mis à jour le

Présidentielle du 28 juillet : Choguel Kokalla Maïga présente son programme à la presse

Choguel Maiga

Le président du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), Choguel Kokalla Maïga a présenté le vendredi 5 juillet lors d'une conférence tenue à la Maison de la Presse son projet de programme à la presse. La dite conférence était animée par le président lui-même.

 

 

Cette conférence de presse avait comme objet pour le parti Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) de présenter à la presse nationale et internationale le projet de programme de campagne de son candidat. En effet, pour le candidat Choguel Kokolla Maiga, le slogan de campagne du parti est «restituer au Mali son honneur et sa dignité».

 

 

«C'est le slogan de campagne que les militants de mon parti, le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), m'ont proposé. Cette proposition se justifie par le fait que l'élection présidentielle prévue pour le 28 juillet 2013 aura lieu dans un contexte particulier, voire inédit. Le contexte d'un pays pratiquement sous tutelle.

 

 

Certains candidats se passeront de l'examen des causes qui ont engendré cette situation pour l'une des deux raisons suivantes : soit qu'ils estiment à tort cet examen non nécessaire, soit qu'ils se sentent gêner pour l'effectuer pour des raisons personnelles évidentes. Cet examen s'avère indispensable tant notre pays est meurtri, humilié.

 

 

Or, la sagesse populaire bamanan enseigne que : «la plaie ne saurait se cicatriser sur du pus». Il n'est nullement question d'occulter les problèmes qui se posent aux populations, problèmes relatifs à leur mieux être dans tous les domaines, qu'il s'agisse de l'économie, de la santé et des affaires sociales, de l'éducation et de la culture, de l'environnement et des loisirs.

 

 

Cependant, aucun de ces problèmes ne saurait trouver une solution pérenne si l'on ne commence par la refondation de l'Etat et de la Nation : refonder pour édifier de nouveau, car les événements qui se sont produits dans notre pays, dans le courant du premier trimestre de l'année 2012 ont permis de découvrir jusqu'à quel point nous avions vécu dans l'illusion.

 

 

Cette analyse sera suivie de ma vision d'un Mali nouveau, réhabilité, réconcilié avec lui-même, avant de préciser mes engagements envers le peuple malien, au cas où le suffrage populaire me ferait accéder à la magistrature suprême de mon pays».

 

 

Tels ont été les premiers mots du président Choguel Kokala Maiga. C'est après qu'il s'est adressé au peuple malien autour de quatre thématiques : l'effondrement de l'Etat, la trahison de l'élite, sa vision, ses engagements. Il fera savoir que le passage de la IIème République à la IIIème République s'est effectué sur fond de violence et de mensonge, de collusion avec la rébellion touarègue, d'amateurisme, de dilettantisme voire même de naïveté. La conséquence de tout cela. Le peuple malien, après 1991, a été trahi par son élite, non par son armée.

En effet, un fait aurait dû interpeller les élites maliennes. Il s'agit d'une déclaration pleine de sens et lourde de conséquence, prononcée par le président de la République du Mali, le 28 mai 1994, devant le gouvernement et toutes les institutions de la Républiques réunies au complet pour la circonstance ainsi que devant le corps diplomatique.

 

 

Elle constitue une justification, un soutien politique à la rébellion et à son idéologie: «La rébellion des populations du Nord avait pour objectif légitime la renégociation des conditions de leur participation à la nation malienne. Leur combat était d'essence démocratique. C'était un combat pour l'honneur et le développement. C'était un combat contre une manière de gérer les affaires de notre pays, dont tous les Maliens ont souffert. En son temps, nous avons soutenu ce combat».

 

 

Dès lors, toute la philosophie de la gestion de la rébellion, pendant plus de 20 ans (1991-2012) a obéi à cette prise de position politique. L'Etat malien n'a pas voulu faire face à la rébellion comme l'ont fait les autres pays confrontés à des situations similaires. Il a décrié la gestion calamiteuse de l'école et de l'armée. Il dira que sous la IIIè République, incontestablement, beaucoup d'investissements ont été consentis dans les infrastructures (routes, hôpitaux, centres de santés, aménagements hydro-agricoles, télécommunications).

 

 

Cependant, ces réalisations ne suffisent pas pour occulter ce qui aujourd'hui s'apparente à un immense champ de ruines avec le spectacle qu'offrent l'école et l'armée : les deux piliers de la Nation qui ont été instrumentalisés et manipulés pour obtenir le changement politique en 1991.

 

 

Les Maliens se retrouvent avec une école qui a cessé d'en être une ; et l'armée qui, par le passé a été l'armée la plus puissante d'Afrique occidentale francophone, transformée en une armée d'opérette. Comme le dit l'adage, on n'est mieux trahi que par les siens.

 

 

Le peuple malien a été trahi par son élite politique. Sa vision pour le Mali est de rebâtir l'Etat; réaffirmer l'Unité du Peuple et l'Intégrité de son territoire; restituer le pouvoir au Peuple et former le citoyen assurer l'épanouissement de la Femme et redonner espoir à la Jeunesse.

 

 

Fousseyni SISSOKO

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

présidentielle

AFP

Sénégal: grâce présidentielle pour près de 500 détenus

Sénégal: grâce présidentielle pour près de 500 détenus

AFP

Présidentielle en Gambie: la victoire de Barrow est "définitive"

Présidentielle en Gambie: la victoire de Barrow est "définitive"

AFP

Côte d'Ivoire: Majorité absolue pour la coalition présidentielle

Côte d'Ivoire: Majorité absolue pour la coalition présidentielle

juillet

AFP

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

AFP

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

Mali: l'état d'urgence prorogé jusqu'au 15 juillet

AFP

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

Guinée: un journaliste porté disparu depuis le 23 juillet

programme

AFP

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine