SlateAfrique

mis à jour le

L'Afrique armée pour relever le défi de l’eau

La famine dans la corne de l’Afrique le rappelle: l’eau est une ressource indispensable à la vie. Pourtant, c’est une richesse fragile et rare en Afrique. Un article d’Atlas Info annonçait le 24 août 2011 la publication en français de l’Atlas de l’eau, réalisé par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

Ce précieux document propose un état des lieux complet des réserves en eau et de leur utilisation dans les 54 pays du continent. Des données qui devraient servir à améliorer la gestion de l’eau. D’autant que selon l’Institut national des études démographiques (Ined), en 2050 un quart de la population mondiale sera africaine.

Or, l’Afrique est le 2e continent le plus sec après l’Océanie. Abritant 15% de la population mondiale, il ne dispose pourtant que de 9% des ressources en eau renouvelables. Surtout, cette ressource est particulièrement mal répartie. Par exemple, l’Afrique centrale détient à elle seule 50,6% de l’eau intérieure du continent. S’ajoute à cela une forte variabilité des pluies d’une année voire d'une décennie à l’autre. En outre, dans de nombreux pays d'Afrique, moins de 65% de la population a accès à l'eau potable.

L’Atlas du PNUE montre d’ailleurs par le biais de photos satellites le lac Tchad, dont la superficie a diminué fortement depuis les années 60.

Ces variations ont un impact direct sur l’agriculture. Majoritairement pluviale, elle fait vivre plus de 90% de la population rurale du continent. Même pour les besoins quotidiens, trouver de l'eau est un challenge: 40% de l’apport calorique journalier des femmes est consommé pour le transport de l’eau.

Atlas Info souligne que la question de l’eau n’est pas exclusivement quantitative en Afrique. Les photos satellites illustrent les conséquences de l'activité humaine sur l’environnement comme les déversements de pétrole dans le delta du Niger, ou bien la prolifération des algues vertes dans le lac Victoria.

Une situation qui risque d’empirer avec l’accélération de l’urbanisation, massive en Afrique, souvent sans planification ni assainissement.

L’Atlas, commandité par le Conseil des ministres africains sur l’eau, illustre également les initiatives locales comme la multiplication par deux de la surface agricole irriguée du continent (notamment au Kenya, au Sénégal et au Soudan) et son impact sur l'amélioration de la sécurité alimentaire.

Lu sur Atlas Info