des villages entiers ont été brûlés, des habitants torturés ou tués. Le pouvoir a récusé le rapport d’Amnesty, accusant l’organisation de ne pas s’être rendue sur place. L’armée, interrogée par l’AFP, a rejeté la responsabilité sur des  » supplétifs « . Une enquête internationale a été annoncée, mais n’a pas encore démarré.

« Ils ont sorti toutes nos affaires, puis ils ont brûlé la maison. Ma mère était là. Ils l’ont déshabillée, puis, une fois nue, il lui ont dit de partir dans la forêt. Ils nous ont toutes déshabillées, puis nous ont dit de partir dans la brousse », poursuit Tongnazy.

Autour d’elle, quelques villageois assis à même le sol écoutent son récit. En silence. Au dehors, le village est toujours en ruines. Seules trois cases en terre en été reconstruites.

L’AFP, seul média à avoir pu accéder à la zone sinistrée depuis les faits, a visité au total sept villages brûlés et rencontré plusieurs groupes de réfugiés dans cette région de l’Andriry, une zone de montagnes arides où a eu lieu l’opération « Tandroka », dont l’objectif était de capturer Remenabila.

Pour le retrouver, l’armée a ratissé les villages du sous-groupe ethnique des Zafindravala, auquel il appartient.

A deux jours de marche de Voromiantsa, un deuxième village en ruines. Un habitant raconte.

AFP

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

malgache

AFP

Madagascar: procès des accusés du lynchage de deux Européens et d'un Malgache

Madagascar: procès des accusés du lynchage de deux Européens et d'un Malgache

Actualités

Second tour présidentiel malgache : Hery sera-t-il disqualifié ?

Second tour présidentiel malgache : Hery sera-t-il disqualifié ?

Steven LAVON

Nomenjanahary: le Malgache lié

Nomenjanahary: le Malgache lié