mis à jour le

Femmes sénégalaises, 2013 / REUTERS
Femmes sénégalaises, 2013 / REUTERS

Le protocole de Maputo n'a pas vraiment sauvé les femmes africaines

Etabli en 2003, cet accord devait marquer de grands progrès pour les droits des femmes. Il y a encore du travail.

En 2003, la signature du protocole de Maputo par les Etats membres de l’Union africaine marque une avancée significative pour les droits des femmes sur le continent. Adopté le 11 juillet 2003, ce texte majeur symbolise l’engagement des Etats africains à mettre un terme aux discriminations et aux violences faites aux femmes.

Dix ans plus tard, en 2013, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) propose l’état des lieux. Sur les 54 états membres de l’Union Africaine, 36 pays ont accepté de ratifier le protocole, établit l’article.

Beaucoup d’entre eux ont pris des mesures législatives et constitutionnelles pour assurer les droits des femmes sur leur territoire. Le Sénégal suggère la création d’un Haut conseil pour promouvoir les droits de la femme, la RDC lance une campagne de «tolérance zéro» envers les auteurs de violences sexuelles, l’Ouganda interdit les mutilations génitales, le Kenya adopte un projet de loi sur la protection de la famille qui criminalise les violences domestiques… La liste établie par la FIDH est longue.

Malgré tous ces progrès, la situation des femmes reste instable dans beaucoup de pays, notamment en cas de crise politique ou de conflit armé. D’après la FIDH, même les Etats signataires peinent à faire respecter les droits établis par la charte. Les femmes luttent toujours pour accéder à la propriété, la violence conjugale reste un «grave problème» en Afrique du Sud

De plus, il reste encore 18 pays qui n’ont pas ratifié la charte, rappelle la FIDH. Parmi lesquels l’Algérie, l’Egypte, le Niger, la Somalie, le Soudan ou encore la Tunisie, énumère l’ONG. A l’occasion du dixième anniversaire du protocole de Maputo, la coalition de la campagne «L’Afrique pour les droits des femmes» appelle toutes ces nations à la signature de cet document de référence, indique l’article. Sheila Nabachwa, directrice adjointe des programmes de Foundation for Human Rights Initiative insiste sur ce point:

«Il est temps que ces États le ratifient et qu’ils acceptent que la garantie et la protection des droits fondamentaux des femmes ne peuvent plus souffrir de considérations ou prétextes politiques, culturels ou religieux.»

Lu sur FIDH

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

droits des femmes

Droits des femmes

Les Zambiennes ont adopté leur jour de congé pour règles douloureuses

Les Zambiennes ont adopté leur jour de congé pour règles douloureuses

Droits des femmes

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Au Kenya, des écolières se cachent dans les écoles pour échapper à l'excision

Droits des femmes

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

Union africaine

Politique

Obama moque les chefs d'Etats africains qui s'accrochent au pouvoir

Obama moque les chefs d'Etats africains qui s'accrochent au pouvoir

Politique

La crise au Burundi illustre la victoire de la société civile

La crise au Burundi illustre la victoire de la société civile

Méditerranée

Le pesant silence des dirigeants africains sur les naufrages de migrants

Le pesant silence des dirigeants africains sur les naufrages de migrants

égalité

AFP

CAN: Gabon et Cameroun neutralisés, égalité parfaite pour commencer

CAN: Gabon et Cameroun neutralisés, égalité parfaite pour commencer

AFP

CAN: encore deux nuls 1-1, égalité parfaite

CAN: encore deux nuls 1-1, égalité parfaite

Genre

On ne naît pas femme, vraiment!

On ne naît pas femme, vraiment!